Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 12:44

 

Ce matin et depuis quelques jours, c'est un des événements qui marque l'antenne de RMC ainsi que les discussions entre collègues.Qu'on se le dise, qu'on le veuille ou non, Ségolène Royal sera bien candidate aux primaires socialistes.

L'échec annoncé des primaires

Les primaires de la gauche sont devenues les primaires socialistes car les partis alliés hormis le PRG n'ont pas souhaité participer à ces primaires. Dès lors, il ne sera pas possible de présenter un candidat de la gauche rassemblée. Il faut s'attendre à avoir un candidat vert, sans doute Eva Joly, un candidat du Front de Gauche, certainement Jean-Luc Mélenchon, un candidat NPA, évidemment Olivier Besancenot, une candidate LO, et un candidat du PT.

 

C'est donc un échec cuisant pour le Parti Socialiste et sa première secrétaire. En effet, les primaires souhaitées par Ségolène Royal, Arnaud Montebourg et tant d'autres, avaient pour modèle les primaires italiennes de la coalition de l'Olivier (l'Ulivo). Celles-ci avaient permis l'émergence puis la candidature de Romano Prodi poussé par un élan démocratique sans précédent en Italie. Les bénéfices y sont nombreux : recensement des forces prêtes à militer et à mener campagne pour le seul candidat de la coalition, projet commun de gouvernement, union de facade au moins pour les élections, financement par la mutualisation des fonds des partis coalisés et par la petite participation demandée à chaque votant. Dans ce modèle toujours, il est intéressant de constater que les tentatives de discréditation de la part de la majorité sortante et de destabilisation du système des primaires ont totalement échoué.

 

Ainsi, on craignait des votes de citoyens de droite dénaturant le scrutin. Même si certains sont allés voter dans cet objectif, leur poids ne fut pas assez lourd sur la masse pour influer sur le résultat. Enfin, en dépit du discours de la droite, la division tant néfaste à la gauche italienne par le passé a été totalement balayée par la démarche.

Les primaires à la française restent ouvertes aux non militants socialistes et tant mieux. Mais la dynamique de l'union n'y est pas. Le projet de gouvernement commun ne se fera pas de la même manière. La participation et le soutien populaire ne seront pas aussi larges.

 

Les bisounours, les fous et la cour de récré...

Tant qu'elle faisait allégeance, tant qu'elle ne montrait aucune ambition, voire qu'elle évoquait son éventuel retrait, Ségolène Royal était une socialiste exemplaire et tout le monde l'aimait... vive les bisounours...

On la disait enterrée, finie, laminée, inexistante et elle ose repointer le bout de son nez. Il a suffit d'un mot pour que les vieux barrissements du PS reviennent à la charge. Dès que la dame du Poitou parle, elle ne laisse personne indifférent et surtout pas les apparatchiks. Mais quel culot insupportable ! Oser se présenter sans demander la permission à la maîtresse, Martine Aubry, en évoquant même la possibilité que DSK devienne son premier ministre.... Ouh, l'irresponsable, ouh la folle, ouh c'est pas beau... Je le dirais à la maîtresse.

 

Dès qu'une personne ose se déclarer soutien, il est un fan, supporteur, jamais militant. Evidemment, on remarquera que le champ lexical renvoie à la passion et non à la raison. Un militant est raisonnable et vote DSK. Un fan lui est irrationnel. Forcément, Ségolène Royal n'a ni idées, ni projet, ni expérience et en plus elle est folle... allons... Une personne censée ne peut décemment voter Ségolène Royal...

 

Des sondages et encore des sondages

La saison du sondage est ouverte... DSK est largement en tête, nous répète-t-on depuis des mois, DSK est le plus crédible, DSK battra à plattes coutures Nicolas Sarkozy, DSK est notre votre candidat.

Sauf que bien sûr,  tout cela suit le tempo de sa communication... Il réfléchit de plus en plus, nous dit-on. Il a gauchisé le FMI, les grecs apprécieront. 

 

Tout ceci n'est que foutaise. DSK et Aubry sont entrés dans le piège des primaires. Ils jouent au poker menteur car celui qui se présente le premier prendra des coups. DSK prend le prétexte de son devoir de réserve mais s'il le souhaitait, il ferait parler ses amis à sa place. Aubry tergiverse entre tentation d'y aller car Royal y va et peur de prendre les coups trop tôt.

 

Royal, elle, part très bas dans les sondages. Sa dynamique, si elle est positive, sera irrésistible, telle une lame de fond. Elle a travaillé fort et tout le monde, même ses adversaires acharnés d'hier, le reconnaissent. Mieux, son association, Désir d'Avenir, est toujours active et, sans nul doute, constitue sa future équipe de campagne aux primaires. Il suffit de voir sur internet leur prosélitisme pour s'en rendre compte. Les éléments de langage sont prêts, les projets et dossiers, préparés, les équipes de campagnes, déjà connues, les réussites locales, prêtes à être montré en exemple.

 

DSK possède un réseau mais rien de comparable. Son expérience relève plus du quai d'Orsay et ses projets et dossiers plutôt du quai de Bercy. Aubry possède le parti, mais est-ce un cadeau ?

Projets contre projets, idées contre idées, tout se passera sur le terrain et c'est la seule vérité d'une élection, n'en déplaise à la presse qui nous vend son champion.

Médiapart

Repost 0
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 08:10

 

pas-de-coup-de-pouce-pour-le-SMIC.jpg

 

Xavier Bertrand s'oppose à un coup de pouce au Smic

Source : LeParisien.fr  -  le 7 décembre 2010

 

Pas de Noël pour le Smic. A une semaine de l'annonce officielle du montant du salaire minimum pour 2011, a rejeté mardi après-midi, à l'Assemblée nationale, lors de la séance de questions au gouvernement, l'hypothèse d'un coup de pouce de l'Etat dans le calcul de sa revalorisation.

 

Réévalué chaque année automatiquement en fonction de divers indices, le montant du Smic peut également bénéficier d'un petit bonus laissé au bon-vouloir du gouvernement.

 Déjà écartée la semaine passée par un groupe d'experts, cette possibilité semble désormais définitivement enterrée par le ministre du Travail et de l'Emploi. «Il y aura une augmentation du Smic. La question qui se pose est celle du fameux coup de pouce. Or, quand vous abordez cette question du coup de pouce, vous parlez à 10% des salariés, moi en tant que ministre du Travail et de l'Emploi, je préfère parler à 100% des salariés», a-t-il expliqué.

 

Une revalorisation à 1364 euros bruts par mois

Interrogé par une député PRG, le ministre s'est justifié en assurant que l'action du gouvernement avait permis d'augmenter la part de salariés payés au-delà du Smic par le jeu des négociations de branches. «En 2005, il y avait sept branches sur dix qui avaient des salaires au-dessus du Smic, aujourd'hui, il y a neuf branches sur dix qui ont des salaires supérieurs au Smic. [...] Les salariés voient bien la différence».

La revalorisation du Smic devrait donc se limiter au minimum légal situé autour de 1,6%, soit un peu plus de 9 € brut par heure, ou 1364 € brut par mois selon un calcul établi par le journal Les Echos.

 

Si la décision du gouvernement se confirme, ce sera la cinquième année consécutive que le salaire minimum ne profite pas du coup de pouce facultatif de l'Etat.

Repost 0
7 décembre 2010 2 07 /12 /décembre /2010 21:12


Cher(e)s ami(e)s,

J'ai la joie de vous annoncer que Ségolène ROYAL a choisi le Val d'Oise et Cergy pour lancer sa campagne d'investiture aux primaires socialistes.
Elle sera donc présente à Cergy le mercredi 8 décembre de 10h30 à 12h30 à Cergy Saint Christophe ou elle rencontrera de jeunes créateurs d'entreprises avec qui elle aura un échange puis elle se rendra sur le marché de Cergy Saint Christophe ou elle ira à la rencontre des habitants et des commerçants.

Je vous demande d'être très nombreux à ses cotés pour la soutenir dans sa démarche.

Je vous propose que nous nous retrouvions vers 10 heures à la sortie de la gare de Cergy Saint Christophe coté gare routière.

Je vous demande également de prévenir tous vos réseaux pour que nous soyons plus nombreux possible à la soutenir dans ce moment important pour elle mais aussi pour toute la gauche.

Amitié fraternelle

Florence AUGIER
Coordinatrice DA 95

Repost 0
7 décembre 2010 2 07 /12 /décembre /2010 08:32

  le-sourire-de-la-hy-ne.jpg

    "Le retour des aboyeurs"

Source : Désirs d'Avenir Nancy  -  le 02.12.2010

 

Tout semblait apparemment clair dans le processus de la Primaire socialiste. N’importe quel candidat à la Primaire pouvait se présenter, comme l’ont fait successivement Manuel Valls, François Hollande, Arnaud Montebourg plus quelques autres.

 

Chacun pouvait faire connaître ses idées comme il l’entendait, par la publication de livre comme par la participation à des émissions de radio et de télévision. Les médias s’empressaient d’inviter ces candidats déclarés pour leur permettre de jouer leur partition particulière.

On avait compris que le terme fixé pour le dépôt des candidatures devait être juin 2011, sans qu’il y ait de date officielle d’ouverture des candidatures.

 

Cela fonctionnait ainsi, sans remous. Et puis patatras ! Ségolène Royal se déclare, dans les mêmes conditions et avec les mêmes droits apparents que les autres, et tout bascule. Les aboyeurs sortent de leur cage et bondissent pour clamer leur indignation.

Comment comprendre cette séquence qui nous rappelle celles de 2006-2007 ?


La levée des ambiguïtés

 

Une sorte de jeu et d’équilibre s’était installé, en catimini. Des choses paraissaient normales, alors qu’elles ne l’étaient pas, et la décision de Ségolène Royal a fait tomber ces ambiguïtés.

D’abord, en 2006, d’éminents socialistes comme Jospin, Allègre, Emmanuelli avaient dénoncé avec virulence la pression que les entreprises de sondages exerçaient sur les esprits pour imposer le duel Sarkozy-Royal. Ils avaient réclamé un parti où les militants ne se laisseraient pas dicter leur choix de l’extérieur.

Or, rien de tel en 2010, motus et bouche cousue, alors que les entreprises de sondages ont recommencé leur matraquage en montant en épingle la candidature de Dominique Strauss-Kahn. Tous ces contempteurs ont-ils abandonné leurs réserves et se seraient-ils convertis à la parole prédictive des sondages ? Ce qui était inadmissible hier parce qu’en faveur de Ségolène Royal serait-il tout à coup parfaitement correct à présent parce que favorable à Dominique Strauss-Kahn ?

Ensuite, Martine Aubry et Dominique Strauss-Kahn ont longtemps fait admettre au PS ce curieux pacte entre eux deux, dit « pacte de Marrakech ». Ce pacte, vanté par tous leurs partisans, est présenté comme garantie de bonne méthode et volonté de ne pas se laisser imposer son agenda politique par Sarkozy. C’est évidemment cacher que tout est subordonné au bon vouloir du patron actuel du FMI, lequel ferait connaître sa décision au moment où il le souhaiterait et imposerait du même coup la décision de la Première Secrétaire. Incroyable situation qui revient à placer tout le PS sous une loi non dite, dans une situation non démocratique, que certains commentateurs qualifient à juste titre de « bonapartiste ».

Aller contre ces deux réalités, le règne des sondages et la prééminence d’une faveur accordée à un candidat, réclamait un certain courage. Celui de lancer aux entreprises de sondages : « je ne me soumets pas à vos hypothèses ». Celui de dire à ces deux candidats un jour : « abattez vos cartes et ne m’enfermez pas dans votre piège ».

 

Le syndicat des aboyeurs

 

Ils appartiennent aux partis politiques de droite et de gauche et au système médiatique. Ils se serrent les coudes et ils nous ressortent fin 2010 leurs litanies de 2006 !

Une Primaire suppose la concurrence démocratique. La droite y est hostile par nature, elle a le culte du leader charismatique ou de la personnalité qui sait tout bonnement s’imposer à tous. Elle crie alors à la division chaque fois qu’elle entend une différence ou une nuance. Au PS, tous ceux qui sont hostiles à Ségolène Royal, certains de façon viscérale, entonnent le même refrain. Comme il n’est pas question de programme politique pour l’instant, ces cris d’aboyeurs s’attaquent à la personnalité.

Le comble est atteint quand quelqu’un qui est d’habitude mesuré comme Moscovici se met à déclarer que si Ségolène Royal envisage Dominique Strauss-Kahn comme premier ministre, par contre l’inverse serait inconcevable. Belle unité socialiste ! A moins que ce ne soit de la part de Moscovici une forme de lucidité qui juge le réformisme quasi libéral de Strauss-Kahn incompatible avec la radicalité de Ségolène Royal. Mais on peut en douter.

 

Quant aux journalistes aboyeurs, ils ne cessent de nous étonner par l’énormité de leurs propos, parfois inqualifiables. De Canal + à Europe 1, l’hypercritique s’est déchaînée, au point qu’il est rassérénant d’entendre Catherine Nay, pourtant bien conservatrice, défendre le droit de Ségolène Royal à se présenter.

 

Nous assistons à nouveau à l’exercice d’une discrimination qui frappe à quelques années de distance la même femme, qui gangrène une bonne partie de ceux qui ont accès aux médias et abusent de leur pouvoir de déclarer quotidiennement ce que bon leur semble. Quant au PS, il a encore bien du chemin à faire pour mettre ses déclarations de principes et de valeurs en accord avec ses pratiques. Mais cette fois, cela passe tout de même moins bien, car des boucliers se lèvent.

Repost 0
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 14:11

http://clabedan.typepad.com/photos/uncategorized/germinal.jpg

 

Martine fait du sur place !

 

Martine Aubry s'est enfin exprimée au JDD , pour dire qu'à partir de maintenant , ce sera comme d'habitude .

Elle attendra donc Juin 2011 pour annoncer sa décision de candidature à la candidature ! En un mot , l'agenda PS se calquera inexorablement sur celui de DSK !

 

Après avoir banalisé d'un revers de la main la candidature de Ségolène , elle a déclaré qu'elle est toujours la capitaine super-responsable et chargée d'organiser la victoire de 2012 . Elle annonce même , sans rire , que les Français attendraient impatiemment ...qu'elle attende !!

Superbe raisonnement qui traduit bien un extrème embarras de la part d'une responsable d'un parti d'opposition qui n'aurait pas "vocation à commenter la politique" !

Commenter mot à mot , peut-être pas , à la manière des spécialistes auto-proclamés de la micro-sphère bien pensante , mais donner son avis , suggérer , donner des idées et des pistes , en un mot animer le débat , oui !

Rayer les mention inutiles:

 

Qui est allé au charbon depuis l'élection ubuesque de notre cher président , Ségolène , DSK ou Martine Aubry ?

Qui a dénoncé haut et fort la taxe carbone comme un impôt supplémentaire prélevé sur les pauvres , Ségolène , DSK ou Martine Aubry ?

Qui a parlé d'état corrompu Ségolène , DSK ou Martine Aubry ?

Qui a lutté avec les manifestants contre l'augmentation de l'âge de retraite Ségolène , DSK ou Martine Aubry ?

 

On pourrait ainsi continuer le questionnaire en parlant d'environnement , d'agriculture , d'immigration , etc ...et le résultat donnerait Ségolène 99% , DSK -5%* et Martine Aubry 6%

Alors banaliser la candidature de Ségolène , ne rien changer au calendrier est la meilleure manière d'entretenir magnifiquement "la machine à perdre" comme le déplorent beaucoup de militants .

D'ici là , Sarkozy et sa clique , déjà en campagne , aura encore fait beaucoup plus de dégâts dans l'opinion . Qui désignera-t-il cette fois comme bouc-émissaire ? Je parie que ce sera Le PS et la gauche en général qu'il traite déjà "d'irresponsables"ou de "bisounours" selon l'électorat auquel il s'adresse !

 

Aux yeux de l'opinion publique la crédibilité du PS déjà bien entamée tombera bientôt au-dessous de zéro si sa première secrétaire continue ainsi .

Dommage , j'avais toujours pensé qu'un tandem Ségolène-Martine Aubry aurait été le meilleur des remparts à un pays attaqué de toutes parts par les utra-libéraux dont la seule idée fixe est de tout privatiser .

 

Sous prétexte fallacieux de non-assistanat ils rêvent de livrer ainsi pieds et poings liés, les citoyens de ce pays à des mafias locales ou internationales souvent détenues par leurs petits copains .

 

Alors Martine , toi qui a comme mission de faire en sorte que la gauche gagne en 2012 pour éviter la catastrophe déjà annoncée d'un serrage de vis supplémentaire , s'il te plait reprends toi .

 

Parles vraiment avec des mots que tout le monde comprend , au lieu de persévérer dans cette explication hypocrite copiée sur les désiratas d'un hypothétique candidat comme les autres qui tire les ficelles depuis le FMI

Amicalement
CG

* Je sais c'est impossible , mais déclarer que la réforme des retraites va dans le bon sens mérite bien ce score là

Repost 0
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 09:11

58963_135210929859225_100001109564194_173871_6087356_n

 

 

L'attitude d'une frange , élargie, de l'élite du Parti Socialiste donne à réfléchir depuis 2007. Pourquoi un tel rejet?

 

L'individu Royal, objectivement, de par les fonctions exercées, les capacités intellectuelles, l'énorme travail de projet et de communication, l'assise populaire, l'ambition et la volonté, fait un candidat tout à fait acceptable pour un parti. Ce rejet quasi automatique et si général pose question.

En ce qui concerne les militants, la réponse est plus simple.

 

Que désirent les militants? Dans leur plus grande majorité, ils veulent un leader qui les conduise à la victoire.

 

Ils ont leur jugement, influencé par les discours qu'ils acceptent, par la sensibilité affective ou intellectuelle que les courants du PS ont su éveiller chez eux.

 

En bref, les pro-Ségolène sont séduits par la Dame et les idées comme la méthode dont elle les propose ou les défend. D'autres sont mitigés, acceptant le bien-fondé des analyses, ou des projets, voire simplement la légitimité de la citoyenne, et du membre du parti, sans avoir la volonté de s'engager dans sa démarche.

 

Enfin, il reste ceux qui se contentent de supporter l'anti-ségolénisme de principe, pour des raisons qui leur appartiennent, que ce soit la reprise en boucle de la propagande sarkoziste, ou l'attachement à un chef ou un courant qui refuse Madame Royal, pour des raisons qu'on doit examiner.

 

Dans le cas où nous nous trouvons dans une crise financière aussi violente et dangereuse que celle qui frappe le monde en ce moment, quel meilleur premier ministre qu'un ancien directeur du FMI?

Surtout ancien ministre des finances dans un gouvernement de gauche.

C'est une mesure non seulement efficace, mais raisonnable au possible.

 

Le problème, avec Ségolène, c'est qu'elle est l'anti-sarkozy.

Il n'y a pas de place particulière pour les copains, et encore moins pour des alliés simplement intéressés à pouvoir occuper un poste, ou un ministère, en échange d'un soutien purement à des fins électorales.

 

Elle est tout à fait capable de se tourner vers d'autres partis, s'ils ont les compétences, ou la société civile, pour gouverner, et de choisir des scientifiques, et des techniciens. Son travail et ses activités autour de l'environnement, dans les régions, et à l'international a dû lui permettre de se constituer un bon carnet d'adresses.

Les politiciens de carrière n'ont rien à attendre de Ségolène, et on retrouve ici la haine, le rejet sans appel des pontes installés du parti, et des jeunes loups qui veulent y faire carrière.

 

Le problème de Ségolène, en politique, c'est que si l'on ne l'achète pas, elle n'achète pas non plus.

Le chemin de la primaire socialiste, par les militants lui est donc complètement ouvert. Eux n'ont pas ces problèmes, sauf leur quotidien, et la conviction que leurs idées l'amélioreront. Et elle l'a déjà parcouru, puisque ceux là, en dehors d'une très petite minorité d'enragés, ne voient pas pourquoi on ne jouerait pas le jeu démocratique à fond chez les socialistes.

C'est tout à fait autre chose pour une partie de l'élite aux commandes.

 

Et elle l'a déjà démontré à chaque fois qu'il a fallu se déterminer.

D'abord au congrès, en faisant basculer la majorité contre la sienne, c'est d'ailleurs en fait devenu contre elle, tellement on a évacué le vrai débat et les idées, qu'il a d'ailleurs bien fallu retrouver ensuite, puisqu'elles étaient les bonnes.

Ce fut comme on a dit, au prix du mariage de la carpe et du lapin. Mélenchon claquant la porte en expliquant largement sa façon de voir.

 

Ils l'ont à nouveau démontré aux élections du secrétariat général, en pire pour le sentiment démocratique militant, quand elle échouait pour quelques voix, alors que personne ne sait vraiment où se trouvait la majorité.

 

Et ils sont donc en passe de le démontrer aujourd'hui, au moment des primaires. Et la démarche a failli mourir dans l'oeuf, en plein début du travail d'organisation, par cet accord Aubry-DSK qui est peut-être intéressant pour l'élite, mais incompréhensible à la foule des militants.

Oui, décidemment, le problème socialiste de Ségolène, c'est qu'elle l'est socialiste, et qu'elle a une vision efficace de l'action à mener, et surtout, bien sûr, qu'elle est honnête.

 

Vous pensez bien que cela ne peut déranger aucun militant, mais pensez à tous ces organisateurs professionnels de coup fourré, qui n'auront que ce qu'ils méritent si elle gagne

 

Article de médiapart par Passiflore

Repost 0
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 23:23

La France est à la veille d'une réforme sans précédent depuis la Libération: Nicolas Sarkozy prépare une privatisation rampante de la Sécurité sociale. C'est à la faveur du dossier de la dépendance, présenté comme le grand chantier de l'année 2011, que les premiers coups de boutoir seront donnés contre ce système clef de l'Etat providence. Mais le projet en préparation, au profit des assureurs privés, va bien au-delà. Documents et explications.

 

Lire la suite sur Mediapart :  Vers une privatisation de la Sécurité sociale

 

Repost 0
Michèle Fazilleau - dans desirsdavenir86
commenter cet article
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 10:00

PAR L'EQUIPE DE DÉSIRS D'AVENIR |04 DÉCEMBRE 2010
http://farm6.static.flickr.com/5207/5231829677_4e89e562cb_m.jpg

 

Il faut lire le numéro de Marianne paru ce samedi 4 décembre. C'est bien sûr le numéro événement, celui du premier éditorial de Jacques Julliard.
Mais, "Entre vous et nous", l'éditorial signé, Maurice Szafran nous parle particulièrement au moment où la lancinante petite musique du mépris tente de se faire entendre.

Mépris oui. Et pourtant... qu'ils ont tort de la prendre pour une potiche!

Alors achetez Marianne, partagez-le, faite-le lire. Pour que chacun prenne la voie de la responsabilité.

 

lire la suite

 

http://www.desirsdavenir.org/e-media-tv-magazine-veille/lire-voir-ecouter/1725-a-lire-dans-marianne.html



Repost 0
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 12:43

 

segolene royal

Publié le 03 Décembre 2010 dans Exprimo

Ségolène Royal va s'attaquer aux banques

La leader socialiste s'apprêterait à lancer une vaste offensive contre les établissements bancaires, façon pour elle de s'approcher du "peuple de gauche" mais aussi de renvoyer Dominique Strauss Kahn dans la case du ... banquier international.

Comment expliquer qu'en France les contribuables ne demandent pas davantage de comptes aux banquiers qu'ils renflouent pourtant à coups de milliards ?

Au moment où il est question de la coupure entre le "pays légal et le pays réel", n'est-ce pas là l'une des traductions de cette coupure ?

Ce climat général traduit d'abord un sentiment profond que chacun a sa vie et que cette vie n'est plus commune mais constituée d'une multitude d'îles où règnent de terribles solitudes sans fin prévisible.

Ce climat traduit surtout que les responsables politiques tournent en rond et ne sont plus des passeurs de solutions ou de sens.

Dans cette ambiance, les décideurs publics deviennent étrangers.

Bien davantage, chacun devient étranger à autrui, qu'il soit représentant élu ou pas puisqu'il n'y a plus d'espace commun mais un chapelet d'îles.

Comment modifier cette situation qui est d'abord celle d'un éclatement sans précédent ?

Il faut montrer comment la société va redevenir vivable.

La crise économique a fait imploser les repères français traditionnels dont celui de l'Etat protecteur.

Si les citoyens sont capables de comprendre que certaines pages sont définitivement tournées, ils n'acceptent pas pour autant que les nouvelles pages prévisibles soient autant anxiogènes.

La modernité n'a pas fait disparaître les peurs. Elle les met en évidence chaque jour.

Dans de telles conditions, les citoyens ne sont pas seulement
sévères à l'encontre de l'absence de clairvoyance ou pire à l'encontre de l'absence de courage pour ne pas leur avoir expliqué à temps la réalité des situations incontournables ; ils aspirent à ce que la société planétaire ne soit pas celle où ne règne plus aucune identité ni plus aucun projet.

L'individu n'a jamais existé seulement en tant que tel. Il a toujours connu et eu besoin d'autres repères collectifs. Le premier message de la période présente réside d'abord dans cet appel à la reconstruction de repères collectifs.

Si des repères positifs collectifs respectueux des valeurs fondamentales de notre société ne sont pas rapidement proposés, d'autres s'y substitueront : ethniques, religieux, sectaires, de pure proximité géographique (banlieues) …

Cette implosion produira des effets désastreux.

Cet appel des citoyens n'est pas entendu.

D'où cette évolution qui fait sombrer dans un populisme de mauvais goût exacerbant les peurs, les exclusions, les violences y compris verbales.

Les élus ne sont plus des architectes du rêve.

Ils deviennent des architectes des décombres.

Dans de telles circonstances, le populisme est une forme de duperie résidant dans l'expression que le pouvoir serait dans la rue.

Pour apporter des solutions, il suffirait d'écouter le "bon sens de la rue". Ce bon sens que les élites trahiraient en permanence car trop coupées des réalités.

Ce climat traduit la propagation de la crise à la démocratie. La pensée déraille à son tour après les finances et l'économie.

Elle défaille au point de refuser les véritables débats. Elle contemple les incohérences et les assume au lieu de chercher à les solutionner.

C'est l'absurde qui succède au désarroi. Les contradictions ne sont plus présentées comme devant céder devant un idéal qui serait la seule réponse solide. Tout se brise dont la place de la raison.

Mais il est une place que la raison a peu occupé : la responsabilité des établissements bancaires.

Ségolène Royal préparerait une vaste offensive en la matière façon de montrer qu'elle s'attaque aux puissants et représente la protection des plus faibles. Une façon pour elle d'endiguer le populisme ambiant. Pour d'autres, cette approche sera présentée au contraire comme une façon de céder au populisme ...

Repost 0
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 10:47

http://clabedan.typepad.com/photos/uncategorized/germinal.jpg

 

La "beaufitude" comme nouvelle mode !

Ségolène Royal , première femme ayant pu accéder au second tour d'une élection présidentielle a de nouveau déclenché l'hystérie collective en royaume de sarkozie

 

A l'heure où notre Zorro des bacs à sables a tout raté , y compris et surtout sa soi-disant spécialité sécuritaire , rien ne sera épargné à Ségolène , pas même le quatrième saccage de son appartement !

L'esprit sarkozien a durablement et profondément contaminé une grande partie de ceux qui ont la prétention de représenter la "crème" journalistique , l'intelligencia , le nec plus ultra des analystes politiques .

 

Beaucoup se découvrent tout à coup des talents de chefs d'orchestres anti-Ségolénistes, de professionnels du cynisme et de l'appel au meurtre politique d'une représentante de 48% de Français , les plus pauvres bien entendu !

Tous ces machos , ces revenchards , Raffarin en tête , (on comprend bien pourquoi) se sentent pousser des ailes et redécouvrent tout à coup l'imagination fertile qui leur a fait tant politiquement défaut toutes ces années .

 

La nunuche , la sorcière , la bécassine , la folle du Poitou est sortie de sa tannière ! Ils en ont de l'imagination tous ces beaufs encravatés .
Même des femmes s'y mettent , car railler Ségolène vous pose une personne , vous donne l'impression d'être quelqu'un !!

 

Se montrer , inventer la formule magique qui fera de vous le meilleur pourfendeur de celle qui a perdu en 2007 , voilà la nouvelle activité de la semaine .

 

Mais la particularité des beaufs c'est qu'ils se croient quelqu'un et qu'ils ne sont personnes , bien incapables d'émettre quelque idée que ce soit , tout juste quelques facultés à dénigrer , à fustiger , à suivre la mode , à rire aux plaisanteries grasses et orientées d'un Bigard ou d'un Sarkozy traitant des journalistes de pédophiles.

Ce sont les mêmes qui vous font des gestes obsènes quand ils vous grillent la priorité , qui râlent après les fonctionnaires ,les professeurs, les hopitaux ,les grévistes , les immigrés , les roms , les chômeurs et les socialistes , les "tous pourris" formule préférée de Le Pen.

 

Ce sont les mêmes encore qui prennent largement les congés payés que des "salauds" de grévistes ont décroché en des temps antérieurs car ce ne sont pas les scrupules et les contradictions qui les étouffent !

Ils parlent de la République et ils rêvent d'une royauté , ils veulent un président et ils se rendent tous les jours au lever du roi ! Ils parlent de liberté et ils rêvent d'un monde de plus en plus répressif !

 

Nous voilà donc revenus en 2007 avec en prime trois ans de paralysie des esprits , de misère culturelle et intellectuelle , de sape de l'esprit de solidarité . Trois de déserrance politique , de mépris pour la parole donnée , de casse des institutions , de faux espoirs , de faux-semblants , de destruction massive de nos services publics . Trois ans encore de mensonges , de désarticulation de la société , de mise à sac des valeurs morales , de corruption , de muselage de l'information et surtout d'immense régression sociale !!

 

Alors il faut bien se venger sur celle qui représente l'exact opposé de ces valeurs , qui incarne l'intégrité , la conscience politique , l'importance donnée à la France d'en bas , à ceux qui n'ont jamais la parole .

Merci Ségolène , nous te remercions de nous avoir redonné foi en la politique , la vraie , celle des réponses données aux problèmes de notre société, celle du respect de l'autre , de l'écoute , de la démocratie , de la conscience , de la solidarité , de la défense des plus démunis , de l'agriculture et de l'environnement .

 

Nous ferons tout pour qu'enfin notre pays retrouve ses valeurs de liberté , d'égalité et de fraternité.

Vive l'imagination au pouvoir avec Ségolène !

Amicalement
CG

Repost 0

Recherche

Pages