Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 23:14


 

 

Cher(e)s ami(e)s,

Un grand merci à tous les amis de Désirs d’Avenir qui ont contribué depuis plusieurs mois à la construction d’un nouveau site internet participatif comme je m’y étais engagée. Ils ont fait un remarquable travail et je leur ai donné mon feu vert pour tester ce nouveau site que vous pouvez consulter sur www.desirsdavenir.com

C’est l’une des premières expériences mondialement réussies d’un site entièrement participatif.

De nouvelles fonctionnalités vont être développées dans les prochaines semaines sur ce site et, bien évidemment, je compte sur toutes les équipes et les comités locaux pour l’alimenter en idées et en débats.

Vous trouverez demain sur ce nouveau site le récit de l'internationale socialiste qui se tient dès ce soir au siège des Nations Unies à New York et auquel je participe en tant que vice-présidente.

Dès à présent, je souhaite souligner la pertinence de la position de Barack Obama concernant les risques que fait courir la rigueur budgétaire.

Dans une lettre adressée aux chefs d'Etats et de gouvernements du G20, le Président américain appelle les pays du G20 à agir ensemble pour renforcer la reprise, à l'encadrement très strict du secteur financier et à lui « faire payer les dommages qu'il peut causer ».

Je souhaite que les pays européen et les institutions internationales écoutent avec attention ce point de vue du Président Obama qui rejoint celui de l'Organisation Internationale du Travail ainsi que les prises de position de plus en plus nombreuses d'économistes dont certains révisent d'ailleurs leur doctrine à la lumière de la persistance des dérives de l'économie financière.

La brutalité des plans de rigueur en train de se mettre en œuvre partout en Europe, y compris en France, loin d’éloigner le risque du sur-endettement, va au contraire le rendre encore plus dangereux.

Le monde, et particulièrement l’Europe en retard de croissance, a besoin aujourd'hui de manière urgente de règles du jeu qui mettent la finance au service de l'économie et l'économie au service de la croissance créatrice d'activités et d'emplois.

Les politiques de rigueur aveugles sont un contresens économique qui peuvent déboucher sur une récession comme celle des années 30.

Je mettrai l'accent sur ce risque demain à la tribune de l'Internationale socialiste et mettrai en avant les 6 clefs pour construire un autre monde :

1) Faire de l'efficacité économique et de la justice sociale un couple inséparable : les politiques aveugles de rigueur deviennent un danger. Elles creusent les inégalités et entraînent un recul du pouvoir d'achat, et donc conduisent à la récession. Une autre voie est possible

2) Réhabiliter le rôle de la puissance publique : l'Etat n'est pas le problème mais une partie de la solution. C'est à la volonté politique de reprendre la main pour en finir avec les désordres de la finance mondialisée. Ce n'est pas d'Etat brancardier mais d'Etat anticipateur, porteur d'une vision à long terme de l'intérêt général, que les pays malmenés par la crise ont impérativement besoin pour s'en sortir et surtout ne pas y retomber

3) Accélérer la croissance verte et la sociale-écologie qui constitue le gisement d'emplois et de qualité de vie de demain

4) Définir et protéger nos biens publics mondiaux : La privatisation effrénée des services publics et la marchandisation de tous les domaines de l'existence n'ont eu nulle part les effets vertueux que promettaient leurs partisans

5) La démocratie comme condition de l'efficacité politique : Nos peuples aspirent à autre chose que ces décisions prises sans eux et du coup mal pensées, mal appliquées, parfois brutales et toujours verticales. Nous devons, nous socialistes, tirer lucidement les leçons de ce qui ne marche plus et aussi comprendre de quelles frustrations se nourrissent les succès des partis qui s'affichent comme anti-système, alternative aux partis traditionnels et à l'écoute des aspirations populaires

6) Contre la violence des marchés et les hégémonies dépassées : construire un ordre juste à plusieurs voix

Amicalement et à très bientôt

Ségolène Royal

Présidente de Désirs d’avenir

 

21/06/2010



WASHINGTON 18 juin (Reuters) - Le président des Etats-Unis Barak Obama exhorte les pays du G20 à accélérer la réforme financière et à renforcer les finances publiques, dans une lettre publiée vendredi.

Les chefs d'Etat et de gouvernement du Groupe des Vingt doivent se réunir à Toronto les 26 et 27 juin.

"Nous devons agir ensemble pour renforcer la reprise. Nous devons nous engager à rétablir des finances publiques viables à moyen terme; et nous devons parachever l'oeuvre de réforme et d'assainissement financier", écrit Barack Obama dans cette lettre rendue publique par la Maison blanche.

Les Etats-Unis souhaitent que le G20 s'entende sur des normes de fonds propres et de liquidité plus rigoureuses pour les établissements financiers, sur une surveillance accrue des marchés de produits dérivés financiers, sur un cadre permettant le cas échéant la liquidation ordonnée de grandes entreprises multinationales et enfin sur le principe de faire payer au secteur financier les dommages qu'il peut causer, ajoute-t-il.

Le président américain souligne aussi l'importance de taux de change déterminés par le marché, une référence apparente à la Chine.

"Les signaux que transmettent des taux de change souples reviennent forcément à soutenir une économie mondiale forte et équilibrée", dit-il encore dans cette lettre, soulignant que la priorité absolue de cette réunion du G20 doit être de préserver et de développer la reprise économique mondiale.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Pages