Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 17:34

  3206626365_dc238837b8.jpg                                            

Ecole : silence, on privatise...

Ecole : silence, on privatise...

Le Monde. | 03.09.10 | Caroline Fourest

 

Suppression de 16 000 postes d'enseignants, classes plus chargées, classes maternelles amputées, suppression progressive des réseaux d'aide spécialisée aux élèves en difficulté (Rased), accélération des logiques de ghettos avec la fin de la carte scolaire, suppression des instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM), loi Carle sur le financement de l'enseignement privé par les municipalités... La liste est longue et bien connue.

 

Mais sa cohérence a-t-elle été suffisamment analysée ? A qui profite le crime ? Il ne s'agit pas seulement de faire des économies, mais d'un programme idéologique : faciliter l'évasion scolaire en direction du privé.

 

Il existe aujourd'hui 8 200 établissements catholiques sous contrat (soit 1 961 037 élèves), auxquels il faut ajouter 256 établissements juifs (38 000), huit protestants (2 760), 82 établissements bretons catholiques (4 241), 44 écoles bretonnes Diwan (3 076), 26 écoles basques (2 508), 50 occitanes (1 627) et huit catalanes (6 000). La France est divisée, moins citoyenne, mais ce n'est rien au regard de ce qu'on lui prépare.

 

L'Etat n'a plus d'argent pour l'école publique, mais en trouve pour financer l'ouverture de classes catholiques en banlieue. Xavier Darcos, ancien ministre de l'éducation nationale, a même promis 10 millions d'euros à l'école privée pour l'aider à payer ses formations (qu'il a supprimées dans le public !). Une facture que Luc Chatel hésite tout de même à régler. Peu importe. Le mécénat continuera par d'autres moyens : les niches fiscales.

 

Deux fondations consacrées à financer les écoles privées, surtout les plus religieuses, se sont vu reconnaître le statut d'"utilité publique" : la Fondation Saint-Matthieu et la Fondation pour l'école. Cette dernière est issue de "Créer son école", qui s'inspire d'un autre réseau : les Créateurs d'écoles.

 

Le livre d'Eddy Khaldi et Muriel Fitoussi, Main basse sur l'école publique (Démopolis), nous éclaire sur la généalogie de ce mouvement : un mélange de hauts fonctionnaires, voire de futurs ministres (comme Xavier Darcos) et de têtes pensantes issues du Club de l'Horloge (Nouvelle Droite) ou de l'intégrisme catholique ("opusiens" et traditionalistes), bien décidés à animer ensemble un lobby en faveur du "pluralisme scolaire".

 

Le site "Créer son école" vous apprend à créer une "école indépendante". Et la Fondation pour l'école se charge du reste, c'est-à-dire des financements... Elle a obtenu le statut d'utilité publique en un temps record. Un an à peine après sa création, François Fillon signait le décret ! Désormais, 60 % à 75 % des dons qu'elle reçoit sont déductibles des impôts et donc investis dans les écoles hors contrats de son choix. Une liste de partenaires qu'Anne Coffinier, sa fondatrice, ne tient pas à rendre publique, mais qui compte de nombreux établissements catholiques intégristes. Comme l'école de la Sainte-Famille à Dijon, tenue par la Fraternité Saint-Pie-X.

 

L'inspection d'académie y a relevé des pratiques d'endoctrinement et d'humiliation (bonnet d'âne et Scotch sur la bouche) d'un autre âge. Sans que leurs rapports ne soient vraiment suivis d'effets. Ce qui n'est pas sans rappeler le climat d'impunité qui régnait à l'école bordelaise Saint-Projet, jusqu'à ce que les caméras des "Infiltrés", magazine de France 2, dévoilent le goût de ses élèves pour le racisme, et celui de ses profs pour Pétain. La fondatrice de la Fondation pour l'école ne cache pas qu'elle pourrait financer cette école si elle le demandait...

 

Il existe bien d'autres écoles, particulières ou communautaires, qui attendent de fleurir grâce aux niches fiscales saignant les déficits publics en plus des 7 milliards que l'Etat verse directement aux écoles privées au titre de la loi Debré. En l'occurrence, dix établissements musulmans, un établissement sikh, et 30 établissements protestants évangélistes auxquels s'ajoutent les 600 établissements (25 000 élèves) du mouvement "Créer son école"...

 

C'est dire si les niches fiscales ne font pas que creuser la dette. Elles creusent aussi la tombe de l'esprit républicain.

Repost 0
Monique Ayrault - dans blogs
commenter cet article
4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 08:21

http://clabedan.typepad.com/photos/uncategorized/germinal.jpg

 

                                                           Méthode Coué ....

 

La discussion sur les retraites ressemble de plus en plus à une partie de poker menteur où les champions toutes catégories du mensonge et de l'arnaque vont , sous couvert de "franche discussion" ,imposer leur seul point de vue , comme d'habitude :

                                                         le recul de l'âge de la retraite !

 

Sarkozy en a fait un dogme , que décrivait très bien Ségolène Royal , ses fidèles toutous feront appliquer coûte que coûte la loi du seigneur (saigneur) !

 

Comment , les syndicats qui se sont abstenu de tout commentaire sur "l'affaire Woerth" , peuvent-ils désormais avoir confiance en un interlocuteur qui ment sciemment quand ça le dérange ?

 

Plus préoccupé à récurer sa batterie de cuisine , il n'en fait pas moins semblant de dire qu'il est à "120%" dans le dossier des retraites .

                                                                Encore un mensonge de plus !

 

Je ne connais pas du tout le poker menteur , car il faut savoir mentir et ce n'est pas mon fort ,mais il faut reconnaître que certains sont "maousse costauds"! Ils ont une telle cuirasse que rien ne transparait ..ou presque ...sur leur visage BCBG !

 

 

 

A propos de la décoration de la légion d'honneur de De Maistre , il a même déclaré qu'il en a donné plus d'une et que "c'est d'une banalité ..."....??????.

 

C'est justement celà qu'on lui reproche , non pas des faits de sa vie privée comme la droite l'a fait pour Bérégovoy ou Salengro , mais sur sa manière de se servir des rouages de l'état pour "avantager" certains de ses petits copains haut placés , ou pour assurer le financement d'une campagne électorale UMP d'un certain NS(?) !

 

Car , le problème c'est que sa "banalité" à lui , c'est la normalité en somme !!!

C'est ce à quoi il pense "tous les jours en se rasant" , tiens , un peu comme Coppé qui du coup se remet à espérer !

 

La France est super bien gérée , on se sent en confiance , les passions ne sont pas du tout exacerbées , tout le monde est à égalité devant la loi , les porte-monnaies sont pleins à craquer , le chômage baisse ...tout va très bien madame la marquise ...euh non , madame Lagarde , pardon!

Car là ( ce n'est pas un jeu de mots) aussi ,je ne sais pas d'où elle sort ses chiffres , mais "la politique de Nicolas Sarkozy commence à porter ses fruits " a-telle déclaré !
Est-ce un essai de plus pour faire oublier le si désastreux été et la rentrée tout aussi sinistre ??
Future première-ministrable ??
Encore une adepte du poker menteur , ou de la méthode Coué , j'hésite ..

 

C'est la rue qui va bientôt "prendre la main" un certain 17 Septembre ...

mais là aussi , je parie que tous en choeur ils nieront et qu'ils feront comme s'ils n'avaient rien entendu ! Question d'entraînement...

Amicalement
CGDA 44

Repost 0
Monique Ayrault - dans blogs
commenter cet article
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 22:52

 

Ce personnage, devenu pour notre malheur président de la République, a été longtemps ministre de l'Intérieur. Il fait comme si, depuis 2002, il n'était pour rien dans les résultats constatés.

Il est grand temps de rappeler ses échecs, et lui faire abandonner le masque et le costume usurpé de champion de la sécurité. 

sarko---tout-est-de-la-faute-des-roms.jpg

Nicolas Sarkozy a échoué

lu sur le blog de Jean-Louis BIANCO  -  le 28 août 2010 :

 

Depuis 2002, les atteintes aux personnes ont augmenté de 22%, le nombre de blessés dans les forces de l’ordre de 40%.

Alors, quelles solutions ?

 

Premièrement,

prévenir : le premier combat doit être celui mené sur le front de l’emploi et de la qualité de vie : c’est d’abord l’insécurité sociale qui produit de la violence.

 

Deuxièmement, redéployer les effectifs de police et de gendarmerie en fonction des besoins réels : il y a moins de policiers à Saint-Denis que dans le 5ème arrondissement de Paris.

 

Troisièmement, recréer la police de proximité : il faut plusieurs années pour qu’une relation de confiance puisse s’établir à nouveau.

 

Quatrièmement, des sanctions rapides et efficaces, en particulier par les travaux d’intérêt général.

 

Enfin, un combat sans merci contre les trafics de drogue et pour éliminer les armes à feu.

                              

                            Alors à gauche aussi on a des idées

Repost 0
Monique Ayrault - dans blogs
commenter cet article
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 22:50

 

Ce personnage, devenu pour notre malheur président de la République, a été longtemps ministre de l'Intérieur. Il fait comme si, depuis 2002, il n'était pour rien dans les résultats constatés.

Il est grand temps de rappeler ses échecs, et lui faire abandonner le masque et le costume usurpé de champion de la sécurité. 

sarko---tout-est-de-la-faute-des-roms.jpg

Nicolas Sarkozy a échoué

lu sur le blog de Jean-Louis BIANCO  -  le 28 août 2010 :

 

Depuis 2002, les atteintes aux personnes ont augmenté de 22%, le nombre de blessés dans les forces de l’ordre de 40%.

Alors, quelles solutions ?

Premièrement, prévenir : le premier combat doit être celui mené sur le front de l’emploi et de la qualité de vie : c’est d’abord l’insécurité sociale qui produit de la violence.

Deuxièmement, redéployer les effectifs de police et de gendarmerie en fonction des besoins réels : il y a moins de policiers à Saint-Denis que dans le 5ème arrondissement de Paris.

Troisièmement, recréer la police de proximité : il faut plusieurs années pour qu’une relation de confiance puisse s’établir à nouveau.

Quatrièmement, des sanctions rapides et efficaces, en particulier par les travaux d’intérêt général.

Enfin, un combat sans merci contre les trafics de drogue et pour éliminer les armes à feu.

Repost 0
30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 08:30

 

C'est un article dans Marianne, à l'ouverture de l'université d'été du PS à La Rochelle. Bon, il font leur métier, les journalistes, et quelquefois ils éxagèrent ... comme les bloggeurs d'ailleurs !

Mais là, je trouve, il y a quelques observations qui révèlent le côté assez artificilel (et déprimant je dois dire, enfin pour moi !) de ces réunions comme on en connait tant au PS : au niveau national, au niveau fédéral, comme au niveau des sections, des militants réunis pour travailler (en principe), pour décider (accessoirement) alors que pratiquement tout a déjà été ficelé au sommet. Ou dans les coulisses, à quelque niveau que ce soit.

primaires ouvertes 68 pour cent

Et puis, il y a le problème (il n'y a pas de problème, paraît-il, et ça n'est pas le temps d'en parler ...), le problème de l'échéance 2012. Plus précisément, le sujet des primaires ... si primaires il y a !

Oui, ce n'est pas la première fois que j'exprime sur ce blog mes doutes quand à la suite des événements, qui devrait s'inscrire dans la continuité du vote militant du 1er octobre 2009. En principe. La Rochelle 2010 est loin d'estomper mes doutes. 

 

L'université de La Rochelle a déjà eu lieu ...

Source : marianne2.fr  -  le 27 août 2010

 

L'université d’été du Parti socialiste débute aujourd’hui. Du moins, officiellement. Les hostilités ont débuté, il y a quelques heures, avec sondage et livre à l’appui. Pour le plus grand bonheur de la Strauss-kahnie ...

«Une université d'été se joue toujours 48 heures avant qu'elle ne commence ! » Foi d'un vieux briscard de Solférino maitrisant sur le bout des doigts l'horloge biologique du PS. Une fois encore, ce pourrait bien être le cas. 

Il aura suffi d'un sondage (un de plus) pour tuer le « suspense » des trois jours de La Rochelle. Un sondage paru dans Le Nouvel observateur daté de ce jeudi et signé TNS-Sofres-Logica. Martine Aubry, certes, ne fait pas pâle figure (53% des suffrages lui reviendraient dans le cas d'un duel avec Sarkozy), mais le très silencieux exilé de Washington écrase tout. Son adversaire de droite et ses rivaux du PS. 59% des intentions de vote pour DSK ! 18 points de plus que Nicolas Sarkozy ! Six points de mieux que la maire de Lille ! Ce n'est plus un sondage, mais un sacre avant l'heure. Bien avant l'heure... Comme Balladur en son temps, DSK est déjà élu. Le point commun des deux hommes : ni l'un ni l'autre ne sont candidats quand les sondages sont réalisés... 

Dans les rangs des fantassins de la Strauss-kahnie, même si l'on sait que ce « providentiel » 59% doit être relativisé (en politique, comme en économie, ce qui est rare est cher), on jubile : « La Rochelle est déjà finie. Pas besoin d'y aller ! » Et pour cause : jusqu'à présent, le petit feuilleton socialiste reposait sur une question : Martine ou Dominique ? Tant pis pour Ségolène, François, Manuel, etc. A La Rochelle, les journalistes biberonnant aux sondages n'auront plus désormais que pour seule interrogation : quand le directeur général du FMI se déclarera-t-il enfin ? 

Mais comme un petit bonheur n'arrive jamais seul, voilà qu'en plus d'un heureux sondage, les partisans de DSK ont droit à un livre. Pas du genre de Cassandre et de sa boule puante. Non, pas un livre de ce genre-là, mais LE livre. A chaque congrès ou université d'été, son coup d'édition. Honneur, cette année au journaliste de Libération, David Revault d'Allonnes. Avec son Petits meurtres entre camarades (dont les bonnes feuilles sont aussi, notons-le, dans Le Nouvel obs'...), on (re)découvre une Martine Aubry vacharde avec ses condisciples socialistes. Une Martine Aubry toujours à deux doigts de claquer la porte de « Solfé ». Une Martine Aubry, enfin, qui au cours d'un tête à tête en début d'année avec Dominique Strauss-Kahn joue à celle qui n'a pas vraiment envie d'y aller : « La présidentielle, ce n'est pas [son] truc », lui aurait-elle dit ! En somme, l'Obs a voté deux fois pour DSK cette semaine... 

Qu'importe que cet épisode qui nous est conté ne soit peut-être qu’un coup de bluff de la part de La Première secrétaire. Qu'importe également que DSK ne semble pas, lui non plus, très habité par l'idée d'aller... habiter à l'Elysée. Voilà du pain béni pour Strauss-Kahn. Du pain sanctifié par la grâce des sondages et du journalisme politique réunis : "La présidentielle, ce n’est pas [son] truc" à Martine Aubry. Et pendant trois jours tout le monde ne dissertera que de ça… Seul ombre au tableau finalement pour DSK : dans Petits meurtres entre camarades, sa rivale lilloise confie vouloir se prononcer très prochainement, "avant le début de l'année 2011", sur sa candidature. Tôt. Très tôt pour Strauss-Kahn.

 

Et triste, très triste, finalement, pour les militants PS, ce petit épisode sondagier-littéraire anté-La Rochelle. Ils ont déjà été dépossédés de leur mission originelle — désigner leur candidat — par l'instauration de primaires ouvertes aux sympathisants de gauche.

[ objection votre honneur : ils ont choisi eux-mêmes cette option à l'occasion du vote en octobre 2009 ]

Ils l'ont été une seconde fois lorsque Laurent Fabius a révélé qu'un "pacte" ne disant pas son nom existait entre DSK et Aubry. Peut-être les militants vont-ils prendre conscience ce week-end d'un autre problème : oui, ils sont réunis à La Rochelle pour bosser, mais aussi et surtout pour servir de décor, d’arène humaine en somme, à des jeux du cirque médiatique réglés comme du papier à musique plusieurs jours avant que l’université d’été n’ouvre officiellement ses portes…

Repost 0
monique Ayrault - dans blogs
commenter cet article
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 20:43

111538740 image article droite width    

        Comme jadis, Richelieu prit la Rochelle pour imposer un ordre qui n’était pas encore juste mais tout de même royal, Ségolène Royal, la présidente de région socialiste, à l’ouverture des universités d’été du Parti Socialiste, a réussi à prendre le PS.

 

L’Etat vaut bien une messe …, Ségolène Royal a souhaité oublier les querelles et les attaques de ses adversaires, dans son propre parti, pour se consacrer à la victoire en 2012.

En effet, dans un discours fortement applaudi, la socialiste a voulu mettre en ordre de marche le PS pour la prochaine élection présidentielle. Une réussite à voir, au premier rang, les principaux cadres du Parti, et notamment la première secrétaire du Parti, debout pour l’applaudir !

 

Pour assurer la victoire, la socialiste a défini les trois axes à suivre, les trois volets de son discours :

 

(1) Il faut d’abord être en capacité de proposer aux Français une réelle alternative politique. Reprenant les grandes réussites de son action régionale, en Poitou-Charentes, en faveur de la dynamique économique et de la justice sociale, la socialiste a voulu démontrer qu’on peut gouverner autrement car les réussites régionales peuvent s’appliquer à l’échelle nationale.

Revenant sur un sujet controversé de ses propositions : l’encadrement militaire des jeunes délinquants, la présidente de région a martelé que la prison n’était pas une solution pour ces jeunes, qu’il fallait trouver donc d’autres solutions et parmi celles-ci pour certains jeunes l’encadrement militaire pourrait redonner des règles de société.

 

(2) « Ca suffit ! » La socialiste dans un discours très ferme contre Nicolas Sarkozy a également rappelé aux socialistes qu’être dans l’opposition ce n’est pas se taire (…) en attendant les prochaines échéances électorales. Il faut combattre la politique menée par l’équipe dirigeante d’autant plus lorsque le pouvoir en place mène une politique injuste et peu morale. Pour Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy s’écarte des valeurs de notre République et le Parti socialiste doit être au premier rang pour condamner avec force ces déviances, ce pouvoir immoral de l’argent.

 

(3) La division des socialistes mène à l‘échec, « c‘est unis que nous gagnerons ». La socialiste n’avait pas bénéficié d’un parti en ordre de marche, derrière sa candidate, lors des dernières élections présidentielles, favorisant les attaques de la droite contre ses compétences. Pour éviter que se reproduise cet échec et assurer la victoire nécessaire en 2012, Ségolène Royal a su trouver les mots pour soulever la salle dans une ovation en faveur de l’unité.

 

Après cette intervention, « la messe est dite » … Quelle place reste-t-il à Martine Aubry? Qu’ajouter de plus, si ce n’est reprendre à son compte les axes définis par la présidente de région? La forteresse socialiste est tombée. Ségolène Royal, décidément fine politique, a su renverser une situation qui n‘était pas gagnée d’avance. Il faudra compter sur elle !

                                                                                   Militants de l'espoir à gauche avec Ségolène Royal

Repost 0
Monique Ayrault - dans blogs
commenter cet article
26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 14:20

bateau-coule-L-1

Je me souviens d'une période pas si ancienne où les bateaux qui rentraient de la pêche devaient faire très attention, surtout quand la visibilité n'était pas bonne, quand il y avait de la brume notamment.

A l'époque ils n'étaient pas équipés de radars. Pour les guider, on faisait hurler les sirènes, celle du port, celles des balises ou des bateaux. Un coup de barre à tribord de trop et le bateau pouvait se fracasser sur les rochers....

 

C'est l'image qui me vient à l'esprit quand je vois comment fonctionne aujourd'hui ce gouvernement...... et notamment la réaction tardive de Fillon, tout de même encore Premier ministre.....

 

Le patron du navire a fixé un cap croyant avoir trouvé le chenal qui le mènerait directement vers le port d'attache... Mais des sirènes hurlent de partout, même les cloches s'y mettent, jusqu'à la vieille cloche de Rome... et le bateau continue, essayant d'éviter les écueils.... il tourne en rond, il fait du surplace..

c'est la pagaille à bord. Personne ne dirige plus rien. On navigue à vue mais on ne voit plus rien.

A tribord, à tribord crie le vieux marin pervers de La Trinité en agitant ses grelots.

Le fou du Puy gueule comme un âne. Mais que sait-il faire d'autre ?

 

Plusieurs matelots mettent en garde le pilote, mais il s'obstine... J'ai fixé un cap, il faut le suivre....

Ils ne sont pas rassurés, ou bien ils désobéissent, et ils seront débarqués, ou bien ils suivent les consignes et ils risquent de couler avec le bateau.

 

Pendant ce temps là, sur le quai, les français attendent et se préparent au désastre prévisible.... Ils se demandent...."Qui, qui sera noyé ohé ohé ????" en espérant secrètement que ce soit le pilote

Jean-Yves Le Du DA 44

Repost 0
Monique Ayrault - dans blogs
commenter cet article
22 août 2010 7 22 /08 /août /2010 22:15

Sarkozy: le déshonneur pour 2 malheureux points dans un sondage

 

"Le chef de l'Etat est crédité de 36% de bonnes opinions, contre 34% le mois dernier. Le pourcentage de mécontents recule de 66% à 64%."

 

Rire.

 

On devrait en rire si cette nouvelle claironnée sur tous les médias de la droite, reprise en boucle, n'en disait tellement sur l'étiage auquel Nicolas Sarkozy abaisse la France.

 

Pas cher.

 

2% dans un sondage IFOP, ce n'est pas cher payé le déshonneur qui tombe sur la France, du fait de la médiocrité de celui qui la dirige et de ceux qui le conseillent.
Ce n'est pas cher payé de voir associés, dans le vénérable Times de Londres, le mot Gestapo et le nom de mon pays. Vraiment pas cher.

Courrier International France Xénophobie

 

Déshonneur?

 

Comment parler autrement d'un président qui bafoue les valeurs de la République et méprise la constitution dont il est censé être la garant. Le tout pour continuer à livrer le pays à la rapine de ces amis du Fouquet's. Un président, Super Menteur, qui promet un jour du travail aux ouvriers des chantiers navals de Saint Nazaire pour être démenti quelques jours plus tard par une agence de presse russe. Un président qui reçoit et récompense ceux qui fraudent l'impôt citoyen en les recevant à l'Elysée et en les incluant dans le Premier Cercle.

Comment parler autrement d'un gouvernement en sursis qui compte encore parmi ses membres un Eric Woerth, entre autres soupçonné de trafics de Légion d'Honneur et d'un Brice Hortefeux condamné en première instance pour injure raciale?

 

Il y a quelques mois, la philosophe Cynthia Fleury expliquait très exactement ceci:

« Il n'y a que le retour d'une vraie régulation démocratique pour déverrouiller ces situations de rente insoupçonnée et sortir de ces phénomènes de confiscation de richesses, qui sont produites par le collectif et qui sont systématiquement confisquées.
Je crois qu’il faut sortir de cette idée de la redistribution, il faut s’attaquer à une meilleure répartition.
Et puis je voudrais souligner un point. Je vais être un peu désagréable. Certains ont parlé de « trahisons des élites ». Je crois que c’est important parce je crois qu’il y a en effet comme un déshonneur des élites. Je crois qu’il faudrait penser une définition extensive, entre guillemets, de l’honneur et de l’indignité nationale. Il y a quelque chose de proprement dysfonctionnant de ces élites. Et je ne parle pas seulement des élites politiques mais aussi des élites économiques, culturelles, artistiques qui se contentent de cet écart grandissant, scandaleux, abominable même entre les richesses. Et non seulement s’en contentent mais aussi l’entérinent et le renforcent.
Ce déshonneur des élites, il est problématique parce que même si on est dans une phase de massification, et heureusement d’ailleurs, le rôle des élites est fondamental.
»

Cynthia Fleury ne croyait pas si bien dire. Elle évoquait alors une notion extensive de l'indignité nationale telle que les révolutionnaires de 1789 puis les juristes de la Libération l'ont conçue. Aujourd'hui nul besoin d'un notion extensive. En effet, Nicolas Sarkozy a choisi de mettre ses pas dans ceux des politiques qui, sous couvert de dénoncer une intégration ne fonctionnerait plus (ce qui est, je le pense, faux dans les faits), cherchent à réactiver et à profiter des basses pulsions du racisme. Ceux-là même qui sont les héritiers politiques des condamnés à l'indignité nationale et au déshonneur par la Justice de la Libération. Triste destin pour des personnes qui, de loin, se réclamaient du Gaullisme.

C'est justement autour du général De Gaulle que les "juristes de la Résistance" sont allés chercher dans l'Histoire de la République les concepts permettant de penser l’indignité nationale, comme un "crime", une mort civile, déshonorant sans toucher à la vie.

C'est ainsi que la Libération a permis "la refondation d’une fraternité, lavée  du déshonneur où la République avait sombré". Si le sujet vous n'intéresse, je ne saurais trop vous conseiller le difficile mais indispensable livre d'Anne Simonin :

 

 

Cependant, il est heureux, avec ce sondage, de constater que les Français ne suivent pas Nicolas Sarkozy sur la voie du déshonneur.

 

C'est un bonheur de constater que les Français gardent chevillé au corps l' "esprit républicain", ce mélange de vertu et d’honneur qui fait que nous aimons tant notre pays, même quand certains s'acharnent à le tirer vers le bas.

Un jour viendra où une Présidente ou un Président contribuera, à nouveau, à tirer la France vers le haut.

En attendant, malgré Nicolas Sarkozy et ceux qui l'entourent, nous devons créer, travailler, nous amuser, bref  vivre pour que vive une certaine idée de la France.

 

Richard trois sur le Post

Repost 0
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 09:34

http://clabedan.typepad.com/photos/uncategorized/germinal.jpg

 

Les peuples en errance ...

 

Ca ne vous rappelle rien ces évacuations en force des camps d'étrangers, ces préfets sans état d'âme , ces flics arrogants voire même cyniques et une partie de la population qui applaudit des deux mains , pendant que l'on sépare les femmes des hommes , que l'on embarque les jeunes enfants dans des camions bourrés de CRS armés jusqu'aux dents ?

 

J'ai honte , non pas de mon pays , mais de ses dirigeants . On avait pourtant dit "plus jamais ça" !

Beaucoup de réactions bien sûr à gauche (encore que ..), c'est le minimum , mais allez faire un tour sur certains forums ( celui d'Orange entre autres ) et vous y découvrirez ébahis , toute la haine que Sarkozy a déclenchée volontairement .

 

A propos d'un article concernant l'évacuation du camp de Montreuil , voici une des nombreuses réactions , celle d'un certain Alternet :
"Tout cela est encore bien trop gentil.

Donnez moi le pouvoir et les moyens , je le règlerais rapidement , moi, le "problème des roms"...

Et je vous passe les autres commentaires comme

" on est chez nous.." Ca laisse pantois non ?

 

Car Sarkozy le savait , il est intelligent , puisque c'est lui qui le dit perpétuellement , les Roms sont pour lui le symbole idéal de l'étranger qui nous veut du mal , celui qu'il a rendu responsable de ses propres incapacités .Il a lancé cette nouvelle boule puante juste avant de partir tranquillement en vacances , comme si de rien n'était pour goûter aux plaisir de voir à nouveau les français se déchirer .

 

On se demande alors si on est bien en 2010 , dans un pays où le symbole que l'on veut faire passer est celui du pays des droits de l'homme .
Car grâce à notre actuel sinistre président, il ne sera bientôt plus qu'une vulgaire dictature où l'élimination ( dans un premier temps) par les charters et les trains de "reconduite" sera une des activités principale et "banale" d'un pouvoir qui n'a plus rien à dire , devant une population tétanisée et , encore pire , indifférente .

 

A quand les lettres de dénonciation ,...si ce n'est déjà fait ?

Sarkozy et sa bande de malfrats , a déclenché un phénomène qu'il ne pourra plus contrôler . C'est facile d'attiser les haines , surtout quand tout va à vau-l'eau , c'est beaucoup plus difficile de réconcilier .Et ce ne sont pas les déclarations guerrières d'Hortefeux , Morano , Estrosi ou Lefebvre qui peuvent calmer le jeu !

 

Ces dans ces mêmes périodes que les intégristes recrutent leurs kamikazes .
Sarkozy aux abois a voulu réveiller chez l'homme ce qu'il y a de plus vil et de plus dangereux : la xénophobie et le racisme sous couvert de "bon sens" ou de "respect de la loi" . ECOEURANT !

Sa spécialité c'est tuer tout esprit de fraternité chez l'homme , diviser pour mieux régner , croit-il . Il a multiplié les nombreux essais !
Le tir sur les policiers à Montreuil ? A croire qu'il ne souhaitait que ça !

 

Il faut voir avec quelle vitesse il a foncé sur l'évènement , un peu comme s'il avait tout prévu !
A quand le prochain bain de sang ?

Et pourtant ça fait au moins trois ans qu'on connait le coupable , qu'attend-on pour l'arrêter ?
Amicalement

CG

Repost 0
9 août 2010 1 09 /08 /août /2010 18:02

loi.jpg

"Je ne vois rien de comparable dans notre Histoire proche ou lointaine à ce qu'il se passe en ce moment. Jamais les conséquences d'une politique n'ont accablé ses auteurs dans un délai aussi court".

Le bloc-notes de Mauriac en 56. C'est Guy Mollet qui va prendre un lourd paquet dans les lignes qui suivent ces deux-là. C'est aujourd'hui à un autre qu'on pense.

Les unes après les autres, à un rythme qui s'accélère, les lois qui nous ont été imposées se dégonflent. Leurs effets attendus, ou du moins promis à grande publicité, se montrent ou néfastes ou nuls. La cathédrale de papiers de la rupture s'effondre pans après pans.

vive_la_loi.jpg

Publicité pour la loi : colloque "Vive la loi!", image du site du Sénat, www.senat.fr

La première votée a été aussi la première à s'écrouler. Des trois volets de la loi TEPA, que reste-t-il de crédible ? Le bouclier fiscal est rapidement devenu le boulet fiscal et il est aujourd'hui le boomerang fiscal que l'affaire Woerth renvoit à la tête de ses auteurs. Remboursement de 40 millions d'euros à la plus généreuse donatrice de l'UMP et autres arrangements ne laisseront pas le gouvernement indemne. La défiscalisation des heures supplémentaires qui devaient doper l'emploi et récompenser ceux qui voulaient "travailler plus pour gagner plus" n'a produit ni relance, ni confiance et pas davantage de pouvoir d'achat. L'exonération d'impôts pour les intérêts d'emprunts pour l'achat d'un logement a si fortement alourdi la dette que le gouvernement lui-même est contraint de revoir la copie et d'accepter avec trois ans de retard ce que nous plaidions à l'Assemblée : la mise sous condition de ressources et la réservation aux seuls primo accédants à la propriété.

La loi sur la récidive, pilule particulièrement amère n'a pas davantage fait diminuer la récidive que la délinquance. Elle n'a fait qu'engorger les prisons : moins cependant qu'on pouvait le craindre, la majorité des juges se faisant une règle de ne pas l'appliquer.

La diminution de la taxe sur la restauration de 19,6 à 5,5% a fait un coûteux flop. Flop en terme de création d'emplois, de baisse des tarifs et de sauvetage des petites entreprises en difficulté. Une inconnue : son impact sur les adhésions à l'UMP, puisqu'un bon d'adhésion était joint par le Ministre à la lettre d'annonce de cette mesure qui nous a coûté la paille de 4 milliards d'euros.

Le travail du dimanche devait lui-aussi permettre aux salariés "volontaires" d'arrondir fortement leurs fins de mois puisque le salaire devait être doublé le dimanche. Il n'en a rien été : comme nous l'avions prévu, les volontaires du dimanche n'ont guère le choix et peu fréquents sont les cas où leur salaire est effectivement doublé.

Je cherche sans trouver des lois pour lesquelles nous ayons connaissance d'un bilan positif. Elles existent sans doute, ne soyons pas manichéens, mais sont à l'évidence si marginales que même la droite ne pense pas à s'en glorifier.

"Notre malheur, c'est cette pérennité à Paris d'une équipe de malheur. Le constater ce n'est pas céder à la passion politique. La chute de Monsieur Woerth ne sauvera rien puisqu'il sera remplacé par un autre lui-même".

C'est Mauriac de nouveau qui parle, à deux mots près.

Blog de Michèle Delaunay, lundi 9 août 2010

Repost 0
Monique Ayrault - dans blogs
commenter cet article

Recherche

Pages