Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 23:34

Suite à la réunion avec les partenaires sociaux, la Région s’engage dans la mise en œuvre de mesures concrètes pour faire avancer la question de la pénibilité au travail dans le cadre de la réforme des retraites

Le Gouvernement a présenté son projet de réforme des retraites. Outre le recul inacceptable de l’âge de départ à la retraites de 60 à 62 ans et l’effort insuffisant demandé aux plus hauts revenus et aux revenus du capital, ce projet est marqué par une injustice flagrante sur la question de la prise en compte de la pénibilité du travail.

Or, des solutions justes existent dès lors qu’on prend la peine de les examiner sans parti-pris idéologique. C’est ce qu’a fait Ségolène Royal en réunissant hier à la Maison de Région les partenaires sociaux (syndicats de salariés et représentants des employeurs), les organismes intéressés par la question de la pénibilité au travail, des médecins du travail et Serge Volkoff, membre du Conseil d’orientation des retraites et spécialiste de ce thème.

Des conclusions partagées par l’ensemble des participants ont été tirées de cette réunion de travail de 3 heures.

A la suite de ce dialogue, la Région Poitou-Charentes souhaite promouvoir clairement une vision sociale de la compétitivité, induisant que les salariés sont plus efficaces, et donc plus rentables, lorsqu'ils travaillent dans de bonnes conditions.

Pour ce faire, une approche individuelle du mieux être au travail, une mobilité entre les postes de travail (les postes pénibles devraient tourner régulièrement, et les salariés pourraient évoluer) et un dispositif de formation tout au long de la vie (permettant de fait l'évolution de poste de travail) doivent être mis en place.
Ceci pourrait se faire par des expérimentations auprès d'entreprises volontaires qui seraient alors aidées par la Région pour repenser individuellement et collectivement l'organisation du travail. Ces actions seraient associées à de larges plans de prévention et de sensibilisation au sein des entreprises. Ceci pourrait aboutir à terme à une labellisation des entreprises en fonction de leurs comportements et de leurs efforts envers les métiers pénibles.

Car le premier objectif n'est pas de constater la pénibilité mais bien de la réduire ! Il est ainsi nécessaire d'inciter et de soutenir la recherche sur l'organisation du travail afin de lutter contre l'intensification des rythmes au travail. Cette lutte passe également par une incitation forte au dialogue social sur les territoires et dans les branches d'activités.

La volonté du gouvernement est à l'opposé de cette démarche de prévention. Il faudrait ainsi, afin de bénéficier d'une retraite à 60 ans, prouver un taux d'incapacité au travail (IPP) de 20% au moins. Cette mesure est profondément choquante car cela représente, derrière la froideur d'un pourcentage, de lourds handicaps pour les salariés, et beaucoup de médecins du travail témoignent qu’on est bien souvent inapte au travail avant d’atteindre ce taux de 20%. Ce sont les plus précaires qui seront touchés par cette réforme scandaleuse. Le choix proposé, c'est l'hôpital ou la retraite !

Et c'est pourquoi la Région souhaite lancer une étude régionale détaillée permettant de mettre en lumière la réalité concrète de ces incapacités de travail située entre 5% et 20%, et de comprendre le degré réel de souffrance des salariés qui sont les laissés pour compte de cette réforme.
La Région va donc mettre en place un comité de pilotage régional réunissant tous les acteurs sociaux et les experts afin de mettre en place et de suivre l'évolution de ces mesures.

Plus globalement Ségolène Royal rappelle son souhait que soit organisé un référendum populaire afin que les Français puissent s'exprimer et faire barrage à cette réforme réactionnaire remettant en cause un acquis social fondamental de notre pays.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Pages