Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 14:36

 

 

                     Le retour tranquille de Royal

Conference-sociale.jpg

 

 

Relativement silencieuse depuis sa douloureuse défaite aux élections législatives, Ségolène Royal revient peu à peu sur la scène médiatique.


Elle avait montré face caméra son amertume au soir du second tour des législatives. Depuis, Ségolène Royal était restée relativement silencieuse. A l'exception près d'un coup de colère le 21 juin dernier, exprimé à coups de tweets intempestifs, dans lesquels elle disait être agacée par les rumeurs sur la forme que prendrait son avenir politique. Pour le moment, la candidate battue en Charente-Maritime se montrait peu, si ce n'est lors d'événements régionaux, à l'instar de la mise à flot la semaine dernière à Rochefort, en Charente de la réplique de l'Hermione, frégate sur laquelle La Fayette rallia en 1780 les Etats-Unis. Pas de participation à des événements politiques nationaux donc.

Jusqu'à ce lundi, où elle s'est affichée à la grande conférence sociale pour participer à une table ronde sur le développement de l'emploi, et en priorité l'emploi des jeunes, en sa qualité de présidente de la région Poitou-Charentes. L'ancienne candidate à la présidentielle livrait aussi au micro de BFMTV son point de vue sur l'actualité économique et sociale. Et se félicitait du choix de la concertation revendiquée par le gouvernement : "C’est le changement de méthodes qui est très important." Interrogée sur un éventuel poste dans le cadre de cette conférence sociale, Ségolène Royal balayait : "Nous n’en sommes pas là. Là nous sommes au service de l’intérêt collectif." 

"Je n'ai rien demandé"

Le lendemain matin, c'est sur RTL qu'elle s'est exprimée, dans un registre plus personnel cette fois. "Je n'ai rien demandé", a-t-elle répondu à une question sur son avenir, assurant qu'elle s'impliquait "plus que jamais" dans ses fonctions actuelles. Quant à l'hypothèse da sa nomination à la tête de la future banque publique d'investissement souhaitée par les socialistes, Ségolène Royal a préféré ironiser : "J'ai vu que tous les jours pratiquement, on me prête une nouvelle fonction." Mais "le moment viendra où je serai utile dans la fonction qui me sera proposée", a-t-elle encore ajouté, évasive. Aucun commentaire en revanche sur sa défaite aux législatives; ni sur le tweet de Valérie Trierweiler à son rival, Olivier Falorni. "Je ne veux pas commenter (cette affaire). Elle a déjà été assez pénible à vivre."

Ironie du sort, la prochaine grande apparition de Ségolène Royal devrait être lors de l'université d'été de La Rochelle les 24,25 et 26 août, théâtre d'un duel fratricide entre socialistes. A tel point que le PS avait un temps envisagé de délocaliser leur grand raout, avant d'y renoncer. Mais Ségolène Royal elle-même l'assure : "Les événements récents, aussi douloureux soient-ils, ne doivent pas entraîner une remise en cause d'un événement important pour la réflexion des socialistes". Et d'estimer que "la suppression de l'université d'été aurait été vécue comme une sanction à l'égard de La Rochelle, ce qui aurait été mal fondé et incompréhensible."

 

C.V. - leJDD.fr

mardi 10 juillet 2012

Partager cet article

Désirs d'Avenir 86
commenter cet article

commentaires

Patricia 11/07/2012


Je cherche plus à comprendre qu'un coupable. Ce dont je suis sûr, c'est que pour moi Ségolène reste intacte. J'ai confiance en elle et en sa trés haute compétence. Je préfère le
silence par respect et peut-être une autre réponse.    

Recherche

Pages