Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 16:21

 

Ségolène Royal est venue écouter les plaintes des présidents de PME lors d'une rencontre mardi à Paris. Ces derniers estiment que leurs prises de risque ne sont pas encouragées, voire «pénalisées».

Ségolène Royal - Béatrice Le Hecho
Ségolène Royal - Béatrice Le Hecho

Des présidents de PME de tous secteurs -énergie, agro-alimentaire, industrie, finance-sont venus présenter leurs doléances ce mardi à Ségolène Royal qui s'est érigée en défenseure de l'entrepreneuriat en France, même si de nombreuses bisbilles entre les deux partis ont ponctué le débat.

 

Quelques idées fortes ont émergé de cette rencontre organisée par le mouvement ETHIC, dont une des missions consiste à rassembler les points de vue et les propositions des chefs d'entreprise pour les soumettre aux pouvoirs de décisions. En marge de l'évènement, la présidente du conseil régional de Poitou-Charentes nous a livré sa vision de l'écosystème français en matière d'entrepreneuriat.

Faire des PME des «obèses»

Les patrons de PME sont passés tour à tour d'un ton grave jusqu' à la colère, à l'humour pour dénoncer le poids de la fiscalité, l'instabilité fiscale et environnementale, l'extrême rigidité du marché du travail et surtout le manque d'un véritable état d'esprit politique qui aille dans leur sens. Ces derniers estiment que leurs prises de risque ne sont pas évaluées à leur juste mesure, voire « pénalisées ».

 

On a une très forte capacité en France à transformer simplicité en complexité, chaque fois qu'on vous dit on va simplifier, ça devient tout de suite un maquis » ironise Denis Jacquet lors de sa prise de parole devant l'assemblée.

 

Ce président de « Parrainer la croissance », une association destinée à montrer comment les PME affectent positivement la société, a créé un « accélérateur de croissance ». Lancé jeudi, ce programme, est destiné à accueillir une vingtaine de start-up qui démarrent pour « les faire grossir », qu'elles deviennent « obèses » comme il dit lui-même et leur donner rapidement une dimension mondiale.

 

« Notre but est de de les internationaliser et de les emmener en moins de 15 mois de 2 à 15, 20 personnes » s'exclame cet entrepreneur. Pour obtenir un tel succès, il mise sur l'intervention de seniors.

 

Plus que des tuteurs, ces derniers, principalement venus de grands groupes auront pour mission de se mélanger durablement aux PME et leur partager leur expérience. Dans ce contexte, Denis Jacquet nous a fait part de sa vision de l'entrepreneuriat à la Française.

HÉLÈNE CROIZÉ-POURCELET

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Pages