Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 20:07

Est-ce la « solitude » du forestier isolé dans les bois qui a provoqué ces quatre suicides en moins d'un an, comme Nathalie Kosciusko-Morizet l’affirme ?

Non. Mediapart est allé vérifier sur le terrain: à l’ONF, c'est toute l'organisation du travail qui dérape, plombée par la RGPP, le non-renouvellement d'un fonctionnaire sur deux et le management déshumanisé par les objectifs.

 

Lire la suite sur Mediapart : http://www.mediapart.fr/article/offert/5d48fc3f00a55677ed66d86c681c62f9

Repost 0
Michèle Fazilleau - dans desirsdavenir86
commenter cet article
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 23:01
 

Ziad Takieddine est un contribuable comblé. Le marchand d'armes ami de la Sarkozie, principal suspect dans le volet financier de l'affaire Karachi, ne paie pas d'impôt sur le revenu, ni d'impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Résident fiscal en France, il y possède un patrimoine estimé à plus de 40 millions d'euros, selon des documents signés de sa main obtenus par Mediapart. Suite de notre enquête sur l'homme d'affaires qui met en danger le président.

 

Lire la suite sur Mediapart :  

 

http://www.mediapart.fr/article/offert/c3b73d82d233ba32a186fd108c47f69a

 

 

Repost 0
Michèle Fazilleau - dans desirsdavenir86
commenter cet article
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 23:40

Pendant qu'on disserte sur un avenir improbable de Dominique Strauss-Kahn, le débat politique français tombe sous le niveau de la mer. Aucune des vrais questions qui se posent au pays, si importantes soient-elles, ne trouve plus place dans les médias. Il est urgent de refaire de la politique.

Ce billet est une bouteille à la mer. Depuis près de 50 jours, la France ne semble plus avoir qu'un problème: Dominique Strauss-Kahn. Non que le sort de celui-ci ne nous importe pas, ou plus. Au contraire, les péripéties judiciaires, policières, médiatiques de DSK méritent l'attention des médias. Mais pas au point de subjuguer tout débat politique en France.

Car c'est une triste évidence, la politique a déserté notre pays. Que des journalistes rencontrent des hommes politiques, qu'ils les invitent sur leurs plateaux de télévision ou dans leurs studios de radio, ils ne le questionnent plus que sur DSK. Martine Aubry diamnche sur France 2 et François Hollande lundi sur RTL, pourtant candidats à la magistrature suprême, doivent répondre une fois, deux fois, trois fois de suite à la même antienne: va-IL revenir? LUI laisserez vous la place? LUI avez-vous parlé? Ne parlons même plus des « petits » candidats. Disparu Montebourg. Aspiré, Mélanchon! Tout, absolument tout semble tourner autour des mésaventures de l'accusé de New York.

Pendant ce temps on ignore les débats de fond: Nicolas Sarkozy accuse la gauche de vouloir creuser la dette du pays, déjà considérable? Le chômage est reparti à la hausse le mois dernier, la croissance mondiale s'enlise, la crise grecque est loin d'être résolue, un film à succès -Pater- ose évoquer l'établissement d'un salaire maximum pour les patrons et les traders ? La place du nucléaire est à nouveau posée par la perspective de voir la centrale de Fessenheim autorisée à fonctionner dix ans de plus ? Circulez, il n'y a rien à voir. Tous ces sujets, et j'en oublie bien évidemment, ne passent pas les feux de la rampe dans les médias de masse. DSK fait vendre, parce que cela intéresse les Français, on ne va pas le nier. Mais à votre avis, qui prospère traditionnellement sur l'absence de débat public?
Dans dix mois, les Français devront faire des choix, car les élections présidentielle puis législatives trancheront presque tous les sujets. Il est grand temps que les médias les affichent à leur place: la première.
Source : Marianne2
   
Repost 0
Michèle Fazilleau - dans desirsdavenir86
commenter cet article
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 19:57

 

 

  Film réalisé par Aurélien Pic

 

Pour percer les secrets du capitalisme de connivence à la française, il ne suffit pas de tenir la chronique des accords financiers qui se concoctent entre quelques très grandes fortunes proches de l'Elysée; de tenir la géographie complexe des systèmes d'endogamie où l'intérêt général se confond avec les appétits privés.

Il faut aussi, à l'occasion, tenir la chronique sociale sinon même la chronique mondaine de tout ce petit monde qui vit et prospère entre les allées du pouvoir et de la vie des affaires. Car, au travers des réseaux d'amitiés ou des intérêts croisés qu'elle révèle, cette plongée permet de mieux comprendre comment fonctionne l'oligarchie qui a si fortement prospéré sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

C'est la raison pour laquelle, après avoir passé Un dimanche à Chantilly, Mediapart a choisi de suivre – à distance, bien sûr, parce que nous ne sommes pas invités et n'avons guère le goût de ce genre d'agapes – la soirée de fête qu'Alain Minc a organisée lundi 27juin, pour rassembler quelques-uns de ses amis (près de 300 environ, politiques, hommes d'affaires, journalistes), dans les jardins très précieux du musée Albert-Kahn, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).

Non pas que cette réunion ait eu un quelconque enjeu. Pas le moindre. Entremetteur du capitalisme parisien, conseiller occulte de Nicolas Sarkozy et de quelques grandes fortunes, Alain Minc aime périodiquement organiser ce type de fête. Une année au Grand Véfour, une autre année dans les jardins de l'Observatoire. Pour montrer qu'il compte. Pour montrer, avec ostentation, à ses clients qu'il a un carnet d'adresses fourni. Comme son métier est l'influence, il doit impérativement montrer qu'il en a.

Mais voilà ! Dans les galaxies complexes du capitalisme du Fouquet's, celle du « clanMinc » pèse lourd, même s'il a essuyé ces derniers temps pas mal d'échecs. Il est donc utile d'en suivre les opérations financières, et, à l'occasion aussi, les luxueuses mondanités.

Lundi 27 juin,donc, Alain Minc a organisé l'un de ces pince-fesses dont il a le secret. Le film vidéo ci-dessus, réalisé pour Mediapart par Aurélien Pic, présente les arrivées de quelques-unes des personnalités qui étaient conviées aux festivités.

Un passe-droit pour privatiser le musée

Le lieu même de la soirée prend valeur de symbole. C'est en effet dans le cadre magique des jardins Albert-Kahn que la soirée a eu lieu. Des jardins si précieux que le règlement de l'établissement (on peut le consulter ici, en page 3, ou se reporter à la reproduction ci-contre) est formel : sauf très rares exceptions, quand il s'agit de« manifestations participant à la communication générale du site (...) ou s'inscrivant dans le cadre des activités du musée », une privatisation des lieux est impossible.

Ce type d'interdit, qui s'applique, il va sans dire, avec une totale rigueur au commun des mortels, ne vaut visiblement pas pour l'oligarchie parisienne. Le conseil général des Hauts-de-Seine, qui administre le musée, a donc choisi de faire une entorse à son règlement et d'ouvrir les portes des célèbres jardins à Alain Minc et ses puissants amis, moyennant un chèque d'un montant, semble-t-il, de 39.000 euros, notamment pour réparer les possibles dégâts occasionnés sur les précieuses plantations.

Tout cela avec la bénédiction du président de l'exécutif départemental, l'UMP Patrick Devedjian, qui a accordé le passe-droit et qui était naturellement de la fête.

Comme à l'accoutumée, dirigeants politiques de tous bords, grandes fortunes (d'un seul bord), dirigeants de presse se sont pressés pour participer à la fête, à peine troublée à son entrée par une diffusion de tracts de militants d'Europe Ecologie-Les Verts, de la ville de Boulogne. Parmi d'autres, le réseau des amis d'Alain Minc est l'un de ceux qui comptent dans les sommets du pouvoir. Ou qui comptait beaucoup dans le passé, et qui compte sans doute un peu moins, depuis quelque temps : c'est ce que l'on pouvait deviner à mille petits riens, au fil de la soirée.

D'abord, Alain Minc qui s'est longtemps glorifié d'avoir autant d'amis à gauche qu'à droite n'en a visiblement presque plus dans le premier camp ou ceux qu'il a encore préfèrent se montrer discrets. Très proche d'Alain Minc qu'elle avait invité à son dernier anniversaire en septembre 2010 (voir mon billet de blog Quand Aubry fait la fête avec Minc), Martine Aubry n'est ainsi pas venue à Boulogne ce lundi soir, sans que l'on sache pourquoi. Sans doute avait-elle d'autres chats à fouetter la veille de sa déclaration de candidature aux primaires socialistes. L'autre très proche ami d'Alain Minc, Dominique Strauss-Kahn, n'était pas plus de la fête – mais lui, on sait pourquoi.

Hubert Védrine
Hubert Védrine

Résultat, il n'y avait parmi les convives que de très rares socialistes, tous de second rang, notamment Hubert Védrine et Elisabeth Guigou, deux anciens ministres du gouvernement de Lionel Jospin, ainsi que le député européen socialiste Henri Weber, visiblement peu embarrassés d'être vus en aussi bonne compagnie, avec pour hôte l'homme lige des très grandes fortunes et de la Sarkozie. De second rang, certes, mais tous de la même obédience: il n'y avait là que des responsables socialistes strauss-kahniens ou partisans de Martine Aubry.

Jean-Pierre Jouyet
Jean-Pierre Jouyet

Mais à droite, tout autant, on devine que l'astre d'Alain Minc a pâli. Pas beaucoup, mais un peu. Il y avait certes là quelques-uns de ses proches, l'ancien ministre Xavier Darcos notamment, ou le transfuge socialiste, Jean-Pierre Jouyet, rallié à la Sarkozie, et remercié de ses bons et loyaux services par un poste de président de l'Autorité des marchés financiers (AMF).

Mais pas d'émissaire visible de l'Elysée. Nicolas Sarkozy juge-t-il donc toujours qu'Alain Minc lui a finalement apporté beaucoup plus d'ennuis que d'aides, notamment depuis la privatisation avortée de France Télévisions ? Il est naturellement difficile de le savoir, car dans les coulisses du pouvoir, il y a des courtisans qui tombent en disgrâce et d'autres qui rentrent en grâce, sans que l'on puisse toujours en percer les raisons. Dans ce système de monarchie de moins en moins républicaine, il est des humeurs présidentielles qui agitent tout ce petit microcosme des obligés du Palais sans que l'on puisse toujours comprendre pourquoi.

Portrait de groupe du capitalisme du Fouquet's

François Pérol
François Pérol

Le fait en tout cas est là : Nicolas Sarkozy n'est pas venu aux agapes et n'a dépêché aucun de ses proches. A l'exception d'un seul, François Pérol, l'ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée, qui a pantouflé dans les circonstances controversées que l'on sait à la tête de BPCE (retrouver ici toutes nos enquêtes) et qui a noué, dans le passé, du temps où il était associé gérant à la banque Rothschild, des liens de grande proximité avec Alain Minc.

En revanche, le patron de l'UMP, Jean-François Copé, qui ne rate plus aucun de ces rendez-vous, a répondu cette fois à l'invitation de son ami. Ces deux-là s'entendent bien et cela se voit.

Jean-François Copé
Jean-François Copé© Jean-François Copé

Pour la vie des affaires, Alain Minc occupe une place de choix. Non pas auprès des patrons du CAC 40 – l'intéressé se défie de la transparence à laquelle obligent les entreprises cotées et recrute ses clients surtout parmi les grandes fortunes.

Il y avait donc là quelques-uns de ses puissants clients historiques. Tel le milliardaire François Pinault, auquel il a longtemps prodigué ses petits conseils ; tel Louis Schweitzer, l'ancien patron de Renault qui lui a succédé pendant un temps à la présidence du conseil de surveillance du Monde ; tel le milliardaire belge Albert Frère (gros actionnaire notamment de Total ou encore de GdF Suez), qui a toujours démenti rémunérer les conseils d'Alain Minc, mais sans jamais emporter la conviction de qui que ce soit. Plus quelques autres des PDG qu'il conseille périodiquement ou dont il a assuré dans le passé la promotion, tel Pierre Blayau qu'il a placé à la tête de PPR et qui est maintenant à la présidence de Géodis ; tel Guillaume Pepy, l'ancien directeur de cabinet de Martine Aubry, qui est maintenant à la présidence de la SNCF et qu'Alain Minc chouchoute; tel encore Thierry Breton, ancien ministre des finances et président d'Atos Origin...


Il y avait encore le milliardaire Pierre Bergé, avec lequel Alain Minc est associé depuis longtemps en affaires au travers de la société Oléron Participations (lire ici les nombreuses enquêtes de Mediapart à son sujet) et qui est devenu l'un des trois nouveaux actionnaires du Monde. Lequel Pierre Bergé s'est distingué le mois dernier par une sortie tonitruante contre l'indépendance de la rédaction du journal.

Il y avait encore Baudoin Prot, l'actuel président de BNP Paribas, et son prédécesseur, Michel Pébereau, qui a écrit une partie du programme économique de Nicolas Sarkozy quand il était candidat à la présidentielle, puis qui a été, dans l'ombre, le vrai concepteur du plan de sauvetage des banques au plus fort de la crise – allez vous étonner que ce plan fut si accommodant !

Autres figures connues : Maurice Lévy, le président du groupe Publicis et président du vrai centre du patronat français, l'Association française des entreprises privées (AFEP), qui, pendant un temps, sur les manigances d'Alain Minc, est venu en renfort de l'homme d'affaires Stéphane Courbit pour tenter de mettre la main sur la régie publicitaire de France Télévisions ; ou encore Nicolas Bazire, qui fait carrière dans le groupe de luxe LVMH de Bernard Arnault mais qui est surtout l'un des plus proches amis de Nicolas Sarkozy et qui fut son témoin de mariage avec Carla Bruni.

Sous la Sarkozie, ce sont des petits riens qui ne trompent pas : avoir pour invité un tel personnage, qui a la réputation de recevoir jusqu'aux confidences du chef de l'Etat est un signe, envers et contre tout, d'influence ou d'importance.

C'est si vrai que même d'anciens ennemis d'Alain Minc se sont visiblement réconciliés avec lui. Peut-on être fâché avec l'entremetteur du capitalisme parisien sous la présidence de Nicolas Sarkozy ? Visiblement, certains n'osent courir le risque. C'est le cas par exemple de Serge Weinberg.

Actuel président du conseil de Sanofi-Aventis, c'est lui qui, au début des années 1990, avait présenté Alain Minc au milliardaire François Pinault, dont il dirigeait alors le groupe, qui allait devenir PPR. Mal lui en avait pris. Alain Minc était parvenu à faire de François Pinault son client et lui avait prodigué comme premier conseil d'évincer celui qui l'avait introduit. Après une décennie de fâcherie, Serge Weinberg a fait son apparition à la fête...

Betty Lagardère
Betty Lagardère

Autre présence notable, celle de Betty Lagardère, la veuve de Jean-Luc Lagardère et belle-mère de l'actuel patron du groupe du même nom, Arnaud Lagardère. A la différence des autres invités, Betty Lagardère ne joue pas un rôle dans la vie des affaires, mais elle a sa place dans ce portrait de groupe. Car, après la mort de son époux, en 2003, un ministre des finances, en 2004, a beaucoup pesé pour arranger la succession de la famille, un certain... Nicolas Sarkozy.

Ainsi va la vie des grandes fortunes, suivant leurs intérêts, et parfois oublieuses du passé. Car, en fait, Jean-Luc Lagardère, de son vivant, détestait Alain Minc et s'en méfiait comme de la peste, car pour le compte de François Pinault, l'intéressé avait, dans le milieu des années 1990, comploté pour essayer de faire sauter la commandite qui verrouille le contrôle du groupe Lagardère afin de le démanteler et tenter d'en prendre le contrôle.

«Ni éthique, ni esthétique»

Mais, à l'évidence, Alain Minc n'est pas trop parvenu ces dernières années à renouveler son carnet d'adresses dans les milieux d'affaires. Car hormis ses clients historiques, il ne parvient plus vraiment à faire entrer dans son fonds de commerce de nouveaux grands patrons. Quelques vieux patrons continuent de recourir à ses conseils ou à utiliser son entregent ; mais les patrons de la nouvelle génération ne s'intéressent guère à lui.

Pourtant la jeune génération était représentée. Mais pour beaucoup, les nouvelles recrues d'Alain Minc n'ont connu par sa faute que des déboires au cours des dernières années. Il y avait ainsi à la fête Stéphane Courbit, l'ancien champion de la télé-réalité et des sites Internet trash, qui cumule ces derniers temps les revers de fortune. Après avoir échoué à croquer la régie publicitaire de France Télévisions (voir ici nos enquêtes)– Alain Minc s'est fait trop voyant et cela a fini par faire controverse –, il a le mois passé déclenché de vives polémiques en espérant obtenir un financement de 143 millions d'euros de Liliane Bettencourt (ici notre enquête). Mais l'affaire a tourné court dans les circonstances tumultueuses que l'on sait. En bref, Stéphane Courbit qui a offert voilà quelques années 3% de son groupe à Alain Minc sous forme d'actions gratuites n'est jamais vraiment rentré dans ses frais.

Stéphane Courbit est même devenu l'objet des risées de toute la place de Paris. Grâce aux petits conseils d'Alain Minc, il a enrôlé de nombreuses grandes fortunes dans ses aventures financières et, des jeux en ligne jusqu'à l'énergie, leur a fait perdre beaucoup d'argent. Ce qui explique d'ailleurs la tentative avortée d'appeler Liliane Bettencourt à la rescousse : de moins en moins apprécié, Stéphane Courbit cherche à élargir le cercle de ses soutiens.

Mêmes déboires pour Alexandre Bompard, qu'Alain Minc a longtemps parrainé et qui était aussi de la soirée. Car, pour dire vrai, son influent parrain ne lui a pas franchement rendu service. Alain Minc s'est si fortement démené pour l'imposer à la présidence de France Télévisions, lors de l'éviction de Patrick de Carolis, que l'affaire, révélée par Mediapart, a fini, là encore, par faire scandale et Nicolas Sarkozy a finalement dû, en dernière minute, changer ses plans. Résultat : Alexandre Bompard, qui présidait aux destinées d'Europe-1, a vu son étoile décliner au sein de l'empire Lagardère. Et Alain Minc a été contraint de lui trouver un nouveau point de chute imprévu : en l'occurrence, la FNAC (groupe Pinault), avec pour mission de la vendre...

Jacques Veyrat
Jacques Veyrat

Jacques Veyrat, un autre homme d'affaires nouveau sur lequel Alain Minc a beaucoup misé n'est guère plus en forme. Régulièrement mis en avant, notamment pour prendre la présidence de France Télécom en 2009, celui qui était le bras droit de Robert Louis Dreyfus se retrouve aujourd'hui en apesanteur.

Après le décès du milliardaire, Jacques Veyrat pensait avoir les coudées franches pour diriger le groupe présent à la fois dans les transports maritimes, les télécommunications, le sport avec Adidas et l'OM. La veuve de Robert Louis Dreyfus, Margarita, lui a rappelé les règles de l'actionnaire majoritaire. Le différend, quoique discret , a été violent. En avril, Jacques Veyrat a annoncé qu'il allait quitter le groupe Louis Dreyfus.

Il va partir avec plusieurs centaines de millions en poche. Mais il est pour l'instant désœuvré. Se rappeler au bon souvenir des gens d'influence, à l'occasion de la fête d'un ami, n'est donc pas mal venu.

Olivier Nora et Antoine Gallimard
Olivier Nora et Antoine Gallimard

Pour jouer de son influence, Alain Minc compte par ailleurs beaucoup sur les ouvrages qu'il écrit périodiquement. A la fête, il y avait donc aussi des figures du monde de l'édition. Il y avait ainsi Antoine Gallimard, qui a longtemps édité les livres d'Alain Minc, jusqu'à un essai intitulé Spinoza, un roman juif, qui avait valu à l'auteur d'être condamné en 2003 pour « plagiat servile ». Alain Minc avait été discrètement prié d'aller se faire éditer ailleurs. C'est alors Grasset qui a abrité l'auteur, laquelle maison est dirigée désormais par Olivier Nora... également présent à la fête.

Ainsi va le monde de l'édition : il est des éditeurs qui ne répugnent pas à éditer des auteurs qui ont essuyé une telle condamnation ou qui utilisent systématiquement des petites mains pour écrire leurs ouvrages. Tout comme d'ailleurs il existe des journalistes pour chroniquer des livres dont ils savent qu'ils n'ont pas été écrits, en toute ou partie, par leurs auteurs. Ce n'est plus le capitalisme de connivence, c'est l'édition de connivence...

De ce système et des maisons qu'il implique, Antoine Gallimard peut dire pis que pendre : « Ni éthique, ni esthétique », lui arrive-t-il de confier.

Pour terminer, il y avait aussi, outre l'inévitable Bernard-Henri Lévy et sa compagne Arielle Dombasle, une ribambelle de figures de la presse parisienne – dont le journalisme, pour certains d'entre eux, n'est pas la seule activité. Dans ce capitalisme de connivence, c'est l'ultime ingrédient : Alain Minc a toujours bien veillé à y jouer un rôle fort, un rôle d'influence. Et depuis qu'il a été brutalement écarté de son poste de président du conseil de surveillance du Monde, cela n'a pas changé, même si l'intéressé est maintenant contraint d'agir de manière détournée. Il n'empêche, cette proximité est décisive.

Laurent Joffrin
Laurent Joffrin

Parmi les convives, on reconnaissait donc Laurent Joffrin, l'actuel directeur du Nouvel Observateur et ancien directeur de Libération, lequel journal a pour principal actionnaire Edouard de Rothschild, un autre client historique d'Alain Minc. Entre Laurent Joffrin et Alain Minc, c'est une vieille amitié : co-animateurs, avec Yves Montand, de la célèbre (et réactionnaire) émission de 1984 Vive la crise, leurs chemins se sont depuis périodiquement croisés, notamment à l'ex-Fondation Saint-Simon. Le propriétaire de Libération, Edouard de Rothschild, qui, en d'autres temps, a passé des vacances en famille avec Nicolas Sarkozy à La Baule, était d'ailleurs lui-même de la fête.

Maurice Szafran
Maurice Szafran

Etaient également présentes deux figures connues de Marianne, Nicolas Domenach et Maurice Szafran – qui ne dédaignent pas faire des « manchettes » sur les connivences journalistiques mais qui ne cachent pas pour autant leur amitié avec Alain Minc – à moins que les deux journalistes, suivant leur habitude, aient accepté l'invitation pour tout nous raconter, en “off”. Autres invités, Franz-Olivier Giesbert, le patron du Point(propriété des Pinault), ainsi que d'autres figures du même hebdomadaire, comme Claude Imbert ou encore Sylvie Pierre-Brossolette.

Jean-Marie Colombani
Jean-Marie Colombani

Autre invité, Jean-Marie Colombani, le vieux complice d'Alain Minc, qui a contribué avec lui à la normalisation puis au naufrage du Monde, avant d'en être aussi débarqué : cofondateur du site internet Slate.fr, il a pris pied à son tour dans la vie des affaires et a notamment obtenu un poste d'administrateur du groupe d'assurances Generali, grâce à Antoine Bernheim, le vieux « parrain » du capitalisme parisien et mentor de Nicolas Sarkozy dans le monde des affaires.

Autres figures des médias, on relevait également pêle-mêle Claude Perdriel, propriétaire du groupeNouvel Observateur (qui vient d'entrer au capital de Rue89); José Luis Cebrian, directeur du quotidien espagnol El Païs; Nicolas de Tavernost, le PDG de M6; Philippe Labro, l'un des bras droits de Vincent Bolloré (principal client d'Alain Minc et ami de Nicolas Sarkozy) au sein de la chaîne bas de gamme Direct 8. Enfin, on remarquait aussi la présence de Philippe Val, celui que Carla Bruni a recommandé comme directeur de France Inter et qui a mis en œuvre la brutale normalisation de la station.

Une belle soirée, donc, sans discours ni flonflons, mais avec une assemblée nombreuse et influente, dans un cadre exceptionnel. Une bien belle soirée, oui, une tranche de vie d'un clan de l'oligarchie qui gravite autour de Nicolas Sarkozy. Un clan qui n'est pas homogène, dont tous les membres ne sont pas nécessairement sarkozystes. C'est le propre de l'oligarchie: elle est insensible aux changements démocratiques et cherche à survivre à toutes les alternances, imposant perpétuellement les mêmes politiques économiques et sociales d'inspiration néo-libérale.

L'un des convives, Jean-Pierre Jouyet, en est une magistrale démonstration: ancien directeur adjoint de cabinet de Lionel Jospin, ministre de Nicolas Sarkozy avant de devenir patron de l'AMF, il a discrètement fait mouvement, dit-on, vers François Hollande, dont il est aussi depuis longtemps un ami proche, pour appuyer sa campagne présidentielle. Tous, donc, ne sont pas fidèles de Nicolas Sarkozy. Mais pour l'heure, c'est lui le chef officiel de cette oligarchie. Alors tous les obligés du Palais taisent leurs éventuelles rancunes ou leurs inquiétudes et profitent du système de connivence qui, depuis l'élection présidentielle de 2007, a fortement prospéré.

 

Source : http://www.mediapart.fr/article/offert/4cc39e49dfd656980919eeef3736af7d

Repost 0
Michèle Fazilleau - dans desirsdavenir86
commenter cet article
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 17:41

  

De qui se moque-t-on ? Encore une promesse mais pour …2012 !
Des milliers d’écoles sont occupées à travers tout le pays, pour la rentrée 2011 et pas pour celle de 2012 !

Le démantèlement systématique de notre système éducatif est passé par des mesures d’économies déstructurantes :

- le nombre de remplaçants a été diminué et les écoles incitées à recourir à des remplaçants non titulaires ;
- les effectifs sont augmentés dans chaque classe ;
- les RASED (réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté) sont remis en cause par la suppression des postes d’enseignants spécialisés et des psychologues scolaires, qui permettent pourtant d’assurer un suivi individualisé des élèves et de remédier au malaise qui grandit dans les établissements ;
- la scolarisation des moins de trois ans a été réduite (elle est passée de 34% à 13% depuis 2007).

Au total, 50 000 postes ont déjà été supprimés. Cela fera 66 000 à la rentrée prochaine.

Tout cela pour une économie pour les finances publiques avoisinant les 138 millions d’euros comme l’a révélé l’année dernière un rapport de la Cour des comptes. Tout cela alors que l’on sait que les quelques 500 niches fiscales ont fait perdre à l’Etat 72 milliards d’euros de recettes en 2010.

Ce n’est pas acceptable de jouer ainsi avec l’avenir de nos enfants. 1500 classes seront fermées en septembre 2011 puisque la politique systématique du non remplacement d’un départ en retraite sur deux se traduira, une fois de plus, par la suppression de 16 000 postes, comme le prévoit le budget 2012.

Voilà la preuve que la droite actuellement au pouvoir n’entend pas les cris d’alarme des enseignants, des parents d’élèves et des élus locaux.

C’est pour la rentrée de 2011 que nous sommes inquiets ! C’est en septembre prochain que le moratoire doit commencer ! Et pas seulement dans le primaire. En 2011, 40 000 nouveaux élèves arriveront en classe de sixième alors qu’ils auront 4800 professeurs en moins.

Ajoutons à cela un nombre de candidats au recrutement du Capes qui ne cesse de diminuer, un nombre insuffisant d’enseignants pour corriger les copies du bac !

Nous ne pouvons pas accepter que notre système scolaire renonce à donner les mêmes chances à chacun.

La droite au pouvoir fait non seulement un faux calcul mais aussi un mauvais pari : la dépense éducative est l’investissement le plus productif pour notre pays. Je propose de donner aux enseignants les moyens d’exercer leur métier dignement et de sortir du malaise qui monte de plus en plus.

Je veux que l’école soit un sanctuaire. L’abord des écoles aussi, la proximité des écoles aussi doit être protégée avec des policiers référents aux abords des établissements scolaires.

Je propose de l’ordre éducatif juste et la sécurité à l’école pour lutter contre les violences scolaires et toutes les formes d’exclusion. Car l’école en danger, c’est la République en danger.

La formation des enseignants sera une priorité et je propose un soutien scolaire individualisé pour les élèves qui en ont besoin, gratuit pour les familles, donné par les étudiants en contre partie d’une validation dans les acquis universitaires . La scolarisation à trois ans doit devenir un droit.


Ségolène Royal

 

 


 

 

La synthèse de l'Université Education en cliquant ICI

 


Toutes les vidéos de l'université Education en cliquant ICI

 

Repost 0
Michèle Fazilleau - dans desirsdavenir86
commenter cet article
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 22:59

 

 

autre02352.jpg

 

 

Jean-Marie Paratte nous a quitté brutalement il y a quelques jours; sa disparition nous laisse un vide immense et les mots manquent pour exprimer la peine et la tristesse qui sont les nôtres. Jean-Marie était un homme droit, juste, sincère, passionné et passionnant; c'était aussi un humaniste et un batisseur, toujours à l'écoute de tous. Il forçait l'admiration et le respect. C'est avec une très vive émotion que nous serons demain mercredi à la salle des sports Colette Besson à Buxerolles à 18 heures pour lui rendre hommage et témoigner notre profonde sympathie à sa famille.


 Michèle Fazilleau pour Désirs d'Avenir 86


 

Cher(e) camarade,

 

Il y a quelques jours, notre camarade et ami Jean-Marie Paratte nous a quittés. Sa famille a souhaité que ses obsèques aient lieu dans la plus stricte intimité.

 

Toutefois comme je te l’avais annoncé, nous aurons la possibilité de lui rendre hommage lors d’une cérémonie organisée à sa mémoire ce mercredi 22 juin à 18h à la salle de Sports des Bizais (salle Colette Besson), près de la Maison des Projets à Buxerolles.

 

Ce sera un temps très fort de recueillement en souvenir de Jean-Marie et de solidarité avec sa famille et avec nos amis de la section socialiste de Buxerolles.

 

Je t’adresse mes amitiés socialistes

 

Jean-François Macaire

Premier secrétaire fédéral


PARTI SOCIALISTE

Fédération de la Vienne


Adieu Jean-Marie


Les socialistes de la Vienne sont frappés d’une infinie tristesse. Leur camarade Jean-Marie Paratte, maire de Buxerolles et conseiller général, est décédé accidentellement ce dimanche dans les Pyrénées.

Jean-Marie était très aimé des militants et des habitants de sa ville et de son canton. Socialiste depuis ses jeunes années, il avait milité auprès de Jacques Santrot sur le quartier des Couronneries, avant de s’installer à Buxerolles où il avait intégré l’équipe du maire M. Varliette, puis celle de M. Messy dont il était devenu le premier adjoint. Elu Maire en 2001, Jean-Marie avait fait de la participation des citoyens son orientation essentielle, dans le cadre du projet de ville qu’il conduisait pour Buxerolles. Il avait su trouver les voies et moyens pour emmener la ville au dessus de 10.000 habitants, tout en lui conservant sa dimension humaine et solidaire. Elu conseiller général en 2004, il avait pris une dimension départementale, et sa voix faisait autorité sur les questions de transport, son domaine de compétence au sein de la communauté d’agglomération du Grand Poitiers. Membre du conseil d’administration de Logiparc, ardent défenseur du logement social, il était l’un des élus du Grand Poitiers qui avait promu les politiques de prévention, d’insertion et de solidarité urbaine, au-delà des frontières de la ville-centre.

Jean-Marie Paratte était un fonctionnaire territorial particulièrement apprécié de ses collègues. Syndicaliste Force Ouvrière et militant de l’association sportive des employés municipaux, sportif lui-même, il s’était beaucoup préoccupé de l’emploi territorial au sein du Centre départemental de Gestion. Tous ceux qui ont travaillé auprès de lui au sein des services municipaux de la ville de Poitiers se souviennent d’un homme compétent, toujours à l’écoute, plein d’empathie et de respect d’autrui.

Pour nous les socialistes de la Vienne, qui avons perdu il y a quinze jours notre ancien député Philippe Decaudin, difficile de ne pas penser à d’autres grands élus disparus en pleine action, Jean-Luc Gaboreau, Bertrand Royer, et il y a plus longtemps, Jean-François Robin. Aujourd’hui c’est Jean-Marie qui nous quitte. Nous avons à cœur de poursuivre leur œuvre et de défendre les valeurs qu’ils ont su incarner.

Au nom de tous les socialistes de la Vienne, j’adresse à Nicole, son épouse, à ses enfants, à sa famille, à l’équipe municipale et aux membres de la section de Buxerolles nos plus sincères condoléances et le témoignage de notre amitié.


Jean-François Macaire

Premier secrétaire fédéral

 

jmp

 

autre02344.jpg

autre02351.jpg

 

21.jpg

Repost 0
Michèle Fazilleau - dans desirsdavenir86
commenter cet article
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 00:13


Etrange confusion à bord du navire Hollande.
Samedi, François Hollande lui-même, dans un éclair de lucidité socialiste, estimait que les mots de Jacques Chirac, assurant à trois reprises qu'il voterait pour lui, "c'(était) une plaisanterie, (...) pour énerver ses amis, c'était sur le mode du sourire".

 


Celui qui, 10 années durant, a été Premier secrétaire du Parti socialiste, sait l'effet destructeur à gauche d'un soutien tel que celui de Jacques Chirac. Pourtant, dès dimanche, les lieutenants et soutiens de François Hollande, devant la déflagration médiatique, entonnaient un autre chant très différent et bien plus dangereux pour le candidat à la primaire socialiste.

Ainsi Michel Sapin, interviewé par Le Point lundi, se lançait dans une étonnante exégèse des propos du Corrézien, estimant sans rire que Jacques Chirac était le mieux placé pour savoir qui est un homme d'Etat ou pas... Et André Vallini d'appuyer mardi les propos de Michel Sapin en expliquant à la rédaction du Post :

"Ce n'est pas une blague. Il suffit de voir les images. C'est l'expression d'un sentiment profond. Ce n'est pas un soutien au sens politique, c'est l'expression d'une conviction profonde de la part de Jacques Chirac qui estime que Nicolas Sarkozy n'est pas à la hauteur de la fonction présidentielle et qu'en revanche, François Hollande ferait un très bon président de la République."

Et voilà donc que François Hollande et son équipe convoquent en témoin de moralité le patron du système RPR relooké en système UMP. On aura tout vu !

François Hollande, Michel Sapin et André Vallini pensent-ils sincèrement que les militants socialistes et les sympathisants ont oublié qui est Jacques Chirac ?

Malheureusement, personne n'a oublié que Jacques Chirac reste le personnage qui parlait du "bruit et de l'odeur" des immigrés, l'homme qui avait mis en coupe réglée la ville de Paris, le personnage de la cassette Méry, du compte japonais et des financements troubles, le Premier ministre du massacre de la grotte d'Ouvéa, perpétré deux jours avant le premier tour des élections présidentielles de 1988, etc.

On fait mieux comme témoin de moralité... Et la seule explication plausible de cette étrange confusion à bord du navire Hollande, c'est que personne ne sait comment gérer cette faute politique colossale, qui en rappelle une autre particulièrement douloureuse pour François Hollande.

Le genre de faute politique qui se paye cash, souvenez-vous... :



Repost 0
Michèle Fazilleau - dans desirsdavenir86
commenter cet article
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 00:57

 

Elle fait partie de ces élus UMP qui agitent à tout-va les thèmes de l'extrême droite. La députée Brigitte Barèges a suscité un tollé avec ses propos sur le mariage homosexuel. Mediapart met en lumière ses pratiques très controversées à la mairie de Montauban : dénonciation à tort de mariages blancs, pressions sur les associations... Ses détracteurs parlent même d'un «cabinet noir».

 

Lire la suite sur Mediapart : http://www.mediapart.fr/article/offert/90d759e80660eeb3c9185b983e0663e4

 

Lire aussi ci-dessous le communiqué de l'UNL 86  :

 

Communiqué de l'UNL86 sur les propos homophobes de Madame Barèges

 

            L'UNL86 tient à s'indigner des propos de Brigitte Barèges à propos du mariage homosexuel. Nous ne répéterons pas ici ces propos qui nous ont choqués par leur bêtise et leur non-sens. Ces propos sont inadmissibles de la part d'une députée membre du parti présidentiel. 

 

            Nous tenons à préciser que les propos à caractère homophobe doivent être punis par la loi quel que soit celui qui les dit. Les propos de Madame Barèges sont dignes d'une période très lointaine et indignes en tout cas d'une élue de la République Française. 

 

            L'UNL86 soutient le mariage pour les couples homosexuels qui s'inscrit dans la lignée de l'évolution des moeurs et qui aboutira à l'égalité pour tous les couples quelle que soit leur orientation sexuelle. L'homosexualité n'est pas une maladie et n'est pas condamnable, il serait bon de le rappeler à tous. 

 

            Nous sommes choqués par ces propos et demandons leur sanction comme cela devrait être le cas pour chaque déclaration à caractère homophobe ou raciste. La banalisation de l'homophobie, du racisme ou du sexisme est innaceptable et doit cesser immédiatement dans le pays des Droits de l'Homme faute de quoi les conséquences pourraient être désastreuses. 

 

            Ce climat malsain de petites phrases et de polémiques nous ramène à une mauvaise période de notre Histoire, que nous lycéens(ennes) n'avons pas connu mais avons étudié. Nous souhaitons que ce climat prenne fin et que revienne un climat de respect, de liberté, d'égalité et de fraternité afin que la France redevienne la Patrie qu'elle a toujours été avec le respect comme fierté, la liberté comme symbole, l'égalité comme garanti et la fraternité comme identité. 

 

"Nul n'a le droit en vérité de me juger, de me blâmer et je précise que c'est bien la nature qui est seule responsable si je suis un homo comme ils disent." 

 

 

 

 

Repost 0
Michèle Fazilleau - dans desirsdavenir86
commenter cet article
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 00:29
 

Présentée comme l'une des favorites des Européens pour succéder à Dominique Strauss-Kahn comme directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde est lourdement mise en cause par un rapport confidentiel de la Cour des comptes sur l'affaire Tapie. Mediapart en met en ligne une version quasi intégrale.

 

 De très nombreuses irrégularités sont relevées par les magistrats financiers.

 

Elles vont nourrir les procédures engagées devant la Cour de justice de la République, devant le Conseil d'Etat et devant la Cour de discipline budgétaire.

 

Lire la suite sur Mediapart : http://www.mediapart.fr/article/offert/0dc35e262c1c260cbb0b2a37a5c8585f

Repost 0
Michèle Fazilleau - dans desirsdavenir86
commenter cet article
21 mai 2011 6 21 /05 /mai /2011 17:28
Repost 0
Michèle Fazilleau - dans desirsdavenir86
commenter cet article

Recherche

Pages