Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 12:55

 

58651 1597980117228 1467755058 31517059 5147007 n

L’éducation n’est pas une variable d’ajustement

  la France a été pointée du doigt en matière d’éducation comme un élève très moyen qui ne progresse pas.

Notre pays possède dorénavant le plus faible nombre de professeurs par élève, parmi les 34 pays membres de l’OCDE comme l’indique le centre d’analyse stratégique dans sa note de février 2011.

 

Cette situation est le résultat d’une politique dogmatique de non remplacement d’un fonctionnaire sur deux, qui aboutit à la suppression de 50 000 postes d’enseignants en 3 ans.
 

 

Après le mouvement des enseignants désobéisseurs, 47 enseignants, proviseurs, inspecteurs ou conseillers pédagogiques ont décidé de rendre leurs Palmes académiques à Luc Chatel pour protester contre la politique du gouvernement en matière d'éducation. Faisant fi de tout cela, le chef de l’Etat rétorquait lors de l’émission Paroles de Français sur TF1 qu’il est temps d’ « arrêter de se focaliser sur le quantitatif et de se mettre sur le qualitatif ».

 

Mais comment oser parler de « qualitatif » quand la politique de Nicolas Sarkozy aggrave une situation qui n’était déjà pas satisfaisante au moment de son arrivée au pouvoir ?
 

 

J’en veux pour preuve les résultats de l’étude PISA 2009 (programme international pour le suivi des acquis)  sur la performance des systèmes éducatifs qui place la France en dessous de la moyenne des pays de l’OCDE. J’en veux pour preuve également le récent arrêt du tribunal de grande instance de Montpellier qui vient de condamner l’Etat à indemniser un enfant, victime de violences en 2007-2008, pour

« faute de surveillance et de précaution » de la part de la directrice de l'établissement.
 

 

Le défi est à hauteur de celui que Jules Ferry a relevé en créant l’école publique gratuite, laïque et obligatoire, permettant l’alphabétisation de la France.

 

Aujourd’hui, l’enjeu est l’accompagnement d’une véritable révolution éducative pour en finir avec l’élitisme scolaire. 

Comme je l’avais écrit il y a un an, nous devons redéfinir les objectifs du système éducatif dans son ensemble :
 
- Former des citoyens libres, responsables et capables d’apprendre tout au long de la vie
- Repenser un système public d’éducation à partir de la petite enfance et tout au long de la vie
- Repenser la capitalisation des connaissances et des diplômes
- Redéfinir le métier d’enseignant
- Favoriser l’engagement des équipes éducatives
- Repenser la place de l’élève
- Sortir le système éducatif français de la notion de sanction/évaluation/échec
- Donner les outils aux jeunes pour devenir des citoyens bien informés et réactifs par rapport aux enjeux actuels de notre planète.

 

Je vous invite à relire les propositions de Ségolène Royal qu’elle a faites lors de son Université Populaire et Participative sur l’éducation. Comme elle le dit justement , il faut cesser de dévaloriser, déshumaniser, « ramener à une variable d’ajustement budgétaire » les enseignants de notre pays.

 

Il faut au contraire redevenir exigeant sur la qualité de notre système éducatif.
Ségolène Royal propose de limiter les collèges à 600 élèves, de limiter le nombre d’enfants par classe à 17, et d’envisager la présence d’un deuxième adulte dans une classe, par exemple au travers d’enseignants stagiaires rémunérés ou d’aides éducateurs.

 

L’éducation, encore l’éducation, toujours l’éducation, voilà notre exigence.

Repost 0

Recherche

Pages