Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 09:26

Chez les agriculteurs, 12 % des maladies liées au travail sont des tumeurs, selon une étude réalisée par le Réseau national de vigilance et de prévention des pathologies professionnelles (RNV3P), publiée le 7 octobre 2011. Alors qu’elles ne représentent que 7,6 % des maladies liées au travail tous secteurs confondus. Parmi les tumeurs liées au métier d’agriculteur, deux tiers seraient corrélées à l’usage des pesticides.

"Ces éléments nous montrent qu’il y a bien lieu de focaliser notre attention sur certaines expositions comme les pesticides, certaines populations et la survenue de certaines pathologies comme les cancers », constatait François Veillerette, dans L’Express du 7 octobre 2011. « Il est plus que temps de prendre des mesures de réduction de l’usage des pesticides et de bannir tous ceux suspectés d’être cancérigènes. Il s’agit là d’une question majeure de santé publique », glisse encore le porte-parole de l’ONG Générations futures, à l’attention des élus. L’étude du RNV3P est un argument de plus pour en finir avec ces produits de synthèse de lutte contre les insectes – et les autres êtres vivants d’ailleurs.

Les abeilles, par exemple. D’après le site canadien cyberpresse.ca, une étude menée par deux chercheuses canadiennes montre que les abeilles domestiques qui ont butiné dans des champs traités aux néonicotinoïdes –pesticides utilisés au Québec sur les grandes cultures de maïs – présentent des modifications dans la production d’enzymes contrôlant le système nerveux central. Or, ces modifications auraient un impact important sur le comportement de l’insecte, d’après des observations en laboratoire : difficultés à voler et à s’orienter, à communiquer avec les membres de sa colonie, voire la mort. Les abeilles ayant butiné dans des champs non traités par ces pesticides, elles, ne présentaient pas de tels changements de leur système nerveux, d’après cyberpresse.ca.

Les écotoxicologues Madeleine Chagnon et Monique Boily. ont analysé durant plus de 2 ans la présence de « biomarqueurs », - c’est-à-dire des indicateurs de la toxicité de l’environnement -, présents chez 6 000 abeilles, prélevées dans 6 régions du Québec. Elles ont comparé les abeilles provenant de ruches placées près de champs traités aux néonicotinoïdes, avec celles vivant dans des ruches à côté de champs non traités.

Les deux chercheuses auraient remis ces résultats au ministère de l’agriculture québecois. Dans le résumé d’un colloque tenu en 2010 au Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec, Madeleine Chagnon indique qu’ « en 2008, entre 95 et 99 % des champs de maïs du Québec avaient été concernés par des semences enrobées de clothianidine ». Un pesticide de la classe des néonicotinoïdes.

bioconsommateurs.org

Repost 0
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 09:01

 

Si la pauvreté recule globalement, les inégalités se creusent depuis 20 ans. Oxfam avertit : combattre l'extrême pauvreté ne suffit pas ; il faut agir sur l'extrême richesse.


 

De graves inégalités de revenus : c'est ce qui est perçu comme le facteur de risque mondial le plus menaçant pour les dix prochaines années, selon le rapport 'Global Risk' (ici en anglais) publié à la veille du sommet de Davos (du 23 au 27 janvier). Ce constat se fonde sur une enquête menée auprès d'un millier d'experts, décideurs économiques, politiques ou membres de la société civile.


Et il n'est pas nouveau. En décembre 2011 l'OCDE déplorait que, parmi les pays développés qui la composent, le revenu moyen des 10 % les plus riches soit aujourd’hui neuf fois plus élevé que celui des 10% les plus pauvres. Le fossé qui sépare les riches des pauvres atteint un niveau « record », au plus haut depuis plus d’un quart de siècle (Lire : Inégalités record dans les pays riches).


Toujours plus pour les plus riches


Dans un document publié le 18 janvier (ici en anglais), Oxfam s'appuie sur ce constat pour appeler à passer à l'action. Ces 10 dernières années, note l'ONG, « l'attention ne s'est portée que sur une moitié de l'équation : combattre l'extrême pauvreté ». Et cela a abouti à « de grands progrès » à l'échelle mondiale. Mais pour Oxfam, il est temps de prendre également en compte l'autre moitié de l'équation 'inégalités' : « l'extrême richesse ».


Car l'ONG souligne que ces vingt dernières années, c'est par le haut que les inégalités se sont accrues. Les revenus des 1% des personnes les plus riches de la planète ont augmenté de 60 %. Et la crise financière « contribue à intensifier, et non à freiner » cette inégalité croissante. En 2012, les 100 plus gros milliardaires possédaient 240 milliards de dollars – quatre fois la somme permettant d'éradiquer la pauvreté dans le monde.

Oxfam estime qu'au Royaume-Uni, par exemple, « l'inégalité est en train, rapidement, de revenir au niveau de l'époque de Charles Dickens ». En France, l'INSEE faisait récemment un constat similaire – sans remonter au 19è siècle, il observait que l'indice des inégalités n'a pas été aussi mauvais depuis la fin des années 1980. En Chine, les 10% les plus aisés s'accaparent près de 60% des richesses : le pays le plus peuplé du monde est en passe de rejoindre l'Afrique du Sud au rang de pays le plus inégalitaire de la planète.


Ramener les inégalités au niveau de 1990


L'ONG souligne le fait que « la richesse et les revenus extrêmes ne sont pas seulement contraires à l’éthique ; inefficaces sur le plan économique et destructeurs sur le plan politique, ils divisent la société et nuisent à l’environnement. » Illustration de cette dernière affirmation : selon les estimations, les personnes appartenant au 1% le plus riche émettent jusqu’à 10 000 fois plus de CO2 que le citoyen américain moyen.


« Nous avons besoin d’un nouveau New Deal mondial pour renverser la croissance des inégalités constatée ces dernières décennies », souligne Jeremy Hobbs, directeur d'Oxfam international. Pour l'ONG, les dirigeants mondiaux doivent s’engager officiellement à ramener les inégalités au niveau de 1990.


Oxfam avance plusieurs pistes dans ce sens : s'attaquer pour de bon aux paradis fiscaux ; renverser la tendance actuelle à des formes de fiscalité plus régressives ; instaurer un taux minimum d’imposition des sociétés à l’échelle mondiale ; stimuler les revenus plutôt que le rendement des capitaux ;  accroître des investissements en faveur de services publics gratuits et de filets de sécurité sociale.

 

http://www.lesnouvellesnews.fr/index.php/civilisation-articles-section/solidarite/2504-contre-inegalites-prendre-extreme-richesse

Repost 0
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 18:24

 

Repost 0
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 11:28

 

Alors qu'elle est sans cesse annoncée promue ici ou là, elle se multiplie sur son territoire.

Ségolène Royal : « Dans la vie, il convient de faire les choses du mieux possible là où on est. »

Ségolène Royal : « Dans la vie, il convient de faire les choses du mieux possible là où on est. » (photo pascal couillaud/« so »)

 
 Rares sont les jours où Ségolène Royal n'est pas gratifiée d'une brillante destination, une ambassade par çi, le parlement européen par là, quand il ne s'agit pas de l'Institut du monde arabe lequel, en définitive, est venu combler la soif de pouvoir (et surtout d'honneurs) d'un septuagénaire distingué du nom de Jack Lang.

Plus prosaïquement, la présidente du Conseil régional a tout mis en œuvre, cette semaine, pour se montrer au maximum dans le cadre de son mandat.


Hier soir - alors qu'elle avoue s'être rappelée que les aides fournies par la Région au nouveau théâtre de Poitiers lui permettaient d'utiliser les lieux trois soirées par an -, elle présentait ses vœux dans cette enceinte moderne et branchée.


Pour l'occasion, les petits plats avaient été mis dans les grands, les productions du terroir mises en avant, mais aussi quantité d'artistes régionaux sans oublier la participation des lycées agricoles et hôteliers de Poitou-Charentes, dont ceux de La Couronne et Barbezieux. Si avec ça, élèves et enseignants oublient une seconde à qui ils doivent de nager dans le bonheur, c'est à décourager les communicants de la politique.


Dans le même temps, la présidente a fait le point sur l'agence PME (à ce jour, 117 dossiers suivis et accompagnés, 125 millions d'euros mobilisés représentant un total de 2 173 emplois), agence qui va prochainement laisser sa place à la banque publique d'investissement qui possédera, on le sait, une antenne dans chacune des régions françaises. Une idée reprise au niveau national dont Ségolène Royal revendique haut et fort la maternité…


Autre chantier, c'est le cas de le dire, la mobilisation en faveur des artisans qui trinquent, actuellement, en raison de la crise et qui manifestaient hier à Poitiers à l'initiative de la Capeb. Un plan régional d'isolation des maisons individuelles incluant des aides aux particuliers devrait bientôt voir le jour, leur a-t-elle soufflé.


Enfin, hier matin, une réunion s'est tenue avec l'exécutif de la Région Limousin. Au menu, la LGV Poitiers-Limoges, projet soutenu par les deux Régions - mais Poitiers a redit que ce sont l'État et l'Europe qui devaient payer… - et la liaison TER entre les deux villes avec la mise en place d'une concertation de deux mois pour les usagers afin d'améliorer le service.


Bref, sans doute pour clore le bec aux rumeurs, Ségolène Royal se démène sur son territoire, se voyant même mener la liste de gauche aux prochaines régionales. « Dans la vie, il convient de faire les choses du mieux possible là où on est », dit-elle, même si elle avoue qu'au bout de trente ans de politique, « on a envie de participer au changement quand vos couleurs sont au pouvoir ».

« Ce ne serait pas une imposture », ajoute-t-elle.

 

http://www.sudouest.fr/2013/01/19/une-presidente-de-region-sur-le-pont-

Repost 0
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 10:58
 
La présidente de Région a souligné les réussites d'entreprises régionales.
La présidente de Région a souligné les réussites d'entreprises régionales.

 

Vendredi soir, Ségolène Royal avait choisi de donner du rêve. Pour sa cérémonie de vœux 2013, la présidente de région a volontairement souligné les réussites privées – mais aidées par la collectivité – qui font aujourd'hui la fierté de Poitou-Charentes.


A l'image des ouvrières de Bocage Avenir Couture qui rentrent tout juste de Hong-Kong, où l'entreprise était invitée à la Semaine de la mode. A La Forêt-sur-Sèvre (Deux-Sèvres), la petite entreprise rurale reprise en coopérative par les salariées il y a une dizaine d'années, « avec l'aide de la Région qui ne les a jamais lâchées », exporte désormais en Chine, en Inde et au Japon.


Ou de la société de construction de maison bois, Millet à Mauléon (Deux-Sèvres) qui bénéficiait en 2010 d'un prix régional de 80.000 € et qui aujourd'hui, a un an et demi de contrats devant elle, dont la construction des chalets du Center Parcs dans le Loudunais.

Des entreprises qui vont bien… ou mieux


Exit pour un soir, les entreprises menacées comme le site de la Coop Atlantique à Ingrandes. Le temps d'un discours de vœux résolument optimiste, on regarde d'abord ce qui va bien. Ou mieux. Comme Heuliez qui respire avec la vente d'une partie de l'usine au groupe Eurocopter « grâce au savoir-faire des salariés et à l'engagement de la région aux côtés des dirigeants pendant les deux dernières années difficiles », ou les fonderies du Poitou, « sauvées grâce à l'engagement des élus locaux aux côtés des salariés. »


La croissance verte reste un axe prioritaire

 

Et de souligner, outre les engagements de la Région déjà déclinés lors du vote du budget, la création d'un institut international de la chimie verte industrielle en Poitou-Charentes. « C'est un champ extrêmement prometteur et une nouvelle corde à l'arc de la croissance verte régionale », a-t-elle ajouté, s'accordant un petit bémol dans ce florilège de succès régionaux. « Il nous faudra encore de l'audace et toujours du courage pour percevoir, dans les incertitudes de notre époque de transition, les chances à saisir et à renforcer […] Je souhaite à chacun de réaliser son rêve en 2013 Et si la Région peut y aider, j'en serai très heureuse. »


D. N.http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/communes/Poitiers/n/Contenus/Articles/2013/01/20/Segolene-Royal-espere-2013-avec-optimisme
Repost 0
19 janvier 2013 6 19 /01 /janvier /2013 11:08

 

422550 33244033Ségo marseille

 

La présidente de Poitou-Charentes a présenté ses voeux hier soir à Poitiers. Sans s'exprimer sur ses ambitions nationales.

Par ADRIANE CARROGER

 

Rien que la région et seulement la région.

 

Tels ont été les maîtres mots du discours de voeux de Ségolène Royal hier soir, à Poitiers en présence d’un millier d’invités. Tout de rouge vêtue et affichant un large sourire, la présidente de la région Poitou-Charentes a souhaité que «2013 soit une année de la créativité et du courage.»

 

Elle a tenu à saluer «tous les talents» installés dans la région et s’est félicitée de la «très belle course» que mène actuellement dans le Vendée Globe le skippeur François Gabart. «Certains ne le savent pas mais il est charentais» a t-elle souligné.


«Bonne année 2013. Réalisez vos Rêves», pouvait-on lire sur l'écran lumineux sur fond fushia pendant le discours de l’ancienne candidate à la présidentielle. Et pour l’année qui s’annonce «prometteuse», elle s’est dite «sûre» que le pays parviendrait par la mise en mouvement «des intelligences et des bonnes volontés» à «saisir les opportunités de la crise».

 

Ségolène Royal a fixé à la région plusieurs objectifs à atteindre dans le domaine environnemental, de l’emploi, de l'épanouissement individuel et de la solidarité après avoir rappelé les succès obtenus dans la région grâce au soutien du Conseil régional qu’elle préside depuis 2004.


Elle a réaffirmé le rôle indispensable des PME sur le territoire. «Sans ces entreprises, rien ne serait possible». Elle a cité plusieurs d’entre elles dont la plus célèbre, Heuliez, qui a réussi «une magnifique reconversion». Elle a ajouté que ce tissu de PME rendait la région «attractive et compétitive».


Lors de cette cérémonie des voeux, Ségolène Royal, n’a pas souhaité faire de parenthèse nationale ou internationale à l’heure où la France intervient au Mali. Au cours de son allocution, n’a pas pipé mot de sa situation personnelle alors qu’elle fait savoir qu’elle n’a pas renoncé à retrouver un rôle national. Après deux échecs consécutifs, l’un aux primaires socialistes et l’autre à la députation sur le territoire de la Rochelle, la présidente de la région Poitou-Charentes a refusé dernièrement la présidence de l’Institut du monde arabe.


Les invités ont ensuite été conviés à se rendre à l’auditorium pour «un moment musical» où Malik, un jeune artiste de la scène régionale s’est notamment produit. Et comme il se doit, un buffet garni de produits locaux attendait les invités qui ont pu savourer les produits du terroir, parmi lesquels chabis, huîtres Marrenne Oleron et grillon charentais.

 

http://www.liberation.fr/politiques/2013/01/19/segolene-royal-comme-si-de-rien-n-etait_875211

Repost 0
19 janvier 2013 6 19 /01 /janvier /2013 10:29

 

 

 


 

Ségolène RoyalSégolène Royal/Image d'archives / Crédits : ABACA

 

Lors de sa cérémonie des voeux à Poitiers, vendredi, la présidente de la région Poitou-Charentes s'est dit "sûre" que le pays parviendrait à se redresser par la mise en mouvement "des intelligences" et des "volontés créatrices".

 


Ils étaient plus d'un millier à s'être déplacés pour l'entendre prononcer ses vœux à Poitiers.

 

Après une année 2012 difficile, marquée notamment par sa défaite aux législatives à La Rochelle face à Olivier Falorni, Ségolène Royal a mis en avant les succès de la région Poitou-Charentes, grâce aux initiatives et au soutien du Conseil régional qu'elle préside, dans un discours aux élans lyriques. Celle qui se comparaît récemment à un joueur "prêt à entrer sur le terrain" a ainsi salué le navigateur charentais François Gabart, actuellement en tête du Vendée Globe.


Elle a considéré que "notre pays doit réussir sa mutation en saisissant les opportunités de la crise et les nouvelles chances qu'elle apporte". "La France y parviendra, j'en suis sûre, si toutes les bonnes volontés, toutes les intelligences, toutes les volontés créatrices et tous les territoires dont le nôtre, se mettent en mouvement", a-t-elle estimé. 


"Face aux secousses de toutes natures qui nous assaillent" (...) "notre pensée va à toutes les victimes du fanatisme que nourrissent la misère et l'ignorance", a-t-elle relevé. Invitée à réagir sur des sujets d'actualité comme l'intervention française au Mali, elle a refusé de s'exprimer sur le sujet. Comme sur ses propres ambitions.

 

http://lci.tf1.fr/politique/royal-la-france-doit-saisir-les-opportunites-de-la-crise-7784198.html

Repost 0
19 janvier 2013 6 19 /01 /janvier /2013 10:14

 

  
 
Ségolène Royal et Claude Bertaud. Ségolène Royal et Claude Bertaud.

 

La Région Poitou-Charentes et le Département de la Vienne ont affiché hier une belle unanimité autour du projet du Center Parcs. Une étape importante.


Pour la deuxième fois dans la semaine, Ségolène Royal et le président du conseil général de la Vienne Claude Bertaud, se sont retrouvés hier pour finaliser un partenariat.

 

Cette fois, c'était à la Maison de la Région à Poitiers, où ils ont signé la convention de partenariat pour le projet de construction de Center Parcs en Nord-Vienne. Devant de nombreux élus en particulier l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, la présidente du conseil régional a salué « ce projet magnifique du Département de la Vienne, une initiative créative et courageuse, avec un potentiel de création d'emplois très important ».

Avant d'ajouter que « la Région appuie cette intelligence des territoires ».


Région et Département ont insisté sur la nécessité pour les entreprises et PME de se rassembler pour obtenir les marchés. C'est en bonne voie, avec trois cents d'entre elles de la Vienne et des Deux-Sèvres qui ont été fléchées grâce à l'action des chambres consulaires. La Région a confirmé son soutien à hauteur de 13 millions d'euros pour la formation et l'éco-construction. L'engagement régional porte à la fois sur la participation à la Société d'économie mixte locale (SEML) pour 5 M€, ainsi qu'en matière d'emploi et de formation (3 M€). La Région mobilisera également 5 M€ en matière d'excellence environnementale. « Vous avez pris vos responsabilités en apportant votre soutien à ce projet d'avenir », a déclaré Claude Bertaud. « On peut avoir des sensibilités politiques différentes mais quand le respect des personnes est là, il y a toujours moyen de travailler et de bâtir ensemble pour l'intérêt général des habitants de nos territoires. » a-t-elle répondu.


La SEML prendra à sa charge le financement de 135 M€ dédiés aux équipements collectifs. Le Conseil général en tant qu'actionnaire majoritaire financera 19,3 M€ en apport au capital, et la Caisse des dépôts et consignations représentée hier par son directeur régional Thierry Ravot, à hauteur de 10,25 M€ Des acteurs publics et privés apporteront leur participation financière pour 2,45 M€.


« Ce n'est pas parce qu'il est minoritaire qu'un actionnaire doit être mésestimé », a glissé en marge de cet accord Jean-Pierre Raffarin.

P. B.
Repost 0
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 17:57
L'Essentiel Poitou-Charentes
La lettre d'info de la Région Poitou-Charentes 353
Jeudi 17 Janvier 2013   
Tramways pour l'ile de france

Alstom séduit l'Île de France

Fleuron de l'industrie des transports, de notoriété internationale, Alstom a reçu commande de 19 nouveaux tramways parisiens pour un montant de près de 50 millions d'euros.
En savoir plus
Reunion de chantier a Kyoto

Le chantier-école au lycée

Mardi 15 janvier au Lycée Kyoto, le proviseur et son équipe, la Vice-présidente de la Région en charge de la commande publique et les responsables de l'association Chantier-École Poitou-Charentes se retrouvaient pour faire le point sur une opération exemplaire à plus d'un titre.
En savoir plus

Region lib

Régionlib, c'est parti !

Les premiers véhicules électriques de régionlib, le service d'auto-partage créé par la Région avec 7 collectivités, ont été mis à disposition lundi 14 janvier.
En savoir plus
Edito de Segolene Royal
«  Aujourd'hui, j'ai participé à la réunion mensuelle de l'Agence PME pour préparer la mise en place de la Banque Publique d'Investissement en Poitou-Charentes.

Cette initiative, conforme à la Déclaration commune Etat-Régions du 12 septembre 2012 et qui s'inscrit dans l'action du gouvernement, est facilitée par l'existence de l'Agence PME créée par la Région Poitou-Charentes dès octobre 2011.

Avec l'Agence PME qui réunit les acteurs susceptibles de financer les projets d'entreprises locales, la Région accompagne les PME dans leur recherche de partenaires financiers afin d'opérer un renforcement de leurs fonds propres ou d'obtenir une garantie de leur prêt bancaire.

L'Agence PME qui est venue compléter les outils déjà mis en place par la Région pour aider les TPE/PME, compte au 10 janvier 2013 : 21 membres actifs, 117 projets suivis et accompagnés, et 125 M¤ mobilisés représentant un total de 2 173 emplois. Parmi eux, il y a notamment le projet de la Société EZ WHEEL à Saint Michel (16) en direction des transports, ou celui de R2C System à Niort (79) pour faciliter la prise de décision dans les entreprises ».


Ségolène Royal
Présidente de la Région
Poitou-Charentes
Ancienne Ministre
Repost 0
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 17:36

 

Réunion de fin de chantier au Lycée Kyoto avec le proviseur et son équipe, la Vice-présidente de la Région en charge de la commande publique et les responsables de l'association Chantier-École Poitou-Charentes
Réunion de fin de chantier, co-présidée par Mme Joly, Vice-Présidente de la Région et M. Zenou, Proviseur du Lycée Kyoto

 

 

Le chantier-école au Lycée (et ailleurs) voilà une idée qui va faire école !

 

Réunion de fin de chantier un peu inhabituelle ce mardi 15 janvier au Lycée Kyoto : le proviseur et son équipe, la Vice-présidente de la Région en charge de la commande publique et les responsables de l'association Chantier-École Poitou-Charentes se retrouvaient pour faire le point sur une opération exemplaire à plus d'un titre.


Lors de la construction du Lycée en 2008-2009, les services de la Région ont du faire face à la défaillance d'une entreprise de menuiseries missionnée pour la pose d'ouvertures et de stores. Après une phase de concertation, les élus ont décidé d'utiliser une procédure originale, avec un marché d'insertion et de qualification qui a permis la mise en place de 10 modules, allant du travail en nacelle au montage/démontage d’échafaudage en passant par l'apprentissage des règles de sécurité ou le permis cariste. Au total, 8 464 heures de formation/qualification ont été données à 381 stagiaires, tout au long de l'année 2012.
 

Le travail en nacelle, une technique spécifique et des règles de sécurité très exigeantes
Le travail en nacelle, une technique
spécifique et des règles de sécurité
très exigeantes
Monsieur Zenou, Proviseur du Lycée, a fait part ce matin de sa grande satisfaction en remerciant les encadrants et les stagiaires présents  : «  vous avez été force de proposition pour résoudre les problèmes techniques, plus qu'une entreprise prestataire, vous êtes un vrai partenaire avec lequel notre équipe a pu travailler en bonne intelligence  ».
Régine Joly, élue régionale et ardente défenseure de l'insertion dans les marchés publics, a souligné l'importance de valoriser un dispositif «  gagnant-gagnant  » auprès de toutes les collectivités. Pour la Région cette opération s'inscrit dans une démarche globale visant à intégrer les clauses sociales dans les marchés publics. Sous l'impulsion de la Direction de la commande publique, depuis 2011 pas moins de 50 000 heures de travail sont ainsi proposées chaque année à des personnes éloignées de l'emploi.

Henri Patois, directeur du chantier, a vivement remercié la Région pour la confiance accordée et le Lycée Kyoto pour son accueil et a précisé que les formations suivies par les salariés (CACES , habilitation…) et un taux de réussite très élevé devraient faciliter l’accès à l’emploi à l’issue de leur contrat d’insertion.. Ces éléments encourageants justifient à eux seuls toute la  satisfaction exprimée par les parties prenantes : le chantier-école au Lycée (et ailleurs) voilà une idée qui va faire école !

Repost 0

Recherche

Pages