Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 16:49

Parce qu’il n’y a pas de société d’avenir sans avenir pour les jeunes, je choisis Ségolène Royal‏‏

 

Par Sébastien Le Gall

Sébastien Le Gall

 

J’ai 22 ans. En général, on m’appelle « jeune » ou « étudiant ». D’autres m’appellent « Monsieur ».  D’autres encore m’appellent « camarade ».

 

Les sociologues m’appellent «Whyer ». Je ne me souviens de Mitterrand que ce que j’ai appris à l’école. Je n’ai pas connu non plus les trente glorieuses.

Pour moi, le communisme appartient à un autre siècle. Aussi loin que je me souvienne, il y a toujours eu un ordinateur chez moi et le Front National fait un score entre 15 et 23% aux élections.

 

Le 21 avril 2002 j’ai entendu mes parents passer la soirée à chercher à qui la faute. En 2007 j’ai compris que quelque chose avait changé. J’ai vu le formidable élan d’espoir qui s’était levé à gauche et dans la société.
 
Chômage, absentéisme scolaire, manque de perspective d’avenir, abstention, déficit public. On me dit que ma génération est sacrifiée, mais je ne suis pas résigné. Je ne crois pas au discours fataliste qui veut nous faire croire que la politique ne peut plus rien face à une économie mondialisée et dirigée par une manne financière surpuissante. L’apolitisme que je combat est un mal qui ronge notre société. Sa propagation conduit nécessairement à la montée des extrêmes.

 

La droite au pouvoir dit de moi que je suis paresseux et assisté. Elle dit que je n’ai pas de culture, pas de savoir vivre, pas de volonté. Elle considère que c’est à mes parents – bien plus qu’à la société – de faire en sorte que je réussisse. Une partie de la gauche me considère comme victime et veux me protéger à grand coup de mesures égalitaristes. Mais ma France à moi est pleine de talents. C’est une France créative et novatrice. Elle a des compétences, mais ne rentre pas toujours dans le moule qu’on veut lui imposer. Elle veux retrouver la confiance en l’avenir mais refuse qu’on l’assiste.

 

Ma France à moi sait que demain ne se fera pas sans elle et veut prendre sa place en toute liberté dans la société. Elle y est résolu et ne laissera personne construire demain à sa place.

 

Il n’y a pas de « choc » des générations. Je ne suis pas de ceux qui défendent la jeunesse en opposition au reste de la société. Au contraire, c’est à nous de réfléchir à la façon de mettre en place une solidarité entre les générations afin d’assurer le progrès de notre société.

 

Ce que je veux en tant que jeune c’est une liberté de choix qui passe nécessairement par une insertion professionnelle réussie.

 

Les primaires socialistes sont une formidable occasion de débattre sur les sujets de fond, de mobiliser et de permettre aux citoyens de participer au choix des idées portées par la gauche en 2012.

 

Dans ce débat j’ai fait le choix de soutenir Ségolène Royal. Ni fanatisme, ni religion. Je n’ai pas choisi d’adhérer à un slogan ou à une coupe de cheveux. J’ai fait le choix d’une vision de la société.

 

Ségolène Royal a compris qu’il n’y a pas de société d’avenir sans avenir pour moi. Elle a compris que je suis prêt à construire cette société si on m’en donne les moyens. Surtout en matière d’insertion professionnelle. Ségolène Royal à compris qu’il n’y a pas UNE jeunesse mais des jeunes. En ce sens, elle préfère les propositions qui tiennent compte de nos parcours individuels aux solutions uniques qui nous cloisonnent. Elle a montré aussi sa capacité à innover en politique, sur la forme et sur le fond. Elle est capable de mettre en pratique les idées qu’elle défend. Et finalement, elle a montré sa capacité à proposer :

 

- Instauration d’une obligation pour les entreprises de plus de 50 salariés bénéficiant d’aides publiques ou bénéficiaires de marches publics de recruter des jeunes de moins de 25 ans.

 

- Mise en place d’un plan national de développement des formations en alternance et en apprentissage avec obligation pour les entreprises de plus de 50 salaries d’accueillir des jeunes inscrits dans de telles formations.

 

- Mise en oeuvre d’un plan national de créations d’entreprises grâce à la mobilisation de bourses tremplin pour l’emploi « désir d’ entreprendre » pouvant atteindre 10 000 euros par jeune créateur.

 

- Pour tous les jeunes n’étant ni en emploi, ni en formation, ni en création d’entreprise, instauration d’une obligation d’effectuer un service civique au profit de la collectivité en échange d’un revenu d’activité

 

Ségolène Royal propose de redonner à la jeunesse un sentiment d’appartenance à une nation solidaire et fraternelle. Je crois, comme elle, qu’il n’y a pas d’égalité réelle sans justice et sans liberté. Je crois en sa capacité à redonner le goût de la politique à ma génération et à instaurer un ordre social juste en France. Je l’assume et je choisis dès maintenant de défendre son projet dans ma ville, dans mon département et partout ou j’irais.

 

Sébastien Le Gall

Repost 0
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 08:21
Lundi 4 juillet 2011

 

 

http://static.lexpress.fr/medias/466/socialiste-segolene-royal-segolene_423.jpg

 

 

 

Lundi 4 juillet :

Invitée de Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1 à 8h20

POITIERS : Conférence sociale régionale  sur le chômage des seniors et le pacte pour l'emploi des jeunes

 

- Mercredi 6 juillet :

12h00 : Invitée de Tropiques FM

16h30 conférence de presse hebdomadaire

9h30 invitée de Questions d'info sur la Chaîne Parlementaire en partenariat avec l'AFP et France Info


- Jeudi 7 juillet
:

8h20 invitée de France Inter

LA ROCHELLE - Rencontre avec la presse - Propositions pour la recherche et l'innovation pour les PME. Inauguration du nouveau bâtiment du Centre d'Innovation et de Transfert Technologique en Charente-Maritime. La région laboratoire pour les SOLUTIONS 2012


- Vendredi 8 juillet
:

Rencontre avec la presse, proposition sur la santé. Pose de la première pierre d'une maison de santé rurale . La région laboratoire pour les SOLUTIONS 2012

Réunion du conseil régional. Vote de l'appel à projets éco-mobilité : nouvelles aides aux véhicules électriques, aux bornes de recharge et utilisation partagée de véhicules électriques. Propositions pour la croissance verte. Le laboratoire régional pour les SOLUTIONS 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 23:28

44.jpg

 

 

Voir tout l'album réalisé par notre amie Christine Pichette :

 

https://picasaweb.google.com/dacommparis/DeclarationDeLaCandidatureOfficielleDeSegoleneRoyal?feat=email#

 

 


Ségolène Royal 2012 : Arçais, là où tout a commencé !

 

  

Arcais. Marais Poitevin. Dimanche 26 juin 2011. 15h15.

 

  

1.000 personnes attendent sous un soleil de plomb, dans une cour bordant un magnifique cours d’eau. Casquettes aux couleurs bleu-blanc-rouge, bouteilles d’eau qui déferlent dans les rangées, drapeaux français, du PS et de Désirs d’Avenir qui se croisent, service d’ordre qui s’installe : nous sommes bien à la déclaration de candidature de Ségolène Royal.

 

  

La Présidente de la région Poitou-Charentes arrive entourée de maires et élus locaux de sa circonscription. En cet instant solennel, elle tenait à avoir à ses cotés, celles et ceux qui lui sont fidèles depuis 1988. Celles et ceux qui savent ce qu’elle a fait pour son territoire, et plus tard pour son département et sa région depuis 2004. Ils connaissent, eux, loin des caricatures et de l’injuste procès en incompétence, ce qu’elle sait faire, peut faire. Ils connaissent sa volonté, son sens de l’écoute, sa capacité à rassembler, à fédérer, à mettre en mouvement. Ils sont les témoins de l’évolution de cette jeune femme totalement inconnue envoyée par l’Elysée pour « probablement se faire battre et retenter sa chance à plusieurs reprises » et qui finira, à la surprise générale, par gagner la circonscription dès la première tentative pour ne plus jamais la perdre (y compris en 1993 et en 2002).

 

  

Son discours débute par l’évocation de cette « Venise Verte ». « C’est un lieu paisible et reposant, où l’on apprend à ralentir, comme il en existe aux quatre coins de notre beau pays, la France » dit-elle. « Ce lieu symbolise les valeurs de l’action politique telles que je les aime : la fidélité à ses racines (…), la persévérance (…), l’esprit visionnaire, car il en fallait pour faire, il y a vingt déjà, de l’excellence environnementale et de l’économie solidaire, notre feuille de route pour réhabiliter, année après année, résultat après résultat, un grand site national candidat au patrimoine mondial de l’Unesco » poursuit-elle.

 

  

Dans la suite logique de l’évocation de son parcours, elle parle d’elle, de ses forces et de ses faiblesses.

 

Elle reconnait d’abord des erreurs, notamment lors de la dernière campagne présidentielle. Alors qu’elle pensait, et nous avec elle, que le Parti Socialiste allait se rassembler automatiquement autour d’elle, puisqu’elle venait de gagner à plus de 60% son investiture interne, certains de ses plus illustres dirigeants sont retournés vaquer à leurs occupations locales, se contentant du strict minimum durant la campagne. « J’aurais dû aller chercher, un par un et une par une, ceux qui pouvaient être légitimement contrariés par le résultat de la compétition interne » reconnait-elle.

 

Quand d’autres savants, persuadés de tout savoir, se noient dans une mer de certitudes, Ségolène Royal fait preuve d’humilité et reconnait ce qui n’a pas marché !

 

Mais elle poursuit rapidement avec l’évocation de ses succès, ce qu’elle nomme « la politique par la preuve ». Une idée simple qui consiste à dire que les mots, les promesses, les grands discours ne sont rien s’ils ne sont pas suivis des faits.

 

La politique par la preuve ? C’est promettre l’instauration du non-cumul des mandats et se l’appliquer à soi-même en cédant sa circonscription des Deux-Sèvres à une jeune femme de 34 ans. La politique par la preuve ? C’est mettre l’écologie au cœur de tout, donner du sens à l’excellence environnementale et faire de la région Poitou-Charentes, la première région d’Europe sur le plan énergétique. La politique par la preuve ? C’est refuser la fatalité qui voudrait que la politique soit impuissante à combattre la voracité du capitalisme et faire entrer, pour la première fois en France, une collectivité territoriale dans le capital d’une entreprise pour la sauver. Mia Electric est passée de 35 à 160 salariés en un an et s’apprête à produire et commercialiser la première voiture électrique en Europe ! C’est aussi Chizé Confection, Bocage Avenir Couture, Couture Venise Verte ou Monneau Confection, entreprises du textile, toutes passées à deux doigts de la liquidation et qui ont été reprises en SCOP par les ouvrières, avec le soutien de la Région via les Bourses Régionales Désir d’Entreprendre.

 

La Région Poitou-Charentes va créer en 2012 le premier centre de formation de France pour les jeunes entrepreneurs de l’économie sociale et solidaire.

 

La politique par la preuve ? C’est vouloir la participation des citoyens à la décision publique et lancer le budget participatif dans les lycées qui a, par exemple, débouché sur la création du pass contraception qui est aujourd’hui inscrit dans le projet national du PS et a été adopté récemment par la région Ile-de-France.

 

La politique par la preuve ? C’est débloquer une enveloppe de 5 millions d’euros pour venir en aide aux agriculteurs terrassés par la sécheresse quand le ministre de l’agriculture a abandonné son poste pour décrocher Bercy et que le Président de la République est venu annoncer des retenues collinaires dans une région sans collines !

 

Le tout a été fait sans augmenter les impôts, par souci de préserver le pouvoir d’achat des habitants de la région.

 

Oui, Ségolène Royal est prête. Je peux témoigner du travail remarquable réalisé par ses équipes depuis 2007. Désirs d’Avenir a organisé des centaines de débats sur tout le territoire ces cinq dernières années. Tous les sujets ont été abordés. Les plus grands experts nationaux et internationaux sont venus échanger avec des dizaines de milliers de français sur l’avenir du pays. Christiane Taubira, Stéphane Hessel, Bernard-Henri Lévy, Jean-Pierre Chevènement, Jean-Luc Mélenchon, Arnaud Montebourg, Guillaume Duval, Philippe Aghion, Susan George et bien d’autres sont venus discuter, débattre et prouver que d’autres solutions pouvaient se déployer ! Un travail titanesque d’éducation populaire. Une occupation permanente du terrain. Des réflexions de grande qualité qui ont vu l’expérience personnelle de chaque femme et de chaque homme venir s’ajouter, compléter, enrichir les analyses des experts. Du Nord au Sud, d’Est en Ouest, les résumés de ces débats sont remontés jusqu’à Ségolène Royal qui s’en servira le moment venu pour préciser sa vision du pays. Quel autre mouvement citoyen, quel autre parti peut présenter un tel bilan ?

 

Oui, Ségolène Royal est compétente. Chargée de mission à l’Elysée, énarque, députée pendant dix-huit ans, trois fois ministre, présidente de région, première femme à accéder au second de l’élection présidentielle : peu, très peu, à gauche comme à droite, peuvent présenter un tel CV ! Ce parcours réalisé sans que jamais, jamais, elle ne tombe dans la connivence avec les puissants. Ségolène Royal ne fréquente aucun club « select », ne dîne dans aucun cercle douteux, ne part en vacances avec aucun journaliste ou patron de presse.

 

Oui, Ségolène Royal est la mieux placée pour gagner. Sa fermeté sur les questions de sécurité et son implication dans le débat sur l’immigration font d’elle notre meilleure arme contre Marine Le Pen. Son volontarisme sur les questions économiques (interdiction des licenciements boursiers, conditionnement des aides aux entreprises à l’obligation d’embaucher des jeunes, création d’une Banque publique d’investissement,…) lui facilitera les discussions avec la gauche communiste et radicale. Son action déterminée en faveur de l’excellence environnementale fait d’elle la plus écologiste des socialistes. Sa main tendue aux centristes humanistes et aux déçus du sarkozysme, quand d’autres faisaient alliance avec le Modem dans leur ville tout en prônant l’inverse au niveau national, lui permettra de former un grand arc républicain pour battre la droite.

 

Je quitte les Deux-Sèvres plus déterminé que jamais. Ségolène ira jusqu’au bout. Ségolène gagnera les primaires. Ségolène rassemblera la gauche, puis le pays, et deviendra la première femme Présidente de la République. C’est une conviction que rien ne vient ébranler. Pas un seul jour, depuis ce soir de l’hiver 2006 où je me suis décidé à la rejoindre, je n’ai douté qu’elle finirait par diriger la France. Elle en a l’envie, plus les autres, la compétence, autant que les autres !

 

En 1988, c’est à Arçais que tout a commencé. En 2011, c’est d’Arçais que nous repartons, confiants, solides et déterminés, vers le palais de l’Elysée.

 

 

Amine EL KHATMI

 

Désirs d’Avenir Paris.

Repost 0
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 22:54
Il y a moins de 48 heures, un grand sondage annonçait après tant d’autres la victoire écrasante de Nicolas Hulot au premier tour de la primaire d’Europe Ecologie-Les Verts. Eva Joly ne pouvait que rappeler l’évidence : les sondages ne font pas un vote. Sa réaction fut accueillie par le silence habituel, glacial et méprisant des faiseurs d’opinion. Las ! Les électeurs ont voté : c’est Eva Joly qui arrive aujourd’hui largement en tête du scrutin, dans un renversement de situation que personne n’avait voulu envisager.
 
Je vois au moins deux motifs, pour tout le monde, de se réjouir de cette nouvelle défaite cinglante des sondeurs, devins et autres arbitres des élégances médiatiques.
 
La première concerne la critique que nous sommes quelques-uns à porter contre l’hégémonie des sondages dans l’analyse de la vie politique et ses conséquences néfastes pour le débat d’idées et la liberté d’opinion. On peut espérer que cette leçon d’humilité forcée aura quelques conséquences vertueuses dans la présentation et le traitement médiatiques des candidats à la primaire socialiste, de leur crédibilité, de leurs propositions et de leurs capacités respectives de l’emporter.
 
La seconde est évidemment que le résultat de cette consultation récompense – sans préjuger de la qualité des personnes - la constance et la force de conviction contre la toute puissance supposée des cotes de popularité, états de l’opinion, intentions de vote et autres colifichets sondagiers.
 
Souhaitons que cette « surprise » créée par Eva Joly bénéficie au débat d’idées entre socialistes, libérant les uns et les autres du diktat du sondage quotidien au profit d’une vraie confrontation des valeurs, des convictions et des projets politiques qu’ils défendent pour la France de demain.
 

Najat Vallaud-Belkacem

Porte-parole de Ségolène Royal
Repost 0
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 19:45
Repost 0
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 16:14

Heureusement que Ségolène est là !

 

Martine Aubry annoncera donc tout à l'heure sa candidature à la primaire du PS. On s'achemine donc vers un duel Aubry-Hollande. Mais, paradoxalement, c'est une autre candidate qui retient votre attention. Pour vous, seule Ségolène Royal peut rendre la primaire passionnante.

 


9641309163650

 

Oui - et, pour cela au moins, il faut lui dire merci. L'entrée en lice de Martine est un non-événement, écrit d'avance le jour même de l'arrestation de DSK à New York, le 15 mai. Et, du coup, la primaire est sur les rails vers une finale Aubry-Hollande. Il n'y a guère de suspense là-dessus et, comme les socialistes sont terrifiés à l'idée que la campagne interne puisse creuser les antagonismes entre les prétendants, ils hésitent même à organiser des débats entre eux. Ce sera donc une guerre de roses, mais sans les épines.

 

Autrement dit : rien de très piquant. Sauf, donc, si Ségolène s'en mêle.

 

Vous croyez qu'elle a une chance ? Elle est quand même très loin dans les sondages...

 

C'est un fait qu'elle est tout sauf favorite. Elle a annoncé quatre fois sa candidature sans jamais décoller. Il n'empêche qu'elle a ce que ses deux rivaux n'ont pas : de la constance et du panache.

 

Et elle a plus d'expérience du pouvoir que Hollande et plus d'envie que Aubry.

 

À côté de ça, c'est vrai qu'elle sent mieux les coups politiques qu'elle n'évalue le coût d'une politique. Et qu'elle n'est pas douée pour les batailles d'appareil - et il y en aura.

 

En 2008, elle s'est fait écarter de la direction du PS par un congrès truqué - sans quoi c'est elle qui aurait aujourd'hui la légitimité du parti. Mais il lui reste son audace, sa capacité à créer l'événement : on l'a vu récemment quand elle s'est invitée d'office à la visite de Nicolas Sarkozy dans sa région.

 

Eh bien, elle peut s'inviter aussi dans la primaire

Lire la suite :

 

http://www.lepoint.fr/politique/parti-pris/28-06-11-heureusement-que-segolene-est-la-28-06-2011-1346722_222.php


Repost 0
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 15:01

 

 

Ségolène Royal est toujours dans l'action, le positif, aller de l'avant pour les Français

 

"Enraciner, protéger, préserver pour bien rassurer les Français afin d’engager le pays dans les changements nécessaires. Voilà quelle sera la bonne façon de présider la France en 2012.

Oui, c’est à vous que je confie solennellement le sens que revêt à mes yeux le beau combat républicain qui doit rendre aux Français, en 2012, le droit à l’espérance."

Repost 0
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 22:16

 


Mes chers Amis, mes chers Compatriotes,


 

Pour m'adresser aux Français, j’ai choisi d’être parmi vous, les habitants du Marais, que l'on appelle encore les maraîchins, pour vous dire la plénitude et le bonheur que je ressens en décidant de m’engager dans la campagne présidentielle, afin de continuer à être utile à la France, à notre pays, à notre patrie.


 

Dans ce pays de terre et de chemins d'eau, creusé à mains d'hommes depuis le onzième siècle, pour gagner des pâturages et sortir les paysans de la misère, créant un paysage étonnant, cette Venise Verte, qui bénéficia de l'attention de l'Etat, avec la venue de François Mitterrand venu en 1992 appuyer notre volonté commune, en lançant ici les grands travaux de restauration, sur ce port d'Arçais, de ne pas laisser détruire ce monument de la nature, chargé d'histoire, paysage étonnant d'une richesse humaine et biologique extrême, qui a échappé de justesse à la destruction parce que nous nous sommes mobilisés, pour sauvegarder ce qui doit l'être.

C'est un lieu paisible et reposant, où l'on apprend à ralentir, comme il en existe aux quatre coins de notre beau pays, la France.


Ce lieu symbolise les valeurs de l'action politique telles que je les aime :

-la fidélité à ses racines, et votre présence affectueuse, maires ruraux et anciens maires, est la preuve de cette amitié au long cours de tous ceux qui m'entourent et m'accompagnent depuis le début, ma toute première élection, ici il y a plus de vingt ans, sur ce sud Deux-Sèvres qui me rappelait mon enfance et mon adolescence rurale des Vosges ;

-la persévérance car il nous en a fallu pour prouver qu'un autre développement, harmonieux et cohérent, respectueux de l'environnement et créateur d'emplois était possible ;

-l'esprit visionnaire, car il en fallait pour faire, il y a vingt ans déjà, de l'excellence environnementale et de l'économie solidaire, notre feuille de route pour réhabiliter, année après année, résultat après résultat, un grand site national candidat au patrimoine mondial de l'Unesco.


 

J’en retiens que l’action politique doit obtenir des résultats rapides, mais en pensant toujours aux conséquences de ses actes sur les générations futures.

Enraciner, protéger, préserver pour bien rassurer les Français afin d’engager le pays dans les changements nécessaires. Voilà quelle sera la bonne façon de présider la France en 2012.

Oui, c'est à vous que je confie solennellement le sens que revêt à mes yeux le beau combat républicain qui doit rendre aux Français, en 2012, le droit à l'espérance.


A tous ceux qui sont inquiets et même angoissés, souvent pour eux et toujours pour leurs enfants.

A tous ceux qui sont révoltés par trop d'injustices, par trop d'inégalités qui se creusent chaque jour davantage entre les gagnants et les perdants du système actuel.

A vous qui êtes résignés.

A vous qui ne reconnaissez plus la France telle que vous l’aimiez.

A vous qui ne croyez plus à l'efficacité de l'action politique au point de croire que le pays est définitivement vaincu par la globalisation financière qui appelle une moralisation et les règles d’un ordre international juste, toujours promis et jamais réalisé.

 

C'est à vous que je m'adresse

vous qui avez perdu et qui avez peur de perdre encore


 

Vous me l'avez dit partout où je suis venue depuis 2007, dans de nombreux départements de France :

« On nous a tout pris ».

« On nous a pris nos retraites ».

« On nous a pris notre dignité au travail ».

« On nous a pris la sécurité ».

« On nous a pris notre système de santé,

et même notre école. »


 

Eh bien moi je veux vous rendre tout cela.

Et même plus encore, car il faudra construire notre avenir commun et rendre à chacun une espérance pour que, pour nos enfants, demain soit meilleur qu'aujourd'hui et que l'ascenseur social redémarre pour tous ceux qui font des efforts, qui veulent travailler, créer, entreprendre, mais qui sont bridés par tant de barrières.

Pour que la situation de nos enfants soit égale ou meilleure que la nôtre tout simplement.

C'est ce que l'on appelle le progrès social.

C'est le vrai sens de notre histoire, histoire que je veux écrire avec vous.

Qui ne voit que notre Etat Providence, a été tellement démoli que les acquis de la Résistance devront être à nouveau reconstruits.

Je pense en particulier à la Sécurité Sociale, aux retraites, à la santé, à la dignité au travail, à la liberté des médias qu’il faudra rendre indépendant du pouvoir de l’argent, comme le proclamait le conseil national de la Résistance.


Pourquoi la droite qui nous gouverne a oublié les leçons de l’après-guerre et la conception désintéressée de la politique qu’avait le Général de Gaulle, auquel elle se réfère tout en tournant le dos à sa pensée, « il faut compenser les ferments de divisions sous peine de danger mortel » disait-il, ou encore « il faut viser haut et se tenir droit ». On en est loin.

Ce n’est pas parce que la droite qui nous gouverne a abandonné ce qui lui restait comme référence structurée que la gauche doit rougir d’être fidèle à sa mission en reprenant le drapeau « de cet acte d’énergie, de cet acte de foi qui conditionne la résurrection de la France. La France est malade il faut que la guérison soit à son œuvre » écrivait-il. Jamais ces mots écrits dans une autre période sont, pour aujourd’hui, n’est-ce pas, criants de vérité. Eh bien, puisqu’une partie de la droite affairiste les a laissé tomber, n’hésitons pas à les porter. Et un jour prochain, tous les républicains humanistes convergeront vers la gauche unie, pour accomplir le changement.

Oh j’ai bien entendu et vous aussi (« désormais quand il y a une grève en France plus personne ne s’en aperçoit »), le mépris à l’égard de tous ceux qui sont obstinément descendus dans la rue pour défendre les acquis sociaux et la valeur travail, sa juste reconnaissance par des salaires et par des retraites qui permettent de vivre et pas seulement de survivre. Et toutes les luttes sociales des ouvriers qui se battent contre les délocalisations financières, et les parents d’élèves qui se battent pour maintenir les écoles de leurs enfants.


 

La gauche n’a pas à rougir de défendre la sécurité sociale, l’œuvre de ceux qui en regroupant toutes leurs forces ont permis à la France de retrouver son équilibre moral et social.

La gauche n’a pas à rougir de vouloir redonner au monde l’image de sa grandeur et la preuve de son unité.

C’est pour toutes ces raisons que je propose aux Français de construire un ordre social juste, appuyé sur la force citoyenne de chacun d’entre vous.

 

Je m'y suis préparée et j’y suis prête.


 

1/ J’ai l'expérience des grandeurs et de la dureté d’une campagne présidentielle, de ce moment majeur de la vie politique du pays.

L'élan populaire de 2007 me demande un devoir de fidélité.

Les rudesses qu'il faut savoir endurer je l’ai ai vécues sans me laisser aller à copier les mauvaises méthodes qui dégradent le débat politique.

Jamais je n'ai manqué à ce devoir de dignité, de tenue et d'exemplarité, de ce que les citoyens sont en droit d'attendre.

J'ai beaucoup réfléchi à ce qui nous a manqué alors pour l'emporter et à la part d'erreurs qui m'incombe.


 

2/ Oui, j'ai compris mes erreurs, j'ai appris que je n'ai pas toujours su me faire comprendre en donnant parfois, faute de temps pour expliquer, l'impression d'improviser.

J’ai compris que le rassemblement des socialistes devait se construire, qu’il n’était pas automatique comme je l’imaginais dans le feu de mon action difficile tournée vers notre adversaire commun. Alors que, sans doute, j’aurais dû aller chercher, un par un et une par une, ceux qui pouvaient être légitimement contrariés par le résultat de la compétition interne. On gagne ensemble ou on perd ensemble. Et les Français le veulent ce changement, et l’exigent cette unité, sans étouffer un débat d’idées et de propositions de haute tenue qui leur donnera la liberté de choisir.

L’union est un combat, je ne l’oublierai pas, tout le monde se rassemblera derrière celle ou celui qui sera désigné, les 9 et 16 octobre prochain par le vote des primaires. Je voudrais une nouvelle fois, en responsabilité rassurer tous les Français qui s’inquiètent des divisions. Si je suis désignée je rassemblerai et je sais que François, Martine, Arnaud, Manuel, et peut-être d’autres, partagent le même sens des responsabilités puisque nous nous retrouvons régulièrement pour en parler. Personne n’est isolé , les inquiétudes en ce sens doivent être levées.

 

Je sais désormais que c’est dans les moments difficiles que l’on doit faire preuve de la plus grande force morale.


Il le faut car 2012 ne sera pas 2007 : ce n'est pas une revanche qu'il faut prendre, c'est un nouveau départ, parce que notre pays a besoin de trouver une nouvelle voie et donc la victoire doit être au rendez-vous.

« La victoire, disait François Mitterrand, vous ne la rencontrerez que si vous la forcez. C’est une affaire de volonté, de continuité et de clarté d’esprit dans la fidélité aux engagements. La chance, c’est vous qui la forgerez de vos mains ». C’est cette conviction qui nous rassemble, nous socialistes.


 

 

3/ Mais laissez moi aussi évoquer les réussites et les compétences d’une action qui m’a donnée, à la présidence de la région où nous sommes avec plus de 60 % des voix des Français qui me voit travailler et obtenir des résultats, avec toutes les équipes qui m’entourent et les partenaires économiques et sociaux.

 

Je veux être la Présidente des solutions.

celle de la morale de l’action,

celle du socialisme qui marche et qui obtient des résultats.

 

J'entends trop souvent dire, qu'il n'y a plus rien à faire, que l’on n’aurait plus qu’à subir, à se replier sur soi, à se méfier du voisin ou à le jalouser.

Moi je vous assure que l’on peut agir efficacement et rapidement, et pas seulement à la marge pour changer concrètement la vie quotidienne dès 2012.

 

Ici nous apportons la preuve de cette compétence par les résultats obtenus dans cette région où nous démontrons, comme dans un laboratoire, ce qu'il est possible de faire, dès 2012 dans tout le pays, dans plusieurs domaines.

Nous mettons en pratique ce pouvoir d'impulsion et cette volonté de transformation en rassemblant les forces vives, entreprises, associations, élus de toutes tendances, organisations de salariés et de professions libérales, autour de plusieurs objectifs clairs fixés par la région.


Je voudrais vous en donner quelques exemples.


1/ Nous tenons le cap de la conversion écologique de l’économie par la croissance verte.

Et la région Poitou-Charentes est devenue la première région écologique d’Europe avec un plan sur l’énergie solaire et les énergies renouvelables unique dans son ampleur.

Cette mutation nécessaire, loin d'être une contrainte, est une chance de développer de nouvelles filières industrielles, de créer de nouvelles richesses, de nouveaux emplois, de nouveaux métiers.

Demain, conformément à cet effort couronné de succès, je veux faire de la France la première puissance industrielle écologique d’Europe et reconquérir les emplois industriels perdus dans les industries traditionnelles, et le pays le plus en avance sur les mutations énergétiques, les économies d’énergie, les énergies renouvelables, les ….. de l’après-pétrole et de la sortie du nucléaire.

Nous y mettrons tous les moyens nécessaires car c’est de là que viendra la nouvelle croissance et par conséquent la lutte contre les déficits.


 

2/ Deuxième exemple : la Région Poitou-Charentes, est la seule collectivité publique en France à être entrée dans le capital d'une entreprise industrielle stratégique, Mia Electric, à hauteur de 30 %, pour accompagner la mutation écologique de l'entreprise Heuliez et produire une voiture électrique.

Demain, conformément à cet effort couronné de succès, toutes les régions seront autorisées à défendre leurs industries et l’Etat n’hésitera plus à entrer au capital des banques et des grandes entreprises qu’il renfloue par des fonds publics.


 

3/ Troisième exemple : nous avons mis en place de nouveaux outils financiers de proximité, préfigurant la banque publique d'investissement, prévue par le projet des socialistes pour soutenir les PME, artisans, commerçants qui sont aujourd’hui bridés par manque de crédits et auxquels je demanderai en contrepartie de cette aide de prendre des jeunes en alternance, et des seniors en tutorat.


 

4/ Quatrième exemple : nous sommes la première région pour la création de nouvelles entreprises dans le domaine de l’économie sociale et solidaire : nous proposons systématiquement, chaque fois qu'une entreprise est en difficulté, un soutien aux salariés pour qu'ils examinent un projet de reprise en coopérative et ça marche même si c’est parfois difficile. Je pense à ces ouvrières du textile, « Chizé confection et Couture venise verte » qui ont repris leur entreprise et qui aujourd’hui manquent de main d’œuvre qualifié.

 

Cette autre vision de l'économie et cet engagement social-écologique, autour de projets forts, a déclenché une nouvelle dynamique régionale. Et cela sans augmenter les impôts depuis 2004 : en défendant le pouvoir d'achat des habitants du Poitou-Charentes et en optimisant la dépense publique, car tout euro dépensé doit être un euro utile.

Une démocratie sociale vivante et une démocratie participative qui associe directement les citoyens aux décisions qui les concernent notamment par la création du budget participatif dans les lycées, qui par exemple, a débouché sur des actions culturelles massives ou encore sur la création du pass contraception.

C’est ainsi, de nos jours, que l’on doit gouverner pour transformer, en écoutant pour agir juste.


 

5/ Cinquième et dernier exemple : le pacte pour l'emploi des jeunes créé ici deviendra demain une grande cause nationale afin que toute la nation se mobilise pour en finir avec ce fléau de l’inactivité des jeunes, principal souci pour les parents et les grands-parents qui savent que l’oisiveté ne mène à rien de bon.

Je veux que tous les jeunes aient une bonne raison de se lever le matin, soit pour un emploi soit pour un apprentissage, soit pour une formation en alternance, soit pour un service civique, soit pour un engagement première chance comme nous le faisons ici avec succès.

 

Chacun aura compris que si la puissance de l’Etat vient, au lieu de l’inertie actuelle, en appui de toutes les initiatives locales, alors nous gagnerons ce combat crucial contre le chômage des jeunes. Toutes les régions de France sont engagées dans ce combat, avec moi elles auront le soutien de l’Etat.

 

 

Mais nous savons que la situation budgétaire et financière de la France est très difficile, des efforts seront à fournir, tous ceux qui vous disent que tout va bien pour être réélus vous mentent.

Seulement, les efforts ne seront acceptés que s’ils sont équitablement répartis, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui.

C’est la condition impérative de la reconquête d’une cohésion sociale gravement dégradée et sans laquelle il n’y a pas de relèvement possible.


C’est pourquoi je veux vous apporter la garantie d’une action équitable.

 

Oui, je veux être une présidente équitable pour construire avec tous les Français un nouvel ordre social juste.

C'est parce que nous serons équitables que nous serons efficaces.

Nous tiendrons fermement ce cap, cette boussole de l'équité.

-Est ce équitable que les grandes entreprises du CAC 40 ne paient que 8 % d'impôts en augmentant le salaire des patrons de 25 %, tandis que les PME, les artisans, les commerçants sont imposés à plus de 30 %, alors même qu'ils ont créé 80 % des emplois au cours des dernières années ? Les socialistes proposent de changer cela par une réforme juste de la fiscalité des entreprises. Et je mettrai en place un Grenelle des PME et un « small business act » à la française.

-Est ce équitable que les 1 % des Français les plus fortunés reçoivent 15 milliards de cadeaux fiscaux tous les ans depuis dix ans ? Les socialistes proposent de changer cela par une réforme juste du système fiscal. Dès 2012 seront lancés les Etats Généraux de la fiscalité pour que chaque Français puisse adhérer au bien-fondé de la réforme.

-Est ce équitable que les niches fiscales coûtent plus de 65 milliards d'euros par an et que la droite s'en prenne au revenu des plus pauvres mais encourage ainsi sans vergogne l’assistanat des plus riches ?

-Est ce équitable que 10 % des Français les plus fortunés possèdent plus de 60 % du patrimoine immobilier ? Et qu'il soit de moins en moins facile pour les revenus moyens d'accéder à la propriété ? Les socialistes proposent de changer cela en permettant à chaque famille d’accéder plus facilement à la propriété de son logement.

-Est ce équitable que les jeunes délinquants sortent de prison plus délinquants que quand ils y sont entrés, vu l’état catastrophique des prisons ? Je ferai l'encadrement militaire des délinquants, et j’ai proposé au Ministre de la Défense de l’expérimenter ici dans un régiment qui doit fermer et qui pourrait redonner à des jeunes sans repères un métier, une autorité, une instruction civique, en un mot la reconquête de l’estime d’eux-mêmes pour repartir du bon pied.

-Est ce équitable que certaines peines ne soient pas accomplies par les voyous et cela sous les yeux des policiers qui les ont arrêtés et de la justice qui les a jugés ? Je veux une politique de sécurité et de justice efficace et qui aura les moyens de fonctionner.

-Est ce équitable que certaines zones du pays soient devenus des zones de non-droit où la police ne va plus parce que les caïds font la loi ? Les socialistes proposent que les maires aient les moyens de donner à tous leurs habitants, en appui sur des services de l’Etat qui fonctionnent bien, le droit fondamental à la sécurité.

-Est ce équitable que les petits paysans éleveurs aient tant de mal à vivre de leur travail alors que les prix augmentent pour les consommateurs ? Je propose des circuits courts pour que la juste rémunération du travail agricole permette de maintenir des campagnes vivantes.

-- Est-ce équitable que l’immigration clandestine soit le plus souvent le fait de trafiquants peu scrupuleux qui espèrent ainsi une baisse des salaires. Je propose une politique de l’immigration, humaine mais ferme, car la cris économique ne nous permet absolument pas d’ouvrir les frontières mais nous impose un devoir de co-développement et de transfert de technologie.

-Est ce équitable que les prix flambent et que les salaires stagnent ? Je propose le blocage des 50 produits de première nécessité et le blocage du prix de l’énergie pour maintenir le pouvoir d’achat des Français.

-Est ce équitable que les revenus du travail soient plus imposés que les revenus du capital ? Les socialistes proposent de changer cela.

-Est ce équitable que les salaires et les retraites des femmes soient ainsi rabotées ?

-Est ce équitable que les banques qui ont été renflouées par l'Etat n'aient aucun compte à rendre sur les tarifications bancaires et l’endettement angoissant des ménages qui en résulte ? Je propose que la réforme bancaire qui sera faite, sera la première action du nouveau gouvernement.

-Est ce équitable que les salaires soient aussi bas qu'ils soient à peine supérieurs aux minima sociaux ? Les socialistes proposent une conférence salariale qui s’attachera à une plus juste répartition des résultats des entreprises qui marchent.

-Est ce équitable q'un compte excédentaire en début de mois ne soit pas rémunéré et qu'en fin de mois, pour le moindre découvert, des pénalités et des crédits revolving plongent des familles et les retraités dans la précarité ? Je propose que des règles bancaires protègent les usagers.

-Est ce équitable que l'égalité des chances à l'école recule ? Je veux changer cela, en faisant de l'Education, encore l’Education, toujours l’Education la grande priorité du nouveau pacte républicain. Nous en reparlerons au cours des semaines qui viennent.


 

Car la liste est longue de ces injustices qui s’aggravent, et je pourrai la prolonger, je le ferai en venant vers vous pour prouver que des solutions existent et que les Français peuvent reprendre confiance dans l’action publique.

Ce souci d'équité, d'ordre social juste est d'autant plus impératif que, comme vient de le dire la Cour des Comptes, le déficit français est deux fois plus élevé que celui de l'Allemagne, et supérieur à celui de l'Italie où la croissance est pourtant moindre.

La droite au pouvoir nous répondra : c'est la crise. Or celle-ci n'explique que 40 % du déficit selon la Cour des Comptes.

C'est dire à quel point les politiques de relance économique, de soutien aux entreprises, d'une France forte de ses talents, de sa créativité sont d’une extrême urgence, face à la coupable inertie d’une équipe au pouvoir.

A quel point aussi le nouvel horizon de la croissance verte et de l'excellence environnementale, de l'investissement dans l'enseignement supérieur et la recherche doit nous permettre de repartir de l'avant, appuyée sur la réforme des financements bancaires.

A quel point aussi, ce n’est pas le moment, de faire reculer l’école, de baisser l’exigence de formation des enseignants et de renvoyer vers pôle emploi le recrutement de ceux qui ont la lourde charge de construire l’égalité des chances pour nos enfants.


On nous dit que l’éducation coûte cher ? Mais laissez moi vous répondre que bien plus élevé est le coût de l’ignorance, de la délinquance, de la violence, du chômage, de l’angoisse des parents et de la perte du sens de l’effort et des principes de l’éducation civique.

 

Il faudra aussi d’ailleurs répondre à la crise morale par l'exemplarité du comportement des élus qui sont là pour servir et pas pour se servir, en ayant toujours à l'esprit que la meilleure éducation c'est celle qui se fait par l'exemple et que l'autorité n'est légitime que lorsqu'elle s'impose les mêmes droits et les mêmes devoirs qu'à ceux qui sont censés obéir aux règles.

C'est cela la République du Respect que j’ai toujours défendue et que je continuerai à défendre car c’est elle qui permettra de gagner le combat contre toutes les formes de violence.

 

« La France est-elle finie ? » se demande certains avec inquiétude.


La France ne doit pas être effacée de l'histoire.

L'actuel président de la République décide de se retirer d’Afghanistan parce que les Américains le font? Mais c’est la France, ne croyez vous pas, qui aurait du être la première à le faire.

Le ministre des Affaires étrangères déclare qu'il va agir pour une Etat Palestinien, parce que les Américains le font ? Mais c’est la France, ne croyez vous pas, qui aurait dû être la première à le faire. Nous aurons une politique étrangère digne de notre tradition diplomatique.

L’Europe est à reconstruire, avec un idéal et des outils économiques communs, elle doit protéger nos salariés contre les produits venus d’ailleurs qui ne respectent pas les mêmes normes sociales et environnementales.

 

En 2012, la France va se relever, trouver en elle l’énergie vitale de le faire avec la force citoyenne qui va nous animer. Voilà ce que je vous propose. Mettez-vous en mouvement, rejoignez ces forces citoyennes.

Je ne m'adresse pas seulement aux socialistes et à la gauche mais à tous ceux qui veulent que ça change, à ceux qui se sont laissés piéger dans des promesses fallacieuses, faites en 2007, par le candidat de la droite. Tout était possible, disait-il,

Oui, on a vu pendant quatre ans, que tout était possible même le pire.

La France d'aujourd'hui, beaucoup de Français ne s'y reconnaissent plus, ce n'est pas celle que nous voulons transmettre à nos enfants. Et c’est pour changer cela, pour être utile à la construction d’une France que nous serons fiers de transmettre à nos enfants, que je m’engage dans cette candidature présidentielle.

 

La politique a trop menti, le sectarisme règne, les plus fortunés sont les plus choyés tandis que tous les autres sont condamnés au déclin.

Il nous avait promis « La République irréprochable » et nous avons la collusion avec le pouvoir financier.

Il nous avait promis « L'Etat impartial » ?

Et nous avons un démantèlement de la protection sociale au profit des amis du pouvoir qui tiennent les assurances privées et autres fonds de pension.

Il nous avait promis « un plan Marschall » pour donner du travail aux jeunes ? Et nous avons une situation explosive que dénonce les maires de droite comme de gauche, et à laquelle il faudra répondre de toute urgence.

Il avait promis aux classes moyennes, à la France qui travaille, d'accéder à la propriété. Rien n’est plus difficile aujourd’hui.

C'est un déclassement que nous subissons, un glissement, qu'il faudra stopper pour retirer la France vers le haut.

 

Il nous avait promis de la démocratie et nous avons un pouvoir solitaire et autocratique, où le Président décide seul, ignore le peuple, croit qu'il est tout, et que le Parlement n’est rien. Nous ferons bien marcher la démocratie parlementaire, la démocratie sociale et la démocratie citoyenne et participative.

 

 

Il nous avait promis davantage :

« d'impartialité

d'honnêteté

de responsabilité

de transparence

dans l'exercice du pouvoir ».


C'est tout le contraire qui a été fait.

Il nous avait dit que « La France qui gagne perdrait tout si elle méprise la France qui ne se sent pas bien ».

C'est exactement ce qui est en train de se passer.


 

 

Chers amis,

Sur le fronton de nos écoles et nos mairies notre devise est inscrite : Liberté, Egalité, Fraternité, auxquels j’ajoute la laïcité, la solidarité et la liberté d’entreprendre et de créer.

Mobilisons nos cœurs et nos intelligences,

mettons en mouvement la force citoyenne du peuple Français, qui, lorsqu’il est uni autour des valeurs qui le rassemblent, continue, comme il le fera, si nous sommes nous même unis et à la hauteur de la tâche qui nous attend, et nous le serons, pour qu’en 2012,

la France renoue avec son histoire prestigieuse qui la faisait admirer dans le monde entier et vers laquelle se tournaient, pour s’en inspirer, tous les regards des peuples qui ont soif de bien être et de liberté.


Mes chers amis,

Nous ferons tout pour que ce rêve devienne en 2012, une belle réalité, et que très rapidement la vie quotidienne des Français s’améliore.

Je vous remercie.

 

 

Repost 0
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 20:40
Repost 0
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 19:53

 



 

                MA PRESIDENTE

                                                 Pour la France

                                      Pour la Patrie

                                      Pour une France Juste

                                      Fidèle à nos racines

                                                  à l'Ecole

                                       Pour une république laïque

                                        Egalité, liberté et fraternite

                                         2012 ce sera une nouvelle ère

 

Repost 0

Recherche

Pages