Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 22:52

I> TÉLÉ - L’INTERVIEW POLITIQUE DU 22 MAI 2012 : SÉGOLÈNE ROYAL

Christophe BARBIER

Bonjour Ségolène ROYAL. Bienvenue.

Ségolène ROYAL

Bonjour.

Christophe BARBIER

Le président, François HOLLANDE, revient des Etats-Unis, diriez-vous, comme Laurent FABIUS, que ce voyage a été un sans faute ?

Ségolène ROYAL

Oui, c’est un sans faute, pour deux raisons. D’abord parce que François HOLLANDE a affirmé l’indépendance de la France, c’est-à-dire la tradition diplomatique française, mais il l’a fait sans arrogance, et en second lieu il a été à l’initiative, mais en tenant compte du collectif, et du nécessaire pragmatisme qu’il faut mettre en place pour aboutir à des résultats.

Christophe BARBIER

Le programme c’est des concessions. Ne retirer d’Afghanistan, par exemple, que les troupes combattantes avant la fin de l’année, c’est un peu un coup de canif dans les promesses électorales.

Ségolène ROYAL

Il a toujours parlé des troupes combattantes, certains ne s’en souviennent peut-être pas, mais pendant la campagne présidentielle il n’a évoqué que les troupes combattantes. Là aussi, nous sommes pragmatiques, réalistes, et on sait parfaitement que pour replier un certain nombre d’instructeurs et aussi des spécialistes qui entretiennent le matériel et qui organisent le rapatriement du matériel, il faut distinguer les troupes combattantes, qui elles rentreront en France avant la fin de l’année 2012, et l’organisation du repli des autres spécialistes de l’Armée française.

Christophe BARBIER

Est-ce que vous soutenez le soutien apporté par François HOLLANDE, est-ce que vous l’approuvez ce soutien, au bouclier antimissiles ?

Ségolène ROYAL

Oui, mais vous savez qu’il l’a fait, là aussi, en obtenant les précisions dans le communiqué qui l’attendait, c’est-à-dire que le bouclier antimissiles ne se substitut pas à la défense par dissuasion nucléaire.

Christophe BARBIER

Mais nous allons devoir payer, nous Français, nous Européens, pour participer à cette opération américaine, cette opération de l’OTAN.

Ségolène ROYAL

C’est une continuité, là aussi on ne remet pas brutalement en cause la continuité, la parole de la France, en revanche on est ferme sur les principes, et en particulier, je viens de le dire, sur le principe de la dissuasion nucléaire, et sur l’association de la France aux décisions qui seront prises.

Christophe BARBIER

Demain c’est la Grèce qui va occuper le président au sommet européen informel, alors est-ce que vous, vous souhaitez que la Grèce sorte de l’euro, dans l’ordre, mais sorte ?

Ségolène ROYAL

Certainement pas, je crois que ce serait un très mauvais signal donné à la zone euro. La zone euro a été affaiblie parce qu’il n’y a pas eu de gouvernement économique qui a été mis en place en même temps que la zone euro. Il n’est pas trop tard pour bien faire. L’urgence c’est de maintenir la cohésion de l’Europe, parce que si la Grèce sort de l’euro, qu’en sera-t-il ensuite d’autres pays ? L’euro, c’est-à-dire la mise en place d’une monnaie commune, a été aussi à l’origine de la solidité de l’économie européenne, aujourd’hui il faut absolument, impérativement, faire ce qui n’a jamais été fait depuis le début, un gouvernement économique européen qui à la fois contrôle les dérapages financiers, mais aussi relance la croissance économique.

Christophe BARBIER

Et pour relancer la croissance, est-ce que la France doit continuer à insister pour que les Eurobonds soient adoptés au plus vite ?

Ségolène ROYAL

C’est un élément parmi d’autres. Il y a les Eurobonds, il y a la réforme du système bancaire, je crois que c’est la question clé qui devra être abordée au plan européen.

Christophe BARBIER

Comment on fait ? On change les statuts de la Banque Centrale ?

Ségolène ROYAL

Il faut réformer les banques, c’est l’engagement aussi qu’a pris François HOLLANDE, c’est-à-dire distinguer au sein des banques les activités spéculatives des activités de prêt. Aujourd’hui on a un système bancaire, non seulement en France, mais en Europe, qui continue à être au service de lui-même, et non pas au service du développement économique, voilà la première réforme à prendre, c’est une réforme nécessaire qui méritera, là aussi, une union très forte des responsables politiques des pays européens pour affronter le pouvoir financier. Ensuite il faut utiliser la taxation sur les mouvements de capitaux, qui entre en application, vous le savez, le 1er août, donc décider ensemble de ce que l’on fera avec le rendement de cette taxe sur les mouvements de capitaux. Et enfin, mettre en place les Eurobonds, qui permettent de faire une solidarité européenne, à condition, bien évidemment, que les pays soient bien gérés.

Christophe BARBIER

« Il n’y a rien à négocier avec l’Europe » dit Alexis TSIPRAS le leader de la gauche dure grecque, « on ne négocie pas avec l’enfer. » Vous entendez ce message ?

Ségolène ROYAL

Non, parce que l’Europe c’est une entité abstraite. C’est quoi l’Europe ? L’Europe ce sont des décideurs politiques.

Christophe BARBIER

Qui imposent l’austérité aux Grecs, c’est ce que dit TSIPRAS.

Ségolène ROYAL

Voilà, eh bien qui enfin doivent entendre les peuples, et si François HOLLANDE a été élu c’est précisément pour que ça change, aussi, au niveau de l’Europe, en ce qui concerne la hiérarchie des priorités, et les Français attendent beaucoup, d’autres peuples européens aussi attendent beaucoup de ce changement en France. Donc, écoutons les peuples, et ce n’est certainement pas en continuant les politiques d’austérité, c’est-à-dire de baisse des salaires, de baisse des retraites, et d’étranglement des PME, que l’on sortira nos pays de l’ornière, mais bien au contraire, en tenant les deux bouts, c’est-à-dire à la fois une gestion rigoureuse des fonds publics et en même temps la mobilisation des fonds bancaires pour le développement économique, et notamment les crédits aux petites et moyennes entreprises innovantes.

Christophe BARBIER

Pour réformer cette gouvernance économique de l’Europe, est-ce que vous soutenez la candidature de Wolfgang SCHÄUBLE, allemand, à la tête de l’Eurogroupe pour succéder à JUNCKER ?

Ségolène ROYAL

Ce serait un mauvais signal, parce que vous savez qu’il est sur une ligne extrêmement rigide, or cette ligne rigide, cette ligne d’austérité, a démontré son échec, donc il ne faut pas, je crois, s’enferrer dans cette direction-là, et sans doute faut-il trouver quelqu’un qui a un peu plus d’imagination, dirons-nous pudiquement.

Christophe BARBIER

Ça pourrait être un Français, ou il faut que les grands pays se tiennent à l’écart ?

Ségolène ROYAL

Ça… ce qu’il faut c’est trouver la personne compétente, peu importe sa nationalité. La France non plus ne peut pas occuper tous les postes, donc il faut éviter d’imposer à la fois ses idées et ses hommes, mais je crois que les dirigeants européens doivent trouver la meilleure personne, au meilleur endroit, pour à la fois être dans la continuité des politiques rigoureuses, mais en même temps être dans le desserrement de cet étau, qui plombe nos économies.

Christophe BARBIER

En France une vague de plans sociaux est redoutée, est-ce que le gouvernement droit prononcer un moratoire, est-ce qu’il faut interdire ces plans sociaux ?

Ségolène ROYAL

Interdire, c’est difficile, parce que ce n’est pas forcément efficace, un gouvernement ne peut pas se mettre à gérer toutes les entreprises, en tout cas ce qui est clair c’est qu’il doit donner des avertissements très fermes aux entreprises qui s’amuseraient à délocaliser ou à licencier alors qu’elles font des bénéfices, et en tout cas la loi sur l’encadrement des licenciements boursiers doit rapidement intervenir.

Christophe BARBIER

Avant l’été si possible, avant la coupure des vacances, dès que le Parlement sera réuni ?

Ségolène ROYAL

Ça serait souhaitable, parce qu’il ne faudrait pas que des plans sociaux qui ont été gelés parce que certaines entreprises du CAC40 étaient les amies de l’ancien pouvoir, tout à coup déferlent sur le pays, il faut que ces dirigeants qui s’apprêtent à faire de tels plans sociaux, sachent qu’ils trouveront en face d’eux des règles à appliquer.

Christophe BARBIER

Est-ce que Redressement productif ce n’est pas un intitulé malheureux pour le ministère d’Arnaud MONTEBOURG ?

Ségolène ROYAL

Au contraire, c’est quelque chose, c’est un intitulé dynamique, qui montre la volonté d’action.

Christophe BARBIER

Christiane TAUBIRA a-t-elle raison, ou tort, d’annoncer la suppression des tribunaux correctionnels pour les mineurs, les 16/ 18 ans ?

Ségolène ROYAL

Moi je ne vois pas pourquoi polémiquer avec l’annonce qu’a faite Christiane TAUBIRA. Ça a été une annonce faite par le candidat, donc aujourd’hui elle va être mise en application, mais j’observerai que cette annonce n’est pas isolée, elle fait partie d’une action globale de lutte contre le grave problème de la délinquance des mineurs, notamment des mineurs récidivistes, et vous savez que dans les 60 propositions il y a l’objectif du doublement des centres éducatifs fermés.

Christophe BARBIER

Il y a un petit côté gauche laxiste, gauche naïve là.

Ségolène ROYAL

Je crois que c’est simplifier ce qu’elle a dit ou caricaturer ce qu’elle a dit. Lorsque j’entends l’UMP tout de suite monter au créneau contre Christiane TAUBIRA, car ce qui est vrai, je le répète, c’est qu’il y a un équilibre dans la lutte contre la délinquance des mineurs, il y a en effet renforcer le volet éducatif. et vous savez bien d’ailleurs, si l’on veut réduire la délinquance des mineurs il faut agir le plus tôt possible sur les jeunes pour qu’ils ne dérivent pas vers ces comportements délictueux et de plus en plus violents, et il faut aussi trouver des alternatives à la prison, et donc il est urgent de réaliser cette promesse des 60 propositions, de doubler le nombre de places en centre éducatif fermé, il n’y a là aucun laxisme, bien au contraire.

Christophe BARBIER

Si vous êtes présidente de l’Assemblée nationale, le mois prochain, est-ce que vous serez une sorte de snipper pour rectifier le gouvernement quand il fera une mauvaise annonce ?

Ségolène ROYAL

Certainement pas, ce n’est pas le rôle du président de l’Assemblée nationale. L’Assemblée nationale c’est la représentation populaire, l’Assemblée nationale doit exercer la plénitude de ses responsabilités, les députés doivent être respectés dans la plénitude de leurs compétences. Pourquoi ? parce que nous devons remettre le peuple au cœur de tout, en avant de tout, c’est-à-dire le peuple écouté, et un parlementaire c’est un élu du peuple qui doit écouter et respecter parce qu’il peut, au contraire, aider le gouvernement à réussir en faisant remonter ce que disent les gens sur le terrain.

Christophe BARBIER

En un mot. Que vous inspire l’enquête préliminaire contre DSK pour viol en réunion ?

Ségolène ROYAL

Du dégoût.

Christophe BARBIER

Ségolène ROYAL, merci. Bonne journée.

 

Source : Blog Ségolène Royal

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Pages