Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 10:37

 

François Hollande était l'invité ce matin de la matinale de RTL. 

François Hollande était l'invité ce matin de la matinale de RTL.

Ce qui permet à de pointer du doigt «un amateurisme consternant». Après avoir passé hier plus de dix heures dans les travées du salon de l'agriculture, le député corrézien se prête ce matin au jeu des questions-réponses de RTL. Autre invitée des matinales : Marine Le Pen. Sur Europe 1, elle réagit notamment à l'agression d'Audrey Pulvar et d'Arnaud Montebourg mardi soir.


Suivez en direct sur leparisien.fr le fil de la journée de campagne :

9H25. Pour Jean-François Copé, Vincent Peillon est comme tous les socialistes arc-boutés à l'idée qu'il ne faut jamais rien changé. Interrogé par Christophe Barbier sur I-télé, le patron de l'UMP assure que ses adversaires politiques sont en déconnexion complète avec la réalité de ce qu'est l'école d'aujourd'hui et de ce qu'est le monde aujourd'hui...»

9h15. Nicolas Sarkozy est «hors sujet» selon Vincent Peillon, le monsieur éducation de François Hollande. 
«Est ce que ça concerne les enseignants du primaire ? Non ! Où sont les difficultés majeures ? C’est avant : CP, CE1, grande section. Il n’a même pas dans un discours de 40 minutes abordé cette question, qui est celle dont tout le monde parle : comment faire pour qu’en France le primaire arrive à de meilleurs résultats ? Nous sommes le dernier pays de l’OCDE dans le classement en taux d’encadrement pour nos enfants dans le primaire».

9 heures. «Que l’éducation revienne au cœur de la campagne présidentielle est une bonne chose», explique Ségolène Royal,
toujours au micro de Jean-Jacques Bourdin. « Je ne me plains pas que le président sortant fasse des propositions.  Ce qu’il dit existe déjà. Ce que dit M. Sarkozy est un constat, c'est-à-dire qu’il vient de se rendre compte que la saignée humaine qu’il a réalisé dans le système scolaire, fait qu’aujourd’hui le système scolaire ne peut plus correctement fonctionner, alors il avance une mesurette qui ne résout pas… »


8h45. Ségolène Royal affiche son soutien sans faille au candidat socialiste. 
«Aujourd'hui, rien ne me sépare de François Hollande», explique-t-elle au micro de Jean-Jacques Bourdin.

8h40. «Hollande impose sa force de conviction, son souci de vérité, son rapport aux Français et crée ainsi les conditions de la confiance», plébiscite Manuel Valls,
chargé de sa communication, sur son compte Twitter.

8h35. Royal et les heures supplémentaires dans l'éducation : «Ce que Nicolas Sarkozy propose existe déjà». 
Invitée de BFM-TV/RMC, Ségolène Royal ironise sur la proposition du président-candidat faite aux enseignants de travailler plus pour gagner 25% en plus. «Que l’éducation revienne au cœur des préoccupations c’est une bonne chose», souligne la socialiste, pour aussitôt tacler : «Ce qu’il dit existe déjà», c'est «une mesurette». «Il a supprimé 100 000 emplois, les enseignants font des heures supplémentaires pour remplacer leur collègues (..) Nicolas Sarkozy a réalisé la saignée humaine qu’il a faite dans le système scolaire.»

8h30. «Je ne suis pas dans la violence, je suis dans la conviction», assure François Hollande en évoquant les attaques de Nicolas Sarkozy. 
Mais il prévient : «si on vient me chercher on me trouve» «Ce que je n'ai pas accepté c'est que le président sortant s'en prenne a ma compagne Valérie Trierweiler», explique-t-il.

8h20. Il ne reviendra pas sur la loi d'interdiction du port du voile intégral, portée par l'UMP et au coeur d'une longue polémique. 
«Il n'y a pas à y revenir», assure le socialiste.

8h15. «Je n'ai jamais parlé de régularisation massive» plaide François Hollande, interrogé sur sa politique d'immigration.
«Sur l'immigration économique, il y a aura un débat pour savoir où se trouve les besoins...»

8h13. Les propositions du candidat Sarkozy sur le travail des professeurs ? «Un marché de dupes», tacle Hollande.
«Près de 50% de présence supplémentaire payée 25% (de plus), vous en connaissez beaucoup qui vont accepter ce marché de dupes? C'est ne rien comprendre au métier d'enseignant».


8h10.  «L'annonce de Nicolas Sarkozy, sur le travailler plus pour gagner plus des professeurs n'est ni raisonnable, ni financièrement responsable», attaque François Hollande qui assure qu'il veut concentrer les moyens sur l'école primaire. «L’incohérence résume le quinquennat de N. Sarkozy et sa politique éducative»

8 heures. Audrey Pulvar sur Twitter : «Je ne sais pas si les personnes qui m'ont agressée font partie du FN, la police le dira.»
Sur son compte Twitter, la journaliste répond à  Marine Le Pen, interrogée sur Europe 1 sur l'agression dont Audrey Pulvar et Arnaud Montebourg mardi soir.«Je n'ai entendu que la fin de la réaction de Marine Le Pen qui condamne cette agression et me demande à mon tour de condamner les agressions dont elle est victime. Je ne souhaite pas polémiquer avec Mme Le Pen mais a-t-elle jamais été entourée de gens vociférant qui la traitaient de "juden" ou de "négresse" aux cris de Audrey présidente ? Suis-je à la tête d'1 parti politique prônant la France aux Français? Aucune attaque raciste contre qui que ce soit n'est justifiable, et les insultes ne le sont pas plus y compris envers Mme Le Pen mais peut-être pourrions nous éviter de tout mélanger ?»

7h59. L'agression d'Arnaud Montebourg et d'Audrey Pulvar est «inadmissible», selon François Hollande.
«Je viens d'apprendre la nouvelle, j'ai toute solidarité», assure-t-il, évoquant «des propos limites antisémites ou racistes».

VIDEO. Hollande : «La fiscalité des hauts revenus : un dispositif durable»


7h58. «Je ne me place pas comme le prochain Président de la République même si je me prépare», affirme Hollande
interrogé sur les sondages qui le placent toujours en tête des intentions de voix. «Je ne veux pas faire de pronostics. Je suis conscient des temps, des rythmes, il reste deux mois... ce sera forcément serré».

7h55. «Nous avons besoin d'une solidarité européenne face à la spéculation», répond Hollande à Nicolas Sarkozy et à son projet de traité européen.
« Je ne vais pas voter un traité qui m'engage à voter un autre traité que je ne veux pas». François Hollande l'assure pour lutter contre les excès de la finance, il plaide pour la création d'un fond européen.

7 h 50. «Nous ne pouvons pas accepter une croissance faible en Europe et en France», martèle Hollande
avant d'expliquer qu'il veut renégocier le dernier traité européen s'il est élu président. «Je n'accepterai pas que l'Etat puisse gagner quelques recettes que ce soit sur la hausse des carburants», rajoute-t-il pour justifier sa proposition de bloquer les prix de l'essence.


7h49. Hollande : «Dans cette période très difficile, des signaux doivent être envoyés et chacun doit prendre part à la cohésion nationale.»
Selon lui, la crise appelle des mesures «exceptionnelles» Cette mesure serait-elle durable ? «Le temps de la crise appelle des mesures qui doivent être exceptionnelles. Après, nous verrons bien», répond le député de Corrèze. Selon lui, «ce n'est pas une question de rendement» puisque ce taux devrait rapporter à l'Etat «de 200 à 300 millions d'euros». Il juge «normal que le talent, la réussite, l'engagement, la direction d'une entreprise puissent justifier des revenus élevés». Mais «avoir appris que les patrons du CAC 40 aient pu s'accorder 34% d'augmentation en 2010 pour atteindre des revenus moyens de plus de 2 millions d'euros», c'est «contestable sur le plan des principes et de la bonne gestion d'une entreprise».

7h44. La taxe Fouquet's, comme la qualifie «Libération» mercredi matin ?
François Hollande assure «dénoncer une richesse scandaleuse». Et ... « oui un certain nombre sont concernés (des invités du président de la République le soir de son élection dans le célèbre restaurant parisien, ndlr) mais je ne veux pas les viser parce qu'ils étaient avec Nicolas Sarkozy». 

7h40. François Hollande donne des précisions sur sa taxe sur les très riches : «C'est par foyer fiscal, c'est une question de moralisation»
. «Cela concerne environ 3 000 personnes», précise le candidat socialiste invité de la matinale de RTL. Il propose la création d'une nouvelle tranche d'imposition à 75% pour les personnes qui gagnent plus d'un million d'euros par an.


VIDEO. Pulvar : «Des gens se réclamant apparemment du FN»



7h20. Pulvar et Montebourg agressés : Marine Le Pen condamne, mais fustige des «accusations très graves». La présidente du Front nationale, invitée de la matinale d'Europe 1, condamne l'agression de la journaliste Audrey Pulvar et de son compagnon, le socialiste Arnaud Montebourg, mardi soir à Paris. Mais elle fustige aussitôt «les accusations très graves de Mme Pulvar» qui lui demande des explications. «S'il suffit d'aller agresser quelqu'un en criant Le Pen président pour que je sois responsable, l'Etat de droit a reculé» en France.



LeParisien.fr

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Pages