Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 13:50


PS : Ségolène Royal, Phénix politique

Sèchement battue dans les urnes il y a quinze jours, Ségolène Royal est aujourd’hui pressentie pour présider l’Assemblée nationale.

L’ex-candidate à la présidentielle est très sérieusement citée pour occuper le poste de présidente de l’Assemblée nationale
L’ex-candidate à la présidentielle est très sérieusement citée pour occuper le poste de présidente de l’Assemblée nationale MaxPPP

 

On n’est jamais mort en politique. Ségolène Royal est bien décidée à confirmer l’adage. Battue en 2007, écartée de la tête du PS en 2008, humiliée au premier tour des primaires avec le score piteux de 6,95 % des suffrages, sa carrière paraissait bien compromise il y a seulement quinze jours. Et voilà que l’ex-candidate à la présidentielle est très sérieusement citée aujourd’hui pour occuper l’un des postes les plus prestigieux de la République, celui de présidente de l’Assemblée nationale. Le « perchoir » lui a été promis par le candidat François Hollande et la première secrétaire du PS, Martine Aubry, en cas de victoire de la gauche en 2012. « Après le second tour […] Martine et François m’ont parlé en ouvrant cette perspective », explique Royal. « Je n’ai rien demandé », jure-t-elle, mais « je pense que je peux être très utile à ce poste », occupé avant elle par Laurent Fabius, Henri Emmanuelli, Philippe Séguin ou Jean-Louis Debré. « La promesse lui a été faite », confirme-t-on à la direction du PS.

 

La présidente de Poitou-Charentes avait déjà lorgné le « perchoir » en 1997 après la victoire de la gauche aux législatives, avant d’entrer finalement au sein du gouvernement Jospin. Pour espérer décrocher le poste cette fois-ci, il faudrait encore que la gauche l’emporte en 2012 et qu’elle-même retrouve un siège à l’Assemblée, où elle a siégé pendant vingt ans.

 

Cela fait « beaucoup de si », ironisait mardi le chef de file des députés UMP, Christian Jacob, alors que certains au PS s’inquiétaient de l’effet de ce débat sur l’opinion. « Il ne faut à aucun moment laisser croire que les jeux sont faits et qu’on commence à se distribuer les postes », a mis en garde le dirigeant aubryste Christophe Borgel.

 

Autre inconnue : Ségolène Royal abandonnera-t-elle la présidence de sa région si elle est élue députée ? Pour l’heure, elle reste floue malgré son engagement contre le cumul des mandats.

Avis de décès politique

Ce débat reflète en tout cas le spectaculaire changement d’image dont bénéficie, paradoxalement, Ségolène Royal depuis sa défaite aux primaires.

 

Réputée ingérable et trop « perso », elle semble avoir gagné à cette occasion ses galons de camaraderie. Le regard porté sur elle au sein du PS a évolué, même si les marques de respect qui ont suivi les primaires ont pu parfois sonner comme des avis de décès politique.

 

« Son geste d’entre-deux-tours de ralliement à Hollande, très digne, très politique, a gommé largement l’image d’une Ségolène Royal peu prévisible. Il est normal qu’elle en tire un bénéfice », souligne-t-on à la direction du PS.

 

Celle qui était marginalisée depuis sa défaite de 2007 est en passe de retrouver une vraie place au PS. Le « perchoir », « c’est un poste à sa dimension, qui lui permettra de garder un statut à part et d’éviter qu’elle ne soit trop contrainte par une discipline gouvernementale », argumente-t-on Rue de Solférino. En tout cas, « Ségolène Royal qui a été notre candidate ne peut pas être laissée de côté », estime Pierre Moscovici, coordonnateur de la campagne de François Hollande. Qu’elle « ait des perspectives d’exercer des responsabilités dans le pouvoir de gauche de demain, c’est une excellente chose », estime aussi Michel Sapin, autre proche de Hollande.
 

 

Cet unanimisme cache sans doute quelques arrières-pensées, en ces temps de campagne présidentielle. Peut-être certains espèrent-ils aussi, en l’enfermant dans un rôle traditionnellement consensuel, la neutraliser.

 

Mais Ségolène Royal, elle, est déjà repartie en campagne. Il faudra encore compter avec elle en 2012.

C'est sur France Soir

Partager cet article

Repost 0

commentaires

tutti 49 26/10/2011 14:29



Il est vraiment lassant de lire les commentaires des uns et des autres concernant Ségolène Royal. Que trouve-t-on en introduction : "Candidate battue en 2007", "Sêchement battue aux primaires",
"Battue au congrès de Reims".... et j'en passe ! pourquoi ne pas dire "candidate réélue avec brio aux régionales", "Candidate battue à Reims mais grugée..." et j'en passe là encore ! Ces défaites
là ont été voulues, programmées par la droite mais beaucoup plus encore par la gauche des beaufs... Alors ? Ségolène Royal mérite un poste à hautes responsabilités alors que tout un chacun
s'approprie ses idées sans en communiquer les sources. En lttérature cela s'appelle un plagiat. J'espère que nous tous allons continuer à soytenir ses thèses, à la porter.



Recherche

Pages