Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 23:29

Legislatives-Segolene-Royal-ne-cumulera-pas_image_article_l.jpg

Ségolène Royal, ici entourée des « grands » élus socialistes du Poitou-Charentes lors de la campagne de 2010, quittera la présidence de la Région en cas d'élection victorieuse à La Rochelle.


Ségolène Royal, ici entourée des « grands » élus socialistes du Poitou-Charentes lors de la campagne de 2010, quittera la présidence de la Région en cas d'élection victorieuse à La Rochelle.
   

Invitée de France Bleu Poitou hier matin, Ségolène Royal, a annoncé officiellement qu'elle renoncerait à la présidence du conseil régional de Poitou-Charentes si elle était élue députée à La Rochelle le mois prochain. En campagne pour la présidence de l'Assemblée nationale (comme Jack Lang et Jean Glavany d'ailleurs), l'ancienne députée des Deux-Sèvres accepterait ainsi de se soumettre au non-cumul des mandats.

" C'est une bonne nouvelle pour les Rochelais "

Pourtant, il y quelques semaines, sur les mêmes ondes radiophoniques, elle déclarait qu'elle honorerait le mandat que lui ont confié les Picto-Charentais tant que son parti n'imposerait pas le non-cumul. L'élection de François Hollande a changé la donne : s'il y a une majorité socialiste à l'Assemblée nationale en juin, il y aura une loi qui limitera le cumul des mandats.
Cette décision n'étonne donc pas son vice-président, Jean-François Macaire, qui le juge conforme « au fait qu'elle a toujours défendu le non cumul des mandats ». Il rappelle qu'elle avait déjà montré l'exemple en 2007 en ne sollicitant pas le renouvellement de son mandat de députée des Deux-Sèvres, « favorisant ainsi l'émergence de Delphine Batho, qui est aujourd'hui au gouvernement »
« C'est une bonne nouvelle pour les Rochelais à qui elle montre que c'est essentiellement à leur territoire qu'elle se consacrera, continue ce fidèle. Et il n'y a pas d'inquiétudes à nourrir pour le conseil régional puisque l'impulsion a été donnée et que le travail se poursuivra. » C'est vrai que la collectivité régionale avait continué à tourner pendant la campagne des présidentielles en 2007 ou celle des primaires l'an dernier.
Ceci dit, Ségolène Royal s'est bien gardée de fixer une date précise pour son départ. A la radio, elle a indiqué que celui-ci se ferait « en concertation avec les équipes », et pas avant d'avoir mené à bien certains dossiers, citant « le photovoltaïque, la banque régionale d'investissement, les digues ». Elle n'a pas, non plus, indiqué qui pourrait lui succéder à la tête du conseil régional. « C'est elle que les électeurs ont désignée en 2010, c'est donc à elle d'organiser les choses s'il doit y avoir une succession », estime Jean-François Macaire.

en savoir plus

Qui pour lui succéder ?

Qui s'assoira dans le fauteuil que laissera Ségolène Royal au conseil régional de Poitou-Charentes si elle redevient députée ? Dans cette hypothèse, les regards se tournent immanquablement vers Jean-François Macaire, premier vice-président, fidèle parmi les fidèles depuis 2004.
« J'ai toujours dit que j'étais disponible et préparé, assure celui-ci. Mais il ne s'agit pas d'une auto proclamation, ce n'est pas à moi de décider. » Parmi les autres « royalistes » du premier cercle, socialistes évidemment, Yves Debien (Deux-Sèvres) ou Françoise Mesnard (Charente-Maritime) pourraient également figurer en bonne position pour cette succession.

Philippe Bonnet et Baptiste Bize

Source : La Nouvelle République du 21 mai 2012

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Pages