Sous l’austérité, l’injustice et les mensonges

De suspense, en réalité, il n'y en a pas. Le gouvernement fait mine d'entretenir le mystère. Et des fuites intéressées ont suggéré que François Fillon n'annoncera que lundi 7 novembre le nouveau plan de rigueur, après que Nicolas Sarkozy eut rendu ses arbitrages pendant le week-end. Mais en fait, les dés en sont depuis le début jetés : ce seront les salariés qui paieront. C'est la singularité de ce plan : même si on n'en connaît pas encore toutes les modalités, on sait dès à présent la philosophie dans laquelle il s'inscrira. Sous l'austérité, il y aura des injustices en pagaille. Et puis une ribambelle de mensonges.

 


http://photo.lejdd.fr/media/images/politique/fillon-sarkozy2/5586261-1-fre-FR/Fillon-Sarkozy_pics_180.jpg

 

François Fillon et Nicolas Sarkozy vont décider dimanche des derniers arbitrages du second plan de rigueur. (Reuters)

 

Commentaire :

 

L'article décrit bien sur le fond et la forme la sarkozie telle que nous la connaissons depuis 5 ans. Il est pétri d'une de cette indignation qui nous traverse et qui cherche son expression politique sans vraiment la trouver. Pas un échange dans notre vie de tous les jours sans que le dégoût le dispute à la révolte, la fureur à la crainte, l'appétit de solidarité au repli sur soi et sur les siens,  

enfin la résignation à l'indignation, pour reprendre le titre si justement trouvé du livre de Ségolène Royal.


Cela nourrira-t-il une alternative posée sur d'autres bases en 2012 ?

 

Encore faudrait-il qu'il reste de l'espérance et de la confiance, denrée peau de chagrin.
Sur le chapitre de a fiscalité, il est bon de lire, ou de relire "Pour une révolution fiscale" livre de G. Landais, T. Piketty et E. Saez, pour comprendre un peu mieux l'origine des injustices fiscales et quelques propositions simples pour attaquer un dossier qui devra nécessairement être ouvert et discuté entre les citoyens en 2012.

 

Enfin, il faut se souvenir des trains qui passent et de la solitude quand on reste à quai : Il y a cinq ans, il faut se souvenir que jamais le peuple n'était autant allé aux urnes pour des présidentielles, et que jamais un(e) candidat(e) de gauche à la présidente n'avait rassemblé autant de voix sous la 5ème république.

 

Malgré le poids d'un ministre de l'intérieur qui détenait des dossier sur à peu près tout ce qui pouvait bouger contre lui. Malgré des éléphants du PS qui ont tordu le nez, la presse people qui a peoplisé des couples en déroute et tartiné sa couche de bêtise, des apparareils politiques qui se sont mis en roue libre, des procès pour bayrouisme qui ont été instruits, la peur qui a été inoculée à l'électorat âgé grâce à tous ces médias propriétés des grandes fortunes. On a perdu 5 ans, 5 ans de destruction de ce qui consitute notre ciment républicain commun.  

S'il est possible d'espérer pour 2012, il est bon de garder un peu de mémoire des gens qui sont aussi responsables par leurs postures irresponsables, de l'état des lieu sarkozyste, pour savoir sur qui on pourra compter pour changer nos paradigmes, pour utiliser le terme cher à Edgar Morin.

 

PIERRE CHAMBON