Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 17:08
Vienne - Poitiers, Vouneuil-sous-Biard -

L'agriculture poitevine mise sur le plastique végétal



Sandra Martin a reçu Najat Vallaud-Belkacem et Ségolène Royal en février dernier.Sandra Martin a reçu Najat Vallaud-Belkacem et Ségolène Royal en février dernier. - (Photo d'archives Patrick Lavaud)

A Vouneuil-sous-Biard, la société Futuramat créée avec le soutien de cinq coopératives agricoles fabrique des polymères à base végétale. Innovant.

Dans le bureau de Sandra Martin, quatre petits pots contiennent les ingrédients à la base de toutes les recettes de Futuramat : des granulés de polymère végétal, de la craie, de la farine de blé et de la poudre de fibre de bois. La société qui a repris les procédés développés par le laboratoire de recherche poitevin Valagro est spécialisée dans la fabrication des compounds qui permettent d'élaborer des plastiques végétaux. Un secteur encore en développement.

 " On est parti très tôt et tout était à inventer "

« La filière reste à créer », explique la patronne qui a été lauréate du concours d'aide à la création d'entreprises de technologies innovantes. « On est encore entre le pilote et l'industrie pour exploiter des niches du marché. Les gros acteurs sont dans le secteur du plastique souple, notamment dans la sacherie ; il n'y a que des petites entreprises dans les matières rigides. »
Six ans après sa création, Futuramat ne compte que trois employés, dont la gérante, même s'il est régulièrement fait appel à des renforts du groupement d'employeurs. Et la société n'a dégagé que 400.000 € de chiffre d'affaires l'an dernier. « La moitié de ce qu'il faudrait pour dépasser le seuil de rentabilité », précise Sandra Martin qui a personnellement investi dans le projet avec le soutien toujours renouvelé des cinq coopératives agricoles poitevines qui l'accompagnent depuis le départ.
Pour le moment, la production de granulés pour le traitement des effluents liquides dans l'assainissement individuel représente 30 % de ce chiffre. Pour ce qui concerne la production de compounds pour la plasturgie, les choses se mettent lentement en place : « On a développé une filière avec un producteur de plantes suisse pour fabriquer des pots de fleurs biodégradables ; c'est pour le moment le marché le plus abouti. On a aussi des contrats pour des embouts de manches à balai, des boomerangs et d'autres objets… Ainsi qu'une piste pour des plateaux-repas. On est parti très tôt et tout était à inventer dans le secteur. »
Malgré les difficultés rencontrées, Sandra Martin est persuadée que la production de plastique peut offrir de nouvelles perspectives à l'agriculture en permettant de lutter contre l'effet de serre. « Les agriculteurs ont toujours fourni des matériaux et de la nourriture pour l'humanité », explique-t-elle en réponse à ceux qui s'inquiètent de voir des terres agricoles consacrées à ce type de production. Déterminée à placer le Poitou-Charentes en pointe dans cette filière en plein développement.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Pages