Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 10:32


Par DESIRS D'AVENIR HERAULT

Tueur de Toulouse : Sarkozy, président protecteur ou président metteur en scène ?

Nouvel Observateur.  21-03-2012. Bruno-Roger Petit

 

sarkozy-de-funes.jpg

 

Après les événements de Toulouse et de Montauban, où sept personnes ont été tuées, Nicolas Sarkozy avait promis de suspendre sa campagne présidentielle. Résultat : depuis cette annonce, le président-candidat est omniprésent dans l'ensemble des médias audiovisuels. Dans quel but ?

 

"Du côté de Nicolas Sarkozy, on pense que la gestion politique du drame de Toulouse renforce le président protecteur". Cette information a été publiée ce mercredi matin, sur le réseau social Twitter, par Michaël Darmon, journaliste à I>Télé, l'un des mieux informés sur ce qui se dit, se pense, se trame dans les coulisses du petit monde de Nicolas Sarkozy. Il y a donc tout lieu de croire que cet écho est le reflet d'une certaine réalité. Hélas.

 

Lundi dernier, au soir du dernier acte meurtrier du tueur présumé, Mohammed Merah, à savoir l'assassinat de quatre personnes dans une école juive à Toulouse, le président de la République avait annoncé qu'il suspendait sa campagne présidentielle. Naïvement, il était permis de penser que le chef de l’État se montrerait discret, qu'on ne le verrait pas, ou peu, dans l'attente du dénouement. Las, ce fut tout le contraire.

 

Dès le lendemain, Nicolas Sarkozy se ruait dans une école à l'occasion de la minute de silence décrétée sans concertation ni réflexion dans tous les établissements scolaires de France, initiative qui a placé, contre leur gré, de nombreux parents face au stress engendré par cette affaire chez les enfants les plus petits, et pour qui la mort est une notion indicible. Peu semblait lui importer en vérité. Images et déclarations étaient dans la boîte des chaînes d'info et des JT de 20 heures.

 

Omniprésent dans les médias

 

Dans la foulée, Nicolas Sarkozy se précipitait à Roissy pour y rendre hommage aux corps des victimes de l'école de Toulouse, en partance pour Israël. Encore une déclaration, encore des images. Ce mercredi, tandis que la France se réveillait en découvrant que le tueur était identifié et en passe d'être stoppé, Nicolas Sarkozy a fait une nouvelle déclaration depuis l’Élysée, dès la fin du Conseil des ministres. Images, déclarations, puis il est parti pour Toulouse et Montauban. Encore des déclarations, encore des images (toutes en ligne sur le site Elysée.fr).

 

A l'heure où ces lignes sont écrites, alors que le tueur présumé est encore encerclé dans son appartement de Toulouse, chacun sent, chacun sait que Nicolas Sarkozy devrait encore multiplier les occasions de faire des images et des déclarations. Jusqu'au bout du bout de l’événement... Encore et toujours...

 

Rien de plus logique, normal et naturel diront certains. Nicolas Sarkozy est dans le rôle que lui confère la Constitution de la Vème République. Certes. Dont acte. Mais voilà que surgit l'information apportée par Michaël Darmon : "du côté de Nicolas Sarkozy on pense (à l'indicatif, notez le bien) que la gestion politique du drame renforcerait l'image du président protecteur".

 

La découverte de cette information change quelque peu la perception de la "séquence" sarkozyste qui se joue sous nos yeux depuis quarante-huit heures, surtout lorsque des spécialistes en communication politique analysent les actes et propos de Nicolas Sarkozy en fonction d'un seul objectif : imposer son agenda et une unité nationale de circonstance aux autres candidats, réduits au rôle de figurants impuissants.

 

Quant à la notion de "président protecteur", c'est l'un des grands chevaux de bataille de la communication sarkozyste depuis près d'un an, et force est de constater que jusqu'aux événements de cette dernière semaine, cela n'avait pas pris.

 

Une visée électorale

 

Qui sera assez naïf, au vu du film des événements, de la conduite du personnage principal et de l'information donnée par Michaël Darmon pour croire que Nicolas Sarkozy a suspendu sa campagne depuis lundi ? Qui pourrait croire que depuis deux jours, les propos et les actes de Nicolas Sarkozy sont détachés des affaires électorales ?

 

Pour tout dire, apprendre que "du côté de Nicolas Sarkozy", on envisage les choses du point de vue du gain d'image que les événements pourraient apporter au président-candidat est une information de nature à ouvrir le débat sur les propos et actes de ce dernier depuis deux jours.

 

En clair, dans le but d'être un président protecteur, Nicolas Sarkozy ne s'est-il pas conduit d'abord et avant tout comme le metteur en scène d'un acteur nommé Sarkozy Nicolas, et désireux de jouer ce rôle convoité de protecteur ?

 

Chacun répondra comme il lui convient à cette interrogation, selon les vues qui sont les siennes, tout en gardant présent à l'esprit l'élément suivant, pierre angulaire de toute communication politique : on ne peut pas feindre l'authenticité longtemps sans être démasqué, ce qu'Abraham Lincoln avait résumé d'une formule célèbre : "On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps."

Partager cet article

Repost 0
Désirs d'Avenir 86 - Campagne F Hollande - dans Présidentielles 2012
commenter cet article

commentaires

Recherche

Pages