Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 18:36

 

Martine Aubry et Ségolène Royal

D’après un sondage CSA-Terrafemina sur l’aura des femmes politiques de gauche, plus d’un Français sur 5 regrette l’absence de Martine Aubry et de Ségolène Royal dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault. Ces deux « éléphantes » du PS sont aussi les femmes de gauche dont les Français se sentent le plus proche.

Martine Aubry et Ségolène Royal, les femmes qui manquent au gouvernement


Les temps et les gouvernements changent mais la popularité ne s’acquiert pas en un jour. La preuve avec notre sondage CSA* sur l’aura des femmes de gauche, qui place Martine Aubry et Ségolène Royal en tête des personnalités féminines socialistes dont ils se sentent le plus proche, et qu’ils auraient aimé voir entrer au gouvernement. Ainsi 23% des Français auraient souhaité voir entrer la première secrétaire du parti socialiste dans un ministère, loin devant Eva Joly (6%), un chiffre qui grimpe à 32% chez les électeurs de gauche. Ségolène Royal pour sa part n’a pas vu sa popularité ébranlée par les péripéties et sa défaite à la Rochelle : 1 Français sur 5 aurait aimé la voir dans le gouvernement (24% chez les sympathisants de gauche).

En troisième position, c’est une autre « ancienne », ministre sous Lionel Jospin de 2000 à 2002, qui confirme la faveur accordée à celles qui ont déjà fait leurs preuves : 15% des sondés auraient aimé voir Elisabeth Guigou revenir au gouvernement. Les mêmes auront sans doute été déçus de ne pas la voir accéder au perchoir.

Le trio l’emporte aussi parmi une liste de 12 femmes de gauche, incluant les visages de la nouvelle génération, quand on demande aux Français de qui ils se sentent le plus proche : 17% et 13% de citations pour Martine Aubry et Ségolène Royal, qui devancent Mme Guigou (9%), suivent Aurélie Filippetti et Cécile Duflot ex aequo avec 7% , tandis que Najat Vallaud-Belkacem recueille 6% des voix. On note que parmi les sympathisants de gauche l’avantage de Martine Aubry et Ségolène Royal est encore plus marqué (respectivement 25% et 19%), Aurélie Filippetti (9%) et Najat Vallaud-Belkacem (8%) arrivant en troisième et quatrième position.

On peut s’étonner (ou se réjouir) que les femmes et les hommes affichent globalement les mêmes préférences, néanmoins on remarque des écarts de popularité importants selon l’âge ou la catégorie socioprofessionnelle des personnes interrogées. Les jeunes confirment une fois de plus leur attachement à Ségolène Royal : 40% des moins de 35 ans se sentent plus proches de la présidente de région, tandis que Martine Aubry recueille le gros de ses voix chez les plus de 35 ans. Cécile Duflot arrive elle en seconde position chez les 18-24 ans. En termes de CSP, les ouvriers affichent leur proximité avec Martine Aubry (24%) puis Ségolène Royal (20%), ils ne sont que 2% à choisir Najat Vallaud-Belkacem, qui séduit 10% des cadres, derrière Elisabeth Guigou (19%) et Aurélie Filippetti (12%).

Si les « éléphantes » du PS restent favorites, les cartes ne manqueront pas d’être rebattues à la faveur des chantiers sensibles qui s’ouvrent pour le gouvernement et ses nouvelles têtes.

* Sondage exclusif CSA/Terrafemina réalisé par téléphone les 26 et 27 juin 2012.
Echantillon national représentatif de 1005 personnes âgées de 18 ans et plus, constitué d'après la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de ménage), après stratification par région et taille d'agglomération.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

soutelo 02/07/2012 19:37


bonjour


suite à votre message : Les femmes de gauche qui manquent au pouvoir, effectivement Mesdames AUBRY ET ROYAL manquent à cette gauche, car elles ont un charisme tellement fort qui perdure depuis
des années. que cela est vrai. Par contre Mme GUIGOU même si je n'aime pas revenir sur le passé. Mais j'ai pas oublié les crituqes, qu'elle a fait auprès de Mme ROYAL en 2007. C'est à peine si
Mme ROYAL était compétente pour le poste de la présidence. Alors ce genre de personnage. à la voix basse. à mettre de côté. Afin qu'elle comprenne la souffrance des autres.

Recherche

Pages