Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 décembre 2007 3 05 /12 /décembre /2007 22:49
Chers amis de Désirs d’Avenir,

L’actualité de ces derniers temps m’inspirent quelques réactions dont vous pouvez débattre sur le site.

Voyage de Nicolas Sarkozy en Chine : service minimum pour les droits de l’Homme.

Au delà de la communication sur les contrats industriels qui étaient pour la plupart déjà signés et des déclarations d’intention sur la nécessaire réévaluation du yuan, de nombreuses ONG, en particulier Reporter Sans Frontières, déplorent déjà la quasi-absence de déclarations tangibles sur les droits de l’Homme.

L’absence de la secrétaire d’Etat aux droits de l’homme Rama Yade est révélatrice. Mais de là à déclarer que la Chine avait effectué des « progrès depuis 30 ans » sur la question des droits de l’homme, il y avait une ligne rouge que la décence imposait de ne pas franchir.

A moins de huit mois des prochains Jeux olympiques, alors que monde a le regard tourné sur la Chine, la France avait la responsabilité historique de rappeler qu’elle n’oubliait ni le Tibet,  ni Tien an Men, ni les exécutions continues – et croissantes – d’opposants politiques. Les contrats, surtout ceux déjà signés, ne permettent pas tout.

La France ne gagnera pas le respect des Chinois en mettant de côté ses valeurs fondamentales : les Allemands souvent très durs avec Pékin, se sont toujours mieux imposés que la France sur le marché chinois. Les parts de marché que les entreprises françaises doivent gagner dans ce pays ne sont pas incompatibles, loin s’en faut, avec un discours ferme et équilibré sur l’Etat de droit, la démocratie et les droits de l’homme. C’est cela une démocratie qui marche sur ses deux jambes. La France ne doit plus être arrogante avec les faibles et faible avec les forts. Elle doit être fidèle à elle-même, constante dans ses convictions pour mieux promouvoir ses intérêts.

Elections en Russie, visite du Colonel Kadhafi en France

Comme l’a dit François Loncle à l’Assemblée Nationale, au lendemain des élections législatives russes, les accusations de fraude massive, de pressions et de malhonnêteté se sont multipliées en Russie et dans le monde. Et Nicolas Sarkozy ne trouve rien de mieux à faire que de se précipiter au téléphone pour féliciter chaleureusement M. Poutine alors que les dirigeants de l’Espagne, de l’Italie, de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis, ainsi que le gouvernement allemand, soulignent que ces élections n’étaient ni équitables, ni libres, ni démocratiques ! Pourquoi ce coup de téléphone pour le moins hâtif et imprudent, cette caution supplémentaire à un régime de plus en plus autoritaire ? Voila qui contredit totalement les engagements de M. Sarkozy, qui déclarait en mai dernier : « ce n’est pas parce que la Chine et la Russie sont de très grandes puissances que l’on doit s’interdire de dénoncer les violations des droits de l’homme ». Et de donner comme grand objectif à sa politique étrangère de promouvoir les droits de l’homme partout dans le monde.

La Realpolitik devient un cynisme difficilement supportable qui va culminer lors de l’accueil du colonel  Kadhafi pour une visite d’Etat, contrairement à ce que font tous les pays de l’Union européenne, quelle appréciation portez-vous sur ces dérives ? Cette visite en France est intolérable alors que les tortures en prison sont désormais connues de tous.

Pouvoir d’achat

Parmi les annonces faites, je remarque que Nicolas Sarkozy a repris nombre de propositions que j’avais faites pendant la campagne :
la réforme de l’indice des prix,
le bouclier logement et les cautions,
la taxation des compagnies pétrolières pour baisser le coût de l’énergie (alors que jeudi dernier il affirmait que ce n’était pas possible à cause des risques de délocalisation !).
mais il reprend d’une main ce qu’il donne de l’autre : le doublement de l’aide à la cuve + 75 euros sera repris par la redevance télé à laquelle les personnes âgées vont être assujetties (+ 116,50 euros).

Quand Nicolas Sarkozy récupère le travail des entreprises françaises : l’imposture !

A chaque visite, ses soi-disant milliards de contrats. Comme si son seul déplacement était à l’origine de ces contrats alors même que la plupart de ces contrats étaient déjà signés. A ce compte là, il peut faire le tour du monde, partout où les entreprises sont présentes !

Mais pas un mot sur les délocalisations qui s’accélèrent. Depuis quelques jours, les grandes entreprises annoncent qu’elles envisagent des délocalisations :

Airbus qui a annoncé qu’il veut produire en zone dollar ;
Dassault qui lui emboîte le pas dimanche ;
Alstom aujourd’hui

Quelles actions et quelle riposte de Nicolas Sarkozy à ces délocalisations ? Peut-on sérieusement s’attribuer des contrats et pas les délocalisations qui sont d’ailleurs intégrées dans certains contrats ?

Il faut de la clarté et de la vérité.

Ségolène Royal
 
Repost 0
Michèle Fazilleau DA86 - dans desirsdavenir86
commenter cet article
4 décembre 2007 2 04 /12 /décembre /2007 23:10

Benoît Thieulin a été le responsable de la campagne Internet de Ségolène Royal lors des élections présidentielles. Aujourd'hui à la tête de l'Agence Internet La Netscouade, il participe à la fondation d'un nouveau média en ligne indépendant: MediaPart.fr


Que peuvent bien avoir en commun Ebay et Désirs d'avenir ? Amazon.com et World of Warcraft ? Linux et Lepost.fr ? Wikipedia et Loïc Le Meur ? Obama.com, Slashdot et Agoravox ? Et peut-être, avec plus d'évidence et d'impertinence aussi, Ohmynews, Ségolène Royal et le projet MediaPart ? La question peut paraître saugrenue, tant ces sites, personnes et phénomènes appartiennent à des domaines très différents : le commerce, les loisirs, le journalisme, la politique, l'actualité, l'informatique, le savoir, l'enseignement, etc. Mais c'est le propre d'Internet d'avoir, en conjuguant la mise en réseau des informations et l'interconnexion des individus, dessiné les contours d'un nouvel espace social où se transfèrent progressivement des pans entiers de nos activités. Lire la suite de l'article


Repost 0
Michèle Fazilleau DA86 - dans desirsdavenir86
commenter cet article
3 décembre 2007 1 03 /12 /décembre /2007 00:00
livresr.jpgJe dois cette réflexion à toutes celles et à tous ceux qui m’ont fait confiance, dont j’ai porté les espoirs et qui ont souffert de la défaite. Mais aussi à tous les autres qui ont glissé dans l’urne un autre bulletin que le mien . C’est aussi une façon de se tourner résolument vers l’avenir avec une détermination retrouvée. Sans nostalgie mais sans oubli.

Cette histoire que nous avons vécue ensemble ne m’appartient pas. Elle est inscrite désormais dans l’histoire de notre pays, elle appartient à tous les Français qui l’ont écrite, c’est-à-dire non seulement aux dix-sept millions d’électeurs qui ont espéré ma victoire mais aussi à tous les autres qui ont participé à ce formidable instant démocratique. J’en veux pour preuve l’exceptionnelle participation électorale dans un contexte de doute profond à l’égard de la politique.

Je crois qu’il était nécessaire – et cela m’a été demandé, d’ailleurs, de toutes parts – de tirer des leçons pour l’avenir, de transmettre ce que j’ai compris du pays pendant cette période.

Je crois que livrer cette réflexion peut servir à ceux qui gouvernent comme à ceux qui s’opposent – à ceux qui ont des certitudes comme à ceux qui n’en ont pas.

Il y a eu au cours de cette campagne une mobilisation inouïe des Français, des débats intenses dans tout le pays, y compris sur les l ieux de travail, devan t les distributeurs à café, au coeur des familles toutes générations confondues, dans les cours de récréation, etc. Finalement, une forme de réhabilitation du débat public. Des milliers d’interrogations ont été posées, des questions simples et d’autres complexes, et même des sujets qui cherchent aujourd’hui encore leur réponse : la juste répartition des richesses, les effets de la mondialisation, la valeur du travail, la nation, le vivre ensemble, l’avenir de la France, et bien d’autres. L’exercice auquel je me livre aujourd’hui répond, bien sûr, à une démarche personnelle puisque je donnerai mon éclairage, mon point de vue. Il n’a pas vocation à être totalement exhaustif mais c’est un témoignage fait de franchise, d’honnêteté, de probité. Mais je le conçois, aussi, comme une contribution à la construction des victoires f utures de la gauche au service de la réussite du pays. On me dira que je suis juge et partie ? Non, car ce n’est pas moi qui rends le verdict.


Signature Ségolène Royal


Tables des matières

I - Ce que j'ai à vous dire

- Pourquoi ce récit ?
- Je ne suis ni Jeanne d'Arc ni la Vierge Marie
- Peuple de France
- Résilience

II - Le parcours de la combattante

- Scène de campagne : Michel Rocard, visiteur de l'après-midi
- Une femme debout (« Roun fanm dibout », comme on m'a dit outre-mer)
- L'amertume des éléphants
- La montée en puissance
- Thomas et la ségosphère
- Second tour : La défaite
- Les difficultés avec la presse
- Histoire véridique des bourdes qui n'en étaient pas
- Jurys citoyens : je persiste et je signe
- Nucléaire iranien : l'incompétence des compétents
- Liban : l'intox monte d'un cran
- Bravitude et chinoiseries
- Lauriers à la Justice chinoise ? L'infâme contrevérité
- Guadeloupe : elle veut casser la République
- Le débat interne : fausse bonne idée et vraie répétition générale
- La paille et la poutre
- Sur la politique étrangère : deux poids, deux mesures
- La cohérence des valeurs
- Galerie de portraits
- Scène de campagne : les embarras de François Bayrou
- Les Gracques 40

III - La machine de l'adversaire : l'argent, les médias et les sondages

- Premières alertes
- La technique du vacarme
- « Fleur de bouse »
- Avec cette élection, un seuil a été franchi
- Trappage à La Tribune
- Censure à Métrobus
- Quimperlé : cachez ce fonds que je ne saurais voir
- Elle perd ses nerfs
- C'est pas moi, c'est les juges !
- L'avènement du « clefs en main »
- Amis et patrons de presse : le verrouillage médiatique
- Présomption d'uniformité
- Un net penchant pour l'immixtion
- Des livres qui dérangent
- Sondage, mon beau sondage
- Sondages encore : ni addiction, ni diabolisation
- Sondages, fin : le poids des écarts
- Pas hors jeu : dans le jeu !
- Quand les réponses sont dans les questions
- Un vrai travail de pro
- On n'est jamais si bien servi que par les siens

IV - L'autre moitié du ciel : candidate mais femme

- Être une femme candidate, c'est pas si facile
- L'intruse
- Du genre en politique
- Je ne suis pas macho : ma femme est féministe !
- Talons aiguilles
- Big Mother et les dames sécateurs
- Par le coeur et la raison, civiliser l'avenir
- Rien ne sera plus comme avant
- D'un plafond de verre, l’autre
- Une République inachevée
- Caissières en sursis
- Précarité : les femmes d’abord
- Travailler plus pour gagner moins
- Déverrouiller, c’est possible
- Osons la mixité dans nos têtes !
- Le cumul des mandats contre la parité
- Un combat émancipateur de tous
- Le vote des femmes en 2007
- Ma femme me harcèle pour que je te soutienne !
- La proximité
- Effet de genre ou effet de génération ?
- Les comportements électoraux se rapprochent
- Parité pour les unes, transgression pour les autres
- Des électorats féminins contrastés
- Pas de survote féminin
- Elles ont poussé les premières portes
- Qui doit changer : le pouvoir ou les femmes ?

V - Dernières réponses pour tourner la page et regarder l'horizon

- Chapeau les hommes !
- Elle l'a fait quand même ?
- Le procès en illégitimité ?
- Dompteuse d'éléphants ?
- Garde-moi de mes ennemis, je me charge de mes amis
- Sur un air d'improvisation
- Tout a commencé sur une phrase
- Mes combats de toujours
- La prochaine fois
- La démocratie participative ?
- Une étrange défaite

Sortie prévue début décembre.

Vous pouvez commander le livre sur alapage.com 

Repost 0
Michèle Fazilleau DA86 - dans desirsdavenir86
commenter cet article
2 décembre 2007 7 02 /12 /décembre /2007 22:39
Une guerre du langage ?

De multiples caricatures de qualité inégale circulent sur le net. On se fait plaisir, sans doute, à les recevoir et à les faire suivre, on se fait plaisir à se gausser d'un Sarkozy dont les mimiques et le discours se prêtent si bien à l'humour, à la satire politique et à la caricature !

Il est vrai que la caricature appartient à la tradition politique Française et c'est pour elle une richesse. Le succès de la caricature et de l'humour sur papier demeure celui du Canard Enchaîné, tandis que celui des Guignols de l’Info sur Canal+ ne se dément pas, tandis que d'innombrables blogs satiriques et vidéo-humoristiques commentent les petites phrases des politiques avec un esprit partisan singulièrement ciblé ...
Nombre d'entre eux deviennent en quelque sorte le défouloir des internautes....

Dire que trop, c'est trop, je n'irai pas jusque là, bien au contraire, d'autant que cette pratique participe à un droit inaliénable, celui de rire du "monarque"ou de faire rire de lui. Oh, combien les journalistes danois qui avaient eu l'audace de publier les fameuses caricatures de Mahomet méritaient de voir défendre leur droit à le faire !

Ce qui mérite pourtant réflexion, à mon sens, c'est une double constatation :
1 ) D'abord celle que certaines méthodes employées pour faire de l’audience sur le net, où la concurrence fait rage, n’élèvent pas automatiquement le débat démocratique et peuvent atteindre, à un moment où à un autre, leurs limites dans ce débat ...
2 ) C'est aussi celle que Sarkozy représente un phénomène inédit, jamais encore rencontré dans la vie politique française par son style, sa manière de s'exprimer de bateleur, par le choix de son vocabulaire, etc, etc ... De ce fait, on est tenté de se gausser de Sarkozy autant pour sa pratique que pour sa politique.

Alors, on peut se demander si Sarkozy n'ouvre pas de fait une espèce de guerre du langage, de guerre du discours ... on aurait tort dans l'opposition de ne pas réfléchir à cette nouvelle guerre engagée par un président moins soucieux, comme l'écrit Christian Salmon " de cohérence que de rythme, moins d'action que de mise en scène ". Plutôt que de cultiver égoïstement, chacun dans leur coin, leur égo personnel, mes amis socialistes ne feraient-ils pas mieux de méditer ensemble ces réflexions de trois experts du discours que publie fort opportunément Le Monde 2 dans " SARKOZY, L'EGOCRATE " ?

Gérard Denecker


Repost 0
Michèle Fazilleau DA86 - dans desirsdavenir86
commenter cet article
30 novembre 2007 5 30 /11 /novembre /2007 02:01
Ségolène Royal réagit fermement aux récents actes de violences :
L’Etat doit garantir partout en France la sécurité l’ordre et la justice. Une école et une bibliothèque ont également été victimes d’un incendie. Je voudrais dire à ceux qui s’en prennent aux services publics en général : la police, l’école et la culture, qu’ils se font du tort à eux même et que ces actes de violence sont insupportables.

Ces faits se sont déroulés non loin du lieu où il y a deux ans ont éclaté les émeutes. Que s’est il passé pendant ces deux années ? Pas grand-chose, il faut bien le dire et les maires des villes concernées l’ont rappelé tout à l’heure. Alors il est temps de passer des discours aux actes, même si, je le répète, les actes de violence d’une extrême gravité sont inexcusables.
Lire la suite


 Michèle Delaunay, députée PS de Gironde, écrit sur son blog : Villiers-le-bel, Cergy, Ermont, Goussainville... Comment ne comprend-on pas que la question essentielle est la ghettoisation de notre société et de notre pays. Ghettos de pauvres, ghettos d'étrangers, ghettos de sans-emploi, et là-bas, plus loin, quelque part, ghettos de riches, "hauts-quartiers", codes d'accès, au propre et au figuré...

Je n'ai jamais compris pourquoi les gosses des banlieues n'allaient pas casser à Neuilly, plutôt que d'attaquer leur école, leur bibliothèque, la voiture de leurs parents. Mais c'est une autre histoire.

La première réponse aux problèmes des banlieues, c'est celle-là : arrêter de mettre de l'habitat social là où il n'y a que cela, créer des emplois sur tout le territoire et ne pas laisser s'élargir comme des flaques d'huile prêtes à s'enflammer la périphérie des grandes villes.

Lire la suite


Repost 0
Michèle Fazilleau DA86 - dans desirsdavenir86
commenter cet article
27 novembre 2007 2 27 /11 /novembre /2007 00:01
En déménagement vers la maison de l'Avenir !
Repost 0
Michèle Fazilleau DA86 - dans desirsdavenir86
commenter cet article
26 novembre 2007 1 26 /11 /novembre /2007 00:08

Christophe Chantepy  présente les rapports financiers et d'activité.
Pendant la campagne, les comités locaux ont organisé 6500 débats.
Près de 400 blogs sont actifs à ce jour.
Le site national Désirs d'Avenir reçoit chaque jour entre 35 et 50000 visites.
Les membres fondateurs
Nathalie Rastoin, Christophe Chantepy, Sophie Bouchet-Petersen, Jean-Luc Fulachier, Denis Leroy font partie du conseil d'Administration. Six nouveaux membres sont à élire.
407 votants, dont 181 pouvoirs : 5 nuls et 405 exprimés. Le rapport d'activité et les comptes de l'exercice 2006 sont approuvés.

Sont élus : Jean-Pierre Mignard, Dominique Bertinotti, Najet Belkacem, Delphine Batho, Monique Saliou et Pascal Tallon.
Cliquez pour agrandir la photo Jean-Pierre Mignard succèdera à Christophe Chantepy comme Président.

Une Assemblée Extraordinaire sera convoquée dans les semaines à venir pour modification de statuts.

Et prochainement les photos de l'AG.

Repost 0
Michèle Fazilleau DA - dans desirsdavenir86
commenter cet article
24 novembre 2007 6 24 /11 /novembre /2007 00:59
Je fais partie des nouveaux adhérents à 20€ du PS. Nous serions près de 40.000 à ne pas avoir renouvelé notre adhésion, selon "Le Nouvel Obs" du 1er novembre.
 
Je ne suis pas surpris par un tel désenchantement. Beaucoup d'entre nous sont venus pour rénover ce parti dans ses méthodes ou ses dirigeants. Mais les égo des uns - les cadres ayant quitté le navire pour le gouvernement Sarkozy - ou les calculs des autres au plan local pour décourager les nouveaux ont fait le reste : la déception des nouveaux l'emporte et c'est ce qui était recherché.
 
Un cadre du parti ne disait-il pas autre chose dans "Le Monde" d'il y a un an lorsqu'il affirmait: "Comment le parti pourra-t-il vivre désormais avec 300.000 adhérents?". Bref les adhérents à 20€ étaient de trop : ils venaient perturber les jeux de pouvoir séculaires entre fabiusiens, strausskahniens, jospiniens, hollandiens... Les brûlots anti-Royal sortis ces derniers mois dans les librairies ont montré aux citoyens les bassesses de la politique: machisme, jalousie, complot.
 
Les nouveaux venus étaient et restent porteurs d'un idéal: rénover la gauche au délà du PS et en faire une organisation capable de gagner et non de se déchirer. L'exemple de la gauche italienne est à ce titre saisissant (ndlr: j'ajoute l'exemple grec plus récent).
 
J'ai envie de dire aux ex-adhérents à 20€ : "Réadhérez au PS" car l'échance du congrès de 2008 ne se fera qu'avec vous ou se fera sans vous.
 
Vous pouvez aussi travailler avec nous à la démocratie participative de demain auprès des comités locaux Désirs d'Avenir ou sur le site desirsdavenir.org. Personne ne sait ce que sera la gauche demain : une multitude de partis comme chez nous ? Une union comme en Italie ? Une association avec le centre gauche ?
 
Venez construire avec nous la gauche de demain. Votre voix compte, la gauche et le pays en ont tant besoin.
 
Philippe VIDAL

Paru dans le Nouvel Observateur, rubrique "la parole aux lecteurs"


Repost 0
Michèle Fazilleau DA86 - dans desirsdavenir86
commenter cet article
23 novembre 2007 5 23 /11 /novembre /2007 23:28
Ne pas gâcher la réforme des Universités : en savoir plus

 Un Grenelle du pouvoir d'achat : en savoir plus

Ce n'est pas en dressant les français les uns contre les autres qu'on réussira les réformes : en savoir plus

J'appelle le gouvernement à sortir de son entêtement: en savoir plus

Repost 0
Michèle Fazilleau DA86 - dans desirsdavenir86
commenter cet article
21 novembre 2007 3 21 /11 /novembre /2007 21:16
Lettre d'information de Ségolène Royal sur la réforme des universités :

Je lis ce matin dans la presse que j'aurais soutenu la réforme de Valérie Pécresse sur les universités.
Ce n'est pas le cas. Au contraire j'ai dit que le gouvernement était en train de gâcher la réforme des universités.
J'ai toujours dit que pour lutter contre l'échec universitaire (40 % des jeunes sans diplôme à la fin de la deuxième année d'université !) il fallait plus d'autonomie et plus de moyens aux universités pour accompagner plus efficacement les étudiants.
En revanche, la réforme telle qu'elle est conduite, comme je l'ai précisé, pose de graves problèmes :
- l'autonomie sans moyen va creuser les inégalités entre université et les jeunes en ont parfaitement conscience
- le problème de l'échec universitaire n'est pas du tout réglé par la réforme
- il y a un grave malaise social chez les jeunes étudiants, dont un sur trois souffre de précarité et même de pauvreté.
 
Le pacte présidentiel que j'ai défendu prévoyait :
1/ une loi de programmation pour donner à l'université et à la recherche les moyens de l'excellence
2/ la création d'une allocation-autonomie pour les jeunes afin de leur permettre de faire leurs études dans de bonnes conditions.

Ségolène Royal

Repost 0
Michèle Fazilleau DA86 - dans desirsdavenir86
commenter cet article

Recherche

Pages