Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 14:05

1586376_3_HOllande-et-Sego.jpg

 

Ils seront ensemble sur la scène du Parc des expositions de Rennes, mercredi soir. Après avoir quelque peu renâclé, Ségolène Royal s'est lancée à fond dans la campagne de son ancien compagnon. "Elle est aujourd'hui pleinement dans la campagne que je mène", confirme François Hollande.


Tout avait mal commencé. Alors que la campagne de François Hollande a vraiment décollé au Bourget, mi-janvier, celle de Ségolène Royal avait failli s'arrêter le même jour. L'ancienne candidate socialiste à la présidentielle ne figurait en effet pas dans la vidéo projetée aux militants retraçant les grandes batailles socialistes, et s'en était émue publiquement.

 

"Il n'est jamais bon de zapper des périodes politiques", s'était-elle énervée sur Canal+. Son ancien compagnon a fait rectifier le tir pour ne surtout pas fâcher celle qui a réuni 17 millions de Français sur son nom cinq ans plus tôt.


Depuis, Ségolène Royal s'est lancée "avec loyauté" dans la campagne. On peut "rester fidèle à soi-même, à ses amis, tout en apportant avec une parfaite loyauté, avec ardeur et avec engagement notre pierre à la victoire de 2012, car 2012 c'est le changement avec François Hollande", explique-t-elle. Oubliée la primaire citoyenne, sa déception, ses larmes.

 

Oubliée cette petite phrase qui a tant fait le bonheur de Nicolas Sarkozy et de son équipe de snipers – "Est-ce que les Français peuvent citer une seule chose qu'il (François Hollande, Ndlr) aurait réalisée en trente ans de vie politique? Une seule?"

 

Désormais, Ségolène Royal loue "sa capacité à présenter un projet, à le défendre de façon forte et crédible". Mercredi, elle partagera même la scène du Parc des expositions de Rennes avec le candidat socialiste.

"Ce sera un beau et grand moment"

Initialement prévue le 21 mars dernier, cette rencontre publique a été repoussée en raison de la tuerie de Toulouse. Mais pas question de l'annuler. La photo s'annonce belle, chargée de symboles. "La Madone de 2007" et le favori de 2012. La ferveur de l'une, le réalisme de l'autre.

 

Plus de 10.000 personnes sont attendues pour un ballet parfaitement organisé. La présidente de Poitou-Charentes doit faire un discours de 20-25 minutes. Puis viendra le film de campagne.

 

Elle restera à la tribune, puis ira chercher François Hollande, et lui passera le flambeau. "On sera tous là" promet Bruno Le Roux au JDD.fr. "Ce sera un beau et grand moment, fort par le sentiment de force qui va se dégager", poursuit le porte-parole de François Hollande.


Ségolène Royal a déjà apporté sa pierre à la campagne de François Hollande. Elle a commencé par lui "prêter" deux de ses proches, Delphine Batho et Najat Vallaud-Belkacem, qui portent la parole du candidat socialiste.

 

Elle représente également son ancien compagnon là où elle est probablement la meilleure : les quartiers dits sensibles, qui ont voté en masse pour elle en 2007. Début février, elle s'était ainsi rendue dans les quartiers nord de Marseille "pour redonner espoir à toutes celles et ceux qui ont été totalement oubliés depuis cinq ans". Partout, l'accueil était chaleureux.

"Il ne faut jamais sous-estimer un adversaire"

Autre électorat dont elle a l'oreille : les ouvriers. Alors avec Arnaud Montebourg – qui fait la tournée des usines – elle multiplie les rencontres. Mi-février, les deux anciens candidats à la primaire citoyenne étaient à Châtellerault (Vienne). "Le changement du 6 mai c’est d’abord un changement pour vous, les ouvriers, les ouvrières, pour vous rendre votre honneur et votre dignité", commence la présidente de la région Poitou-Charentes, avant de défendre le programme de son candidat, le seul à-même de changer la vie des classes moyennes promet-elle.

 

Ségolène Royal s'est déjà frottée à l'exercice de la course à l’Élysée, et peut donc faire profiter de son expérience. "Il ne faut jamais sous-estimer un adversaire", lançait-elle quand les sondages étaient tous au beau fixe. "Le Front de gauche et le Front national seront très hauts", prophétisait-elle dans le JDD, début février.

 

L'adversaire de François Hollande, elle le connait bien, l'a "pratiqué". Alors elle cogne presque aussi fort que lui. Avec Nicolas Sarkozy, c’est "cinq ans de perdu, cinq ans de mépris, cinq ans d’indifférence, de pouvoir donné au système financier", clame-t-elle.

 

Pour ne pas en reprendre pour cinq ans, Ségolène Royal ne ménage pas sa peine, et met même à contribution ses militants de Désirs d'avenir. Quand l'équipe Hollande innove en lançant une web radio, elle vient essuyer les plâtres pour la première. Seule, mais derrière lui.

Partager cet article

Repost 0
Désirs d'Avenir 86 - Campagne F Hollande - dans Présidentielles 2012
commenter cet article

commentaires

Recherche

Pages