Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 14:11

 

L’UFC Que Choisir qui a enquêté sur l’automédication dans les officines de la ville s’inquiète de l’absence de conseils et dénonce les écarts de prix.

L'enquête porte sur 31 des 34 pharmacies poitevines.
L'enquête porte sur 31 des 34 pharmacies poitevines.

 

L'enquête a été réalisée le 20 janvier dernier. En une journée, cinq volontaires de la fédération UFC Que Choisir de la Vienne se sont rendus dans 31 des 34 pharmacies de Poitiers pour commander une boîte d'aspirine UPSA vitaminée C et du Rhinureflex, deux médicaments incompatibles qui majorent le risque d'ulcère et d'hémorragie du tube digestif en cas d'association. Objectif de l'opération menée au niveau national : vérifier si les consommateurs bénéficient du meilleur rapport qualité-sécurité-prix en matière d'automédication.


Le résultat n'est pas rassurant : seuls 53 % des pharmaciens ont spontanément mis en garde le client contre le risque d'interaction, 7 % l'ont fait après avoir été interrogés sur la posologie et 40 % n'ont pas rempli leur devoir. De la même manière, 71 % des professionnels n'ont pas relayé une alerte sur les éventuels effets indésirables du Rhinureflex émise un mois plus tôt par l'AFSSAPS (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé).


Cette enquête a également permis d'établir que sept pharmacies sur dix n'affichaient pas correctement la liberté tarifaire et que le prix des médicaments situés derrière le comptoir n'était pas affiché lisiblement chez 42 % des pharmaciens « inspectés ». Elle révèle enfin le grand écart des prix pratiqués : de 1,99 à 3,40 € la boîte d'UPSA vitamine C 330 mg dans deux officines situées à une minute l'une de l'autre.


Des arguments pour mettre fin au monopole

Pour le futur président de l'UFC Que Choisir de la Vienne, Frédéric Siuda, ces résultats ne font que confirmer la nécessité de libéraliser le secteur en établissant une réelle concurrence : « Où est la valeur ajoutée mise en avant par les pharmaciens pour justifier leur monopole ? interroge-t-il. En Italie, la libéralisation a permis de faire baisser les prix de 17 %. »
Sollicité hier après-midi, le président du syndicat des pharmaciens de la Vienne n'a souhaité faire aucun commentaire.

 

L'association de défense des consommateurs réclame pourtant la fin du monopole en préconisant la distribution des médicaments sans ordonnance en parapharmacies et dans des espaces dédiés en grandes surfaces sous la surveillance d'un pharmacien. Selon ses représentants qui s'apprêtent à interpeller les parlementaires poitevins, l'enjeu est autant financier que sanitaire.

Baptiste Bize
http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Actualite/Sante/n/Contenus/Articles/2012/03/28/Pharmacies-de-Poitiers-l-enquete-qui-fait-mal

Partager cet article

Repost 0
Désirs d'Avenir 86 - Campagne F Hollande - dans Présidentielles 2012
commenter cet article

commentaires

Recherche

Pages