Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 09:53

 

"Aujourd'hui, dans les feux d'artifice allumés par Nicolas Sarkozy, l'artifice se voit de plus en plus".

"Aujourd'hui, dans les feux d'artifice allumés par Nicolas Sarkozy, l'artifice se voit de plus en plus". © Bruno Bebert / 

 

Le Point.fr - Publié le 11/04/2012 à 08:53Chaque mercredi, Anna Cabana, grand reporter au "Point", livre une analyse politique pour le 6/7 de France Inter.



Ce matin, Anna, vous voulez nous parler de Nicolas Sarkozy et de sa stratégie d'intimidation...


Depuis trois semaines, quand je rencontre des élus socialistes, y compris des ténors, je suis frappée par leur... inquiétude ! Alors que François Hollande est, de très loin, le favori de tous les sondages de second tour, ils vous demandent en chuchotant si vous pensez que Nicolas Sarkozy va gagner.


Vous savez pourquoi ? À cause du talent du chef de l'État pour intimider son adversaire.

 

On peut tout dire du président sortant, mais on ne peut pas lui enlever ça : il sait faire peur. Il faut dire qu'il s'y emploie avec méthode. Regardez comment il a provoqué ce faux débat sur le débat de l'entre-deux-tours.


Que voulez-vous dire ?


Il a commencé par montrer les muscles. Il sait que ce qu'il dit aux ministres ou aux parlementaires se retrouvera dans les médias, alors à chaque fois qu'il en voit un, il lui explique qu'il brûle d'impatience à l'idée de débattre avec François Hollande, pour "lui sauter à la gorge", "l'atomiser", "l'exploser", "le réduire en miettes" - ce sont ses mots. Avant de monter sur le ring, la mise en condition psychologique est fondamentale.

 

Nicolas Sarkozy, c'est un boxeur qui, avant le combat, empêche son adversaire de se concentrer en passant son temps à lui répéter : "Je vais te mettre K.-O." Il a l'air tellement sûr de lui que l'autre, pourtant a priori plus costaud, se met à douter.

 

C'est ça, la tactique du président : l'intimidation. Premier temps : il roule des mécaniques, deuxième temps : il défie son adversaire en proposant à la cantonade deux débats dans l'entre-deux-tours. Ce qu'il a officiellement fait ce dimanche dans le JDD.


François Hollande a esquivé la question, hier matin...


C'était bien prévu comme ça par Nicolas Sarkozy, puisque c'est le troisième temps de sa tactique : laisser entendre que François Hollande fuit la confrontation. "Un signe de peur et de faiblesse", a martelé le chef de l'État en privé. En fait, toute cette histoire a été écrite, mise en scène et jouée par Nicolas Sarkozy dans le seul but d'illustrer ce que sa campagne s'évertue à montrer : que François Hollande serait "mou" et "fuyant". Pas sûr que les Français s'y laissent prendre.

 

Car, aujourd'hui, dans les feux d'artifice allumés par Nicolas Sarkozy, l'artifice se voit de plus en plus

Partager cet article

Repost 0
Désirs d'Avenir 86 - Campagne F Hollande - dans Présidentielles 2012
commenter cet article

commentaires

Recherche

Pages