Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 18:18

Retranscription

Léa SALAMÉ
On est maintenant en direct avec Ségolène ROYAL, en direct de Dijon. Bonjour à vous madame ROYAL. Merci d’être en direct avec nous sur I-Télé.
Ségolène ROYAL
Bonjour.
Léa SALAMÉ
On va revenir évidemment longuement avec vous sur votre nomination à la BPI, la Banque Publique d’Investissement aujourd’hui ; vous en êtes la vice-présidente désormais et depuis aujourd’hui. Mais d’abord Ségolène ROYAL, vous connaissez bien l’Afrique. Vous savez ce qui s’est passé ces dernières heures autour de nos otages français. Quand un ministre interrompt la séance à l’Assemblée nationale pour déclarer que les otages sont libérés pour ensuite revenir, une demi-heure plus tard, pour dire que non, en fait il a parlé un peu trop vite, est-ce que c’est une erreur grave comme dit Christian JACOB ?
Ségolène ROYAL
Vous me permettrez, par respect pour nos forces armées qui sont engagées dans des opérations difficiles de ne pas ajouter de commentaires à ce qui vient de se passer.
Pascal HUMEAU
Ségolène ROYAL, parlons alors de la BPI et de votre désignation cet après-midi comme vice-présidente de cette Banque Publique d’Investissement. Vous avez bien failli rater votre désignation puisque vous avez raté votre train pour Dijon. Est-ce que c’était fait exprès ?
Ségolène ROYAL
Il y a eu un accident devant moi. J’espère d’ailleurs que les personnes n’ont pas perdu la vie, oui. Je veux dire par-là que j’ai raté mon train parce qu’il y a eu un accident de la route pas loin de là où j’étais et donc la circulation a été ralentie et c’est la seule raison pour laquelle j’ai raté ce train. Mais venons-en peut-être au sujet plus lourd de la Banque Publique d’Investissement. C’est un jour très important. Pourquoi c’est un jour important ? Vous voyez bien ce qui se passe dans le pays. Il y a comme un défaitisme, un pessimisme, la croissance est en berne. Justement, moi je considère, la Banque Publique d’Investissement avec, et le ministre des Finances qui était là, Pierre MOSCOVICI, avec Arnaud MONTEBOURG, qu’il y a du potentiel dans notre pays, qu’il y a des énergies, qu’il y a des emplois à faire surgir notamment dans les petites et moyennes entreprises, dans des secteurs-clés, qu’il faut inventer les emplois d’avenir dans la mutation écologique. Je connais par exemple une entreprise qui est en train de fabriquer la troisième génération des biocarburants à partir d’algues. Je connais des jeunes qui ont déposé un brevet pour de l’énergie éolienne à axe vertical. On voit aussi émerger tous les nouveaux matériaux. Bref ! Il y a là une opportunité avec cette banque publique de dire aujourd’hui à tous les entrepreneurs qui ont des difficultés pour accéder au crédit bancaire que désormais, s’ils ont un brevet, une innovation, un marché à conquérir, une volonté d’augmenter la taille de leur entreprise, que la Banque Publique d’Investissement est là pour les y aider.
Léa SALAMÉ
L’objectif est de créer d’emplois via cette BPI ?
Ségolène ROYAL
Le plus possible bien évidemment, avec trois priorités. D’abord, c’est une banque des territoires, c’est-à-dire que tout ne sera pas décidé de Paris. Quatre-vingt-dix pourcents des décisions d’investissement dans les entreprises seront prises à l’échelle des régions. C’est la raison pour laquelle je suis vice-présidente de cette banque : pour veiller à ce que les choses soient efficaces, soient au plus près, qu’il n’y ait pas de gaspillage dans cette banque publique, qu’il n’y ait pas de train de vie. Moi, je veux une banque qui soit sobre, une sobriété à la suédoise. Pas de salaires mirobolants, pas de dépenses de communication inutiles. Non ! Du circuit court entre les moyens financiers de l’État car c’est l’argent des Français, l’épargne des Français qui est utilisé, comme elle est d’ailleurs utilisée dans les banques. C’est pour ça qu’il faudrait être beaucoup plus vigilant sur l’utilisation de ces fonds et que ces fonds, ces moyens financiers donnés aux entreprises, servent à créer des activités et des emplois. Ensuite, bien évidemment, que cette épargne soit protégée, puisse même fructifier. C’est ça les cercles vertueux que nous mettons en place aujourd’hui. La deuxième priorité, c’est la mutation écologique de l’économie puisqu’on sait que dans ces domaines, il y a une compétition mondiale acharnée. La France doit devenir une des premières puissances dans le domaine des technologies de l’écologie, dans tous les domaines : l’énergie, les transports les nouveaux matériaux, les biotechnologies, la chimie verte. Il y a plein de choses à faire. Moi, je vois plein de gens qui ont envie d’avancer, de créer, d’innover et c’est cela que va faire la banque publique au plus près des entreprises, au plus près du territoire : aider les entreprises à aller de l’avant. Je peux vous dire que ça, ce n’est ni de droite ni de gauche, parce que quand j’entends toutes les polémiques, je les trouve dérisoires. Il n’y a pas de droite ni de gauche en matière de développement économique, il y a ce qui marche. Moi, je veux que ça marche et c’est pour ça que j’ai accepté de rendre service dans cette banque publique, de faire en sorte qu’elle prenne une bonne direction, qu’elle se mette en mouvement.
Pascal HUMEAU
Ségolène ROYAL, que répondez-vous à l’opposition qui dénonce une fois de plus une république des copains après votre désignation ?
Ségolène ROYAL
Je trouve cela lamentable. D’abord, en voilà assez avec ce mépris, cette condescendance, ce dénigrement permanent. Les Français ne veulent plus entendre des politiques comme cela, se comporter de cette façon-là. Je suis en tant que présidente de région démocratiquement élue dans ma région. Je suis là parce que cette banque est une banque des territoires. Je suis là parce que je l’ai préfigurée. Sur le territoire que je préside, cette banque publique fonctionne déjà depuis un an avec beaucoup de résultats et d’efficacité. Ce n’est pas un poste, ce n’est pas un emploi ; c’est une mission provisoire non rémunérée, gratuite. Je suis très heureuse de rendre ce service à partir de l’expérience, des compétences que je peux avoir, de al visibilité sur le besoin qu’ont les chefs d’entreprises et surtout sur le rassemblement de tous les présidents de régions, de toutes les régions qui doivent se mettre en mouvement. Quand tous les territoires se mettent en mouvement, poussent en avant leurs entreprises, alors ça fait réussir la France.
Léa SALAMÉ
Ségolène ROYAL, d’un mot. Neuf mois, ça fait neuf mois que François HOLLANDE est arrivé au pouvoir ; aujourd’hui vous avez cette première mission qu’il vous a confiée, que la BPI vous a confiée. Dans quel état d’esprit vous êtes ?
Ségolène ROYAL
Non, non, madame. Non, ce n’est pas une mission donnée par le pouvoir en place. Non ! Je suis là en tant que présidente de région élue par les habitants de ma région, et je suis là parce que dans la banque publique siègent des présidents de régions. Pourquoi ? Parce que les présidents de régions mettent aussi les moyens financiers des régions pour aider les entreprises. Quand je décide avec ma région d’entrer au capital de l’entreprise HEULIEZ par exemple, c’est une décision de la région. Quand les régions font des prêts, des garanties d’emprunts, des participations au capital, de la formation professionnelle dans les entreprises, nous sommes dans nos compétences de soutien économique et donc, nous sommes garants de la bonne utilisation des fonds publics. Je suis là à ce titre, je n’ai été désignée ni par le gouvernement ni par personne d’autre. J’ai été élue par les gens présidente de région puis désignée par l’ensemble de tous les présidents de régions de France pour siéger dans cette banque et pour surveiller, pour donner des idées, pour faire en sorte qu’elle soit dynamique et qu’elle se mette en place. Je n’ai d’ailleurs pas vocation à y rester. Je considère que dès que la banque fonctionnera, je passerai la main. Je n’ai pas vocation à y rester. C’est un service rendu pour que cette banque marche parce que je veux que ça marche.
Léa SALAMÉ
Merci. Merci Ségolène ROYAL, vice-présidente, et qui est prête à rendre service à la France.
Ségolène ROYAL
Merci.
Léa SALAMÉ
Merci d’avoir été avec nous.   18:26:00 FIN)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Pages