Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 07:49

Des ouvriers picto-charentais côtoient d’illustres personnalités dans “ Cette belle idée du courage ”, le livre de la présidente du conseil régional dédié aux “ passeurs de courage ”.

Le syndicaliste châtelleraudais de New Fabris, Guy Eyermann, côtoie l'ancien président d'Afrique du Sud, Nelson Mandela. On croise la doyenne des employées de l'usine Aubade de La Trimouille, surnommée Jeanne Calment, après avoir revécu l'aventure de Jeanne d'Arc. Entre les chapitres consacrés à Franklin Roosevelt, Sœur Emmanuel ou encore Stéphane Hessel, Ségolène Royal a pris soin de rendre « hommage » au courage des ouvrières et des ouvriers de sa région d'élection mais aussi au navigateur charentais, François Gabart.

" Une poigne d'acier mais pleine de douceur "

Ce n'est peut-être qu'une coïncidence : la présidente du conseil régional de Poitou-Charentes qui publie « Cette belle idée du courage », un livre sur une quinzaine de personnalités qui ont en commun d'avoir traversé des épreuves et de s'être relevé, a aussi annoncé la semaine dernière qu'elle serait candidate à sa succession dans deux ans.
Elle assure en tout cas que l'origine picto-charentaise de ses « passeurs de courage » n'a pas été déterminante dans son choix. « Je n'y ai même pas pensé », précise-t-elle, au sujet du récent vainqueur du Vendée Globe. On est d'ailleurs tenté de la croire en lisant le chapitre qui lui est dédié. Ségolène Royal garde incontestablement un souvenir très ému de leur rencontre : « Je me souviens de sa poignée de main, plus mordante que toutes celles qu'il m'avait été donné d'expérimenter jusque-là. Une poigne d'acier mais pleine de douceur en même temps, me suis-je dit. »
Pour le reste, l'évocation des luttes ouvrières de la Vienne et des Deux-Sèvres peut apparaître comme un prétexte pour rappeler la politique volontariste de la Région Poitou-Charentes en matière d'investissements industriels. « Ce livre n'est pas un miroir, il n'est pas question de moi », se défend Ségolène Royal. L'hommage se veut sincère : « Ça m'a vraiment touché quand j'ai réécrit le combat d'Heuliez. »

New Fabris, Aubade, Buroform et les autres…

« Comment oublier cette manifestation du lundi 23 mars dans les rues de Cerizay où la population fait bloc avec les ouvriers d'Heuliez, premier employeur de la ville et du bocage alentour ? », écrit-elle. « Comment ne pas également rendre hommage à un autre combattant ouvrier, Guy Eyermann ? », demande-t-elle un peu plus loin en racontant par le menu l'occupation de l'usine New Fabris et le courage du syndicaliste devenu conseiller régional.
L'occasion, au passage, de justifier l'investissement malheureux réalisé à l'époque : « La Région a-t-elle pris des risques en entrant au capital de l'entreprise ? Oui et j'estime que c'est notre rôle. » De dénoncer les licenciements « pour motif financier » d'Aubade. Et de saluer les sociétés coopératives créées avec le soutien de la collectivité : à Chizé, Niort, La-Forêt-sur-Sèvre mais aussi, plus récemment, à Valdivienne avec Buroform. « Oui, ces hommes et ces femmes qui s'engagent pour sauver leurs activités et leurs emplois en bâtissant un nouveau projet d'entreprise […] ont toute leur place dans ce livre où j'évoque celles et ceux dont le courage nous inspire et nous encourage », explique Ségolène Royal.
L'hommage n'est toutefois pas exhaustif. Par exemple, l'auteur ne mentionne pas le courage des salariés d'Eco & Mobilité, le fabricant de véhicules électriques liquidé l'an dernier à Mazerolles malgré les 4,85 M€ investis par la Région. Un oubli sans doute.

en savoir plus

Le jour où elle a sauvé le Marais poitevin

Dans le chapitre consacré à François Mitterrand, Ségolène Royal raconte comment le sort du Marais poitevin s'est joué dans le bureau du président de la République le 22 septembre 1990. Elle décrit un Mitterrand digne d'un Louis XIV : « D'un crayon, il trace, sur la carte d'état-major, en forçant le trait, l'itinéraire de l'autoroute Nantes-Niort, en la faisant bifurquer vers le nord de Niort, au lieu de massacrer, au sud, le Marais poitevin. » Et l'ancienne députée des Deux-Sèvres d'ajouter ce commentaire présidentiel soigneusement noté à l'époque : « La cause est bonne me dira plus tard François Mitterrand. Vous avez eu raison de vous y consacrer […] et ce joyau qui s'appelle le Marais poitevin aurait été détruit sans aucun doute s'il n'était intervenu quelques défenseurs de ce pays, qui en sont et qui l'aiment et qui se sont associés à cette belle aventure.

http://www.lanouvellerepublique.fr/Toute-zone/Loisirs/Livres-cd-dvd/n/Contenus/Articles/2013/05/22/Les-hommages-de-Segolene-Royal-1475198

Les " hommages " de Ségolène Royal  22/05/2013 05:46

Partager cet article

Repost 0
Désirs d'Avenir 86
commenter cet article

commentaires

Recherche

Pages