Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 13:40
Repost 0
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 13:26

Comme chaque année se tenait à Coulon l'assemblée générale du Parc interrégional du Marais poitevin, l'occasion pour la présidente de région de revenir sur des terres qui lui sont chères.

  • Nicole Brémaud
  • Publié le 02/03/2013 | 17:27, mis à jour le 02/03/2013 | 19:19
Ségolène Royal aux côtés de Yann Hélary, président du Parc et de Jacques Auxiette président des Pays de La loire © France 3
© France 3 Ségolène Royal aux côtés de Yann Hélary, président du Parc et de Jacques Auxiette président des Pays de La loire

Nommée, vice présidente de la BPI il y a 10 jours, puis présente au Salon de l'agriculture à Paris où elle remet le trophée des circuits courts , Ségolène Royal revient sur le devant de la scène. Aujourd'hui elle était au coeur de la région Poitou-Charentes, dans le parc du Marais poitevin, cette deuxième zone humide de France, qu'elle a souvent défendue notamment pour le label Parc Naturel finalement perdu. Le parc qui a obtenu le label "grand site" en 2010 compte 2 régions, et trois départements et représente un espace de 100 000 hectares  Sur ses terres de prédilections, la présidente de région applique sa méthode de travail : forte de ses convictions , Ségolène Royal est toujours là pour défendre un projet auquel elle croit.

Reportage de Marie-Noëlle Missud et Romain Burot, intervenants: Ségolène Royal présidente de la région Poitou-Charentes, Nathalie Lanzi conseillère régionale



Le Marais poitevin a été labellisé le 20 mai 2010. C'est le 7e Grand Site de France après la montagne Sainte Victoire, le Pont du Gard, la Pointe du Raz, l'Aven d'Orgnac, Bibracte Mont-Beuvray et le Puy de Dôme.

Le marais poitevin est situé sur deux régions, le Poitou-Charentes et les Pays de La Loire et trois départements la Vendée, la Charente-Maritime et les Deux-Sèvres, et compte 82 communes.
Repost 0
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 14:22

 

REPORTAGE - Ségolène Royal est venue passer quelques heures mercredi au Salon de l'agriculture. L'ancienne candidate à la présidentielle suscite toujours autant d'attraction.

 

 

Ségolène Royal
A peine est-elle sortie de la voiture grise, qui l'amenait  au Salon de l'agriculture, que Ségolène Royal attire déjà l'attention. Tout de suite, les caméras et micros se pressent autour de l'ancienne candidate à la présidentielle, venue passer quelques heures porte de Versailles, à Paris. Sourire figé, elle tend volontiers sa main à ceux qui veulent lui serrer. Ses premières déclarations à la presse sont pour Stéphane Hessel, "ce témoin de notre siècle", dont la mort a été annoncée quelques heures plus tôt. Puis, elle franchit la porte du Hall 3, où les bovins longent les allées.Journalistes, gardes du corps et visiteurs se bousculent pour l'approcher, dans une vaste cohue. "C'est Ségolène, c'est Ségolène!", lancent certains. Ils sont nombreux à se réjouir d'avoir simplement pu la toucher : "Elle m'a serré la main." "Ça me fait beaucoup de bien. C'est vraiment d'une grande gentillesse. C'est simple, c'est direct, c'est bien", dit-elle au JDD.fr. 
"Aucune raison que la viande fasse 5.000 kilomètres"En pleine crise autour du scandale de la viande de cheval, Ségolène Royal dit vouloir porter un message de "confiance".
"Il faut saisir l'occasion de cette crise pour changer le système et faire en sorte que les agriculteurs puisse vendre directement les produits", explique-t-elle au JDD.fr. La socialiste plaide pour les "circuits-courts". "Il n'y a aucune raison que la viande fasse 5.000 kilomètres pour atterrir dans nos assiettes", assure-t-elle.Entre les stands, elle prend son temps, pose avec les enfants qui la sollicitent : "Tu as quel âge?", "qu'est-ce que tu veux faire plus tard, agriculteur?", questionne-t-elle. "C'est l'ancienne femme du président", explique une mère à sa fille. Pendant ce temps, l'essaim qui se forme autour d'elle s'élargit minute après minute. "L'année dernière, c'était encore pire", souffle le vice-président de la région Poitou-Charentes,Benoît Biteau. 
    Garot, le fidèle de Royal                                               

 Après les bovins, direction les moutons. "Ils ont l'air épuisé", s'amuse Ségolène Royal, qui prend un agneau dans ses bras. Les flashs crépitent. A un stand qui revendique "le meilleur agneau", elle trempe ses lèvres dans de la "trouspinette", du vin rouge avec des herbes. Le ministre de l'Agrolimentaire, Guillaume Garot, fidèle de Ségolène Royal, la rejoint à ce moment-là. "Tu arrives au bon moment", glisse-t-elle. "Je viens tous les jours, j'ai presque un lit de camp ici", répond le ministre.

 Puis, devant un restaurant gastronomique réunissant les bonnes tables du Poitou-Charentes, où trône une photo de Ségolène Royal, elle vient prendre le micro pour remettre le prix Poitou-Charentes "circuits-courts, de la fourche à la fourchette" à deux lauréats. "L'alimentation n'est pas une marchandise comme les autres", assène-t-elle. Et dénonce "un système prédateur, spéculateur ". "Ce que veulent les éleveurs, c'est que cette crise serve à quelque chose", assure Ségolène Royal, qui considère que les consommateurs sont la "proie des gens sans vergogne et sans morale". Elle le promet : "Un autre modèle agricole est possible." Ministre de l'Agriculture, Ségolène Royal? Elle balaye l'hypothèse en quelques mots : "Je m'en occupe déjà." 

Caroline Vigoureux - leJDD.fr

mercredi 27 février 2013

 
 
Repost 0
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 14:09
Repost 0
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 14:42

Ségolène Royal a fait beaucoup pour les entreprises en difficulté de sa région.

Ségolène Royal a fait beaucoup pour les entreprises en difficulté de sa région. Crédit Photo DR

Atlantico : Ségolène Royal vient d'être nommée à la vice-présidence de la Banque publique d'investissement (BPI). La désignation de la présidente de la région Poitou-Charentes à ce poste est-elle une bonne nouvelle pour les chefs d'entreprises ?

Sophie de Menthon : Les entrepreneurs du Mouvement ETHIC avaient demandé à Ségolène Royal d'être leur ambassadrice auprès du gouvernement car nous avions le sentiment de ne pas être écoutés, et même fustigés, par ce dernier. 

Il y a environ deux mois, Ségolène Royal a donc accepté de participer à une réunion du Mouvement ETHIC avec environ 250 entrepreneurs. Plusieurs d'entre eux ont exposé en détails les raisons pour lesquelles ils ne pouvaient pas se développer, les raisons qui les inciteraient à partir et enfin ce qu'il faudrait faire pour créer de l'emploi et de la croissance. Ségolène Royal a été absolument bluffante et a fait preuve d'une véritable écoute sans chercher à faire passer aucun message politique.

Ségolène Royal était samedi soir l'invitée du 20 heures de France 2, où elle est venue défendre sa nouvelle casquette. Qu'avez-vous pensé de son intervention ?

Une phrase de son intervention m'a étonnée et même choquée. cette dernière a en effet déclaré : la BPI "est une banque politique". On peut se demander non sans inquiétude ce qu'est une "banque politique" ? Les entreprises ne sont ni de droite, ni de gauche et a priori les banques non plus. L'investissement doit être privé même si un investissement public peut être nécessaire ou complémentaire. Cette notion de "banque politique" peut être comprise comme une atteinte à la liberté d'entreprendre ou d'emprunter. L'Etat choisirait les entreprises à financer selon des critères politiques ?

Pour le reste, je trouve positif qu'elle ait déclaré qu'elle aimait les entrepreneurs, car ils ont besoin de réassurance et de confiance. Globalement, le discours de Ségolène Royal était plutôt prometteur, il faut maintenant juger sur pièce.

Selon vous, ce rôle d'ambassadeur des entreprises est-il essentiel ? Pourquoi ?

Aujourd'hui, les entrepreneurs ne comprennent pas la ligne directrice les concernant : ils ne savent pas du tout ce qui les attend. Le crédit d'impôt ? Très bien, mais quand ? Pour qui ? Contreparties ? En attendant, il faut payer ses employés tous les mois. La baisse du coût du travail n'a pas eu lieu. Nous ne sommes pas entendus à moins de nous battre pied à pied contre une mesure contre-productive (l'exemple des "entrepreneurs pigeons" le montre bien). C'est au pays d'être derrière les entrepreneurs, et non l'inverse. Encore faut-il que nous soyions entendus, ce qui n'est clairement pas le cas. Il faut faire du lobbying auprès des ministères quand quelque chose ne va pas... Les entrepreneurs n'ont pas à passer leurs journées dans les couloirs de l'Assemblée, du Sénat ou de Bercy pour dire au gouvernement : "Attention, telle mesure est néfaste ou vous nous contraignez à ne pas embaucher !"

Je pense que le rôle d'ambassadeur des entreprises doit être double :

- Ségolène Royal doit être un porte-parole de la BPI envers les entreprises pour expliquer ce que cette banque peut proposer.

- Elle doit également être la porte-parole des entrepreneurs pour faire comprendre à cette banque publique ce dont ils ont besoin.

Pour comprendre les entrepreneurs, il faut soi-même avoir travaillé au sein d'une entreprise. Gérer une boite, des salariés, comprendre les difficultés, le stress, la perte d'un client, la demande qui baisse... tout cela, il faut l'avoir vécu. Lorsqu'on conduit, il faut un permis de conduire ! Lorsqu'on gère le devenir des entreprises, il faut avoir eu cette expérience.

Vous pensez que Ségolène Royal en sera capable ?

Ségolène Royal a fait beaucoup pour les entreprises en difficulté de sa région. Je connais des entrepreneurs dont les entreprises se sont redressées grâce à elle. Cela compte et il ne faut pas l'oublier. Je mets un certain espoir dans Ségolène Royal. Ce gouvernement doit prendre un tournant et peut-être qu'elle va y contribuer. 

La nomination de Ségolène Royal à la BPI a été très critiquée par la droite. La présidente du Medef, Laurence Parisot, a jugé "étrange" cette nomination. François Baroin, député-maire UMP de l'Aube, a accusé Ségolène Royal de ne voir dans la BPI qu'un moyen de retrouver de l'importance sur la scène nationale. Autre critique formulée par l'opposition : la présidente de la région Poitou-Charentes aurait été désignée pour ce poste uniquement grâce à sa proximité avec le pouvoir. Michèle Tabarot, secrétaire générale de l'UMP, a parlé mercredi de "petits arrangements entre socialistes". Que pensez-vous de cette polémique ?

La droite critique absolument tout ce que fait la gauche, ce qui ne la rend pas pour autant crédible. Que la droite critique le fait qu'il n'y avait pour le moment aucune femme à la BPI, très bien. Qu'elle critique le fait qu'il n'y ait que des énarques, je peux le comprendre aussi. Qu'elle critique le fait qu'il n'y a aucun chef d'entreprise à la tête de la BPI est également compréhensible. En revanche, attaquer la personne de Ségolène Royal était totalement gratuit. C'est une femme qui a compté à gauche, et qui a réuni presque la moitié des suffrages lors de la précédente élection présidentielle (46,94% des voix, contre 53,06% pour Nicolas Sarkozy, NDLR). Attendons de voir ce qu'elle fera à la tête de la BPI.


sur http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-segolene-royal-pourrait-etre-ambassadeur-dont-entreprises-ont-cruellement-besoin-sophie-menthon-649339.html#DCIUgDIzlMo6Xyky.99 
Repost 0
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 10:23

Le député Jean-Michel Clément en compagnie de la présidente de région, et du ministre délégué à l'agro alimentaire, Guillaume Garot.
Le député Jean-Michel Clément en compagnie de la présidente de région, et du ministre délégué à l'agro alimentaire, Guillaume Garot.

Ségolène Royal, au Salon de l’agriculture, a déclaré que les choses allaient changer avec la crise dans l’agroalimentaire. Sa priorité, les circuits courts.

Bain de foule
Diaporama En images : la visite de Ségolène Royal au salon de l'agriculture

Il n'y a aucune raison que la viande parcourt 5.000 km, ça doit être terminé, c'est un scandale dès lors que nous avons des producteurs à proximité et à juste de prix » a lancé, hier, au Salon de l'agriculture Ségolène Royal, au côté du ministre délégué auprès du ministre de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt, Guillaume Garot, son protégé.

 " Que cette crise serve à quelque chose "

La présidente du conseil régional est venue promouvoir le circuit court. Deux lauréats ont été récompensés de leurs efforts pour la mise en place de cette filière. Benoit Piron pour les « Vergers de Pirouette » de huit hectares exploités à Saint-Pardoux (Deux-Sèvres) selon le concept de bio cohérence, plus bio que bio. Aucun traitement chimique et un magasin fermier qui assure 40 % de la vente de sa production, le reste partant avec le groupement des consommateurs, les AMAP (Association de maintien pour l'agriculture paysanne).
La seconde, Stéphanie Tourneur, à la ferme du Mont d'or, situé à Le Thou (Charente-Maritime), pour son exploitation en conversion bio, une ferme céréalière avec un volet transformation en farine et pain. Elle aussi fonctionne avec les AMAP et possède une boutique à la ferme, qui vend sa production en direct. De la fourche à la fourchette, c'est possible. Et ça se passe en Poitou-Charentes à entendre le ministre délégué à l'agro alimentaire qui souhaite « remettre de l'ordre » après avoir souligné que la région Poitou-Charentes est la « plus avancée » dans cette filière pour soutenir les circuits courts. « C'est une filière d'avenir », a-t-il dit sur le stand de la région Poitou-Charentes. Un territoire, sur lequel les circuits courts auraient créé, selon Ségolène Royal, 1.200 emplois.

Des pionniers

C'est au député socialiste de la Vienne, Jean-Michel Clément, (dont le frère Laurent, agriculteur dans la Vienne, a raflé 5 premiers prix), à qui est revenu la charge d'apporter la conclusion à cette journée picto-charentaise qui a permis la rencontre entre les consommateurs et les producteurs. « Vous êtes les pionniers de l'agricultureà travers vos engagements. » Un engagement que la présidente de Région encourage : « Les choses sont en train de changer. Que cette crise serve à quelque chose pour imposer les nouvelles normes des circuits courts. »

Repost 0
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 17:53
  

Najat Vallaud Belkacem à Poitiers pour rencontrer les femmes chef d'entreprises

 
Lors de la visite d'entreprise à Futuramat, dans l'agglo de Poitiers. Ici, la patronne est une femme. Lors de la visite d'entreprise à Futuramat, dans l'agglo de Poitiers. Ici, la patronne est une femme. - (Patrick Lavaud)

 

A l'invitation de Ségolène Royal, présidente de région, la ministre au droit des femmes est à Poitiers cet après-midi pour rencontrer cent femmes entrepreneurs.


Ségolène Royal, présidente de la Région Poitou-Charentes, a réuni cent femmes entrepreneurs à Poitiers cet après-midi, dans le cadre d'un colloque pour valoriser la place des femmes dans les instances dirigeantes des entreprises, et en parler avec la ministre au droit des femmes, Najat Vallaud-Belkacem.


Il s'agit d'une rencontre avec cent femmes qui ont mené une action exemplaire en Poitou-Charentes, suivie d'un débat sur l'entreprenariat féminin à partir des expériences menées en région et pouvant servir d'exemple nationalement.


Auparavant, Najat Vallaud Belkacem a visité l'entreprise Futuramat à Vouneuil-sous-Biard, dirigée par... une femme. Et la ministre a fait savoir qu'elle souhaitait s'inspirer du "laboratoire Poitou-Charentes en terme de politique d'entreprenariat féminin, pour le généraliser à l'échelle nationale".


Une rencontre thématique qui a donné l'occasion à Ségolène Royal de rappeler les mesures qu'elle a mise en place en région Poitou-Charentes. Par exemple, des bourses Désirs d'Entreprendre attribuées aux créateurs d'entreprise "augmentées de 20 pour cent quand le créateur est une femme." Et la Région propose aussi un chèque Entreprendre au féminin en région, pour donner un coup de pouce à la formation des femmes au management.


Les annonces de la ministre :


>>> Najat Vallaud Belkacem veut un enseignement de l'égalité dès les petites classes :

La ministre aux droits des femmes a annoncé cet après-midi à Poitiers qu'elle souhaitait que soit mis en place un enseignement à l'égalité dès l'école maternelle et en élémentaire. "Nous allons former les enseignants à déconstruire les stéréotypes", a précisé Najat Vallaud-Belkacem.


>>> Najat Vallaud Belkacem veut créer une semaine de sensibilisation à l'égalité :

Cette semaine serait d'abord instaurée dans cinq régions pour commencer, dans les collèges, lycées et dans l'enseignement supérieur, et avec l'aide de témoignages de femmes chefs d'entreprise.


Une vidéo à venir sur lanouvellerepublique.fr

Repost 0
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 12:41

 


A quoi ça sert que je le dise encore ? Parce que c'est vrai et d'actualité !

 Prosélytisme hubertiste ? OUI..par conviction mais à preuve également..

 

ségofevr13.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour ceux qui regardaient le journal de France 2, ce soir, ils ont eu

l'avantage de voir une Ségolène Royal impeccable, claire, déterminée et

positive, égale à elle même, répondant à Laurent  Delahousse en tant

que nouvelle vice présidente et porte parole de la Banque Publique

d'Investissement (BPI) nouvellement créée et que l'ex candidate de 2007

et aux Primaires de 2011 appelait de ses voeux..et qu'elle aurait faite.

 

 

On sait tous, à partir de tout à l'heure, ce qu'est cette Banque Publique,

ce qu'est sa raison d'être, ce qu'elle va faire - sans délai - pour qui, 

comment et pour combien très concrêtement..Les entrepreneurs vont

passer par les Régions, en tant que collectivités locales interlocutrices et

interfaces pour l'obtention des prêts nécessaires aux projets de création,

de développement ou de relance de leurs activités ou encore de

cautionnement des aides obtenues à cet effet : relancer la croissance,

s'ouvrir des marchés, produire nouveau et créer des emplois..CQFD.

 

La BPI sera dédiée au développement économique intégralement..

Laurent Delahousse : "c'est une banque politique ?"

Ségolène Royal : "Oui, c'est une banque politique, dans la mesure où elle

ne cherche qu'à soutenir l'activité et créer des emplois..Vous savez, la

politique, c'est noble !..(Elle, en est totalement convaincue..et le dit..) 

 

 

La première action de communication de la vice présidente (en fait de la

présidente exécutive) fut parfaite, claire et engageante..De surcroit, à la

question du positionnement de Ségolène Royal par rapport au

Gouvernement, on a trouvé évidemment quelqu'un de loyal, de

déterminé et de déterminant pour gagner la bataille de l'Emploi, priorité

réaffirmée de celui ci..

 

Bref, on a vu et entendu un quasi ministre de l'économie ce soir à la télé

En tous cas, si j'étais entrepreneur ou/et chef d'une PMI/PME, je ne

serais pas mécontent d'avoir comme interlocuteur quelqu'un qui tient la

route et qui fait ce qu'il dit..Je saurais à quoi m'en tenir..ça va marcher !

 

 

Enfin, à la petite question existentielle personnelle sur les états d'âme

politiques, après les péripéties malheureuses de la candidate Royal, on a

eu droit à une reponse à la hauteur du personnage : digne, positive,

sans rancoeur et porteuse d'avenir..réussir des choses en politique fait

oublier tous les moments difficiles.. 

 

Quel personnage impressionnant, quel à propos, quelle tenue ! Très fort !

Quel dommage pour tout ce temps perdu jusqu'ici..Allez, ça va donner

désormais et ça va se mesurer..vous vous souvenez, "la politique par la

preuve"..tout le contraire de la politique des promesses..Allez, on y va..

 

hub

 

http://hubert41-1.blogs.nouvelobs.com/archive/2013/02/23/remarquable-segolene.html

Repost 0
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 10:00



Février 2013, malgré ce qu'on pouvait s'imaginer sur les évolutions de la société et des mentalités, le machisme et la domination masculine triomphent toujours.

La droite, et manifestement la majorité des gens (qui sont incapables de dire ce qu'est la Banque Publique d'Investissement) trouvent que la nomination de Ségolène Royal, ex femme de ancienne candidate à la présidentielle, Enarque, ancienne ministre, ancienne députée, présidente de région, 30 ans de vie politique, est une forme de copinage, ou pire, de promotion canapé

Quand c'est Jean-Pierre Jouyet, le meilleur ami, et tous les mecs de la promotion Voltaire, là, ça passe. Mais pour Royal, ça fait longtemps que sa carrière professionnelle passe au second plan. Ce n'est pas de la femme politique dont on parle, c'est de l'ex femme de. Quand ce sont les soutiens historiques de Hollande qui sont recasés dans son cabinet, personne ne va regarder s'ils sont compétents. D'ailleurs tout le monde s'en fout, ce sont des hommes, ils SONT compétents. Par définition.

Mais une femme ? En plus, son ex-femme ?

Voilà, en 2013, on ne peut toujours pas quitter son mari/compagnon et espérer mouvoir dans le même domaine professionnel que lui.

Ségolène Royal n'a pas attendu que François Hollande soit président pour faire de la politique. Elle a adhéré au PS avant lui. Elle a été ministre avant lui. Elle a été candidate à la Présidence de la République avant lui. Elle a eu l'idée de la Banque Publique d'Investissement avant lui.
Mais maintenant qu'il est Président, elle n'est plus que son ex. Et certains sont à deux doigts de lui demander de quitter la vie politique. Y compris des journalistes qui l'ont pourtant interviewée toutes ces années, et probablement sur la BPI. Y compris les journalistes, très surpris (oulala imaginez, on ne s'en doutait pas) qu'elle soit nominée à la Vice Présidence de la BPI.
Ces mêmes journalistes qui ont noirci des papiers pour écrire qu'elle avait ses chances à la tête de la BPI car elle l'avait pré-figurée dans sa région et que c'était son idée. Allo la psy, on a des schizo sur les bras...

Sinon autre catégorie au moins aussi délétère : les gens qui ne sont pas forcément contre sa nomination à la tête de la BPI, mais qui pensent qu'elle l'a obtenue parce qu'elle "a fait la paix avec Valérie Trierweiler". Merci, mais bouclez là, hein.


Ségolène Royal a fait voté la création, dans sa région, d'une Banque publique d'investissement des PME, le 15 octobre 2012. C'était dans son programme, elle en parlait déjà en 2008, soit bien avant que François Hollande soit conquis par l'idée.

Pour le manque de légitimité, merci de repasser. D'ailleurs, ça me fait mal de le dire, mais même Olivier Falorni (ancien conseiller régional en Poitou Charentes, à qui il reste donc un peu de mémoire et de bonne foi) trouve "légitime" sa nomination à ce poste pour les raisons pré-citées.

Alors oui, elle n'est pas banquière. Bien sûr, qui le nie ? Mais, vous imaginez, seulement des banquiers à la tête de la BPI ?? Qui en voudrait ? Si on veut faire échouer la BPI, la recette est simple : mettez-y des banquiers.
La BPI, qui est là pour financer et accompagner les petites et moyennes entreprises, a besoin d'autre chose que de technocrates. Elle a besoin d'un sens politique pour prendre des risques et avancer.

Pour finir, non, elle ne cumule pas. Non, elle ne va pas quitter son poste de Présidente de Région, comme des imbéciles sont capables de le demander. Simplement parce que la BPI travaille en partenariat avec chaque Région. Il faut donc des représentants des Régions parmi le Conseil d'Administration. Ce sont Jean-Paul Huchon et Ségolène Royal, parité oblige. Et pour le coup, on n'a pas beaucoup le choix dans les présidentEs de région. Il serait anormal de ne pas choisir Ségolène Royal (pour les raisons encore pré citées).

Le Vice Président est lui même choisi parmi le Conseil d'Administration (CA). Si elle n'est plus présidente de Région, elle n'a aucune raison d'être au CA, puisqu'elle y est en tant que présidente de Région. Donc elle n'est plus Vice Présidente non plus. CQFD...

Réfléchir parfois, avant de dire n'importe quoi simplement parce qu'on n'aime pas Ségolène Royal et qu'on est un gros troll, c'est bien aussi. C'est bien quelque soit le sujet, d'ailleurs. Pensez-y, ça vous aidera dans la vie.
http://mel-36.blogspot.fr/2013/02/royal-la-bpi-le-machisme-court-toujours.html?showComment=1361609949181#c187833993962999921
Repost 0
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 09:02

La présidente de la Région Poitou-Charentes était interrogée par BFMTV depuis Dijon où elle participait à son premier conseil d'administration de la Banque publique d'investissement.

 

 

Repost 0

Recherche

Pages