Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 08:48

A Florange, les promesses de Sarkozy ne rassurent personne

Les employés d'ArcelorMittal sur le site de Florange, le 28 février.
Les employés d'ArcelorMittal sur le site de Florange, le 28 février. (Photo Jean-Christophe Verhaegen. AFP)

Le président-candidat a annoncé ce jeudi qu'ArcelorMittal allait investir 17 millions d'euros sur le site industriel pour le moderniser. «Du vent» pour les syndicats.

Que penser de l'annonce du candidat-président Sarkozy de rallumer un des hauts-fourneaux de Florange au deuxième semestre ? «C'est une connerie, c'est du vent», réagit Edouard Martin, le leader CFDT de l'intersyndicale. Une idée partagée par la plupart des salariés qui ont appris la nouvelle en écoutant France Inter ce matin.

«Ca veut dire quoi le deuxième semestre ? Le 1er août, le 31 décembre ? On n'en sait rien. Moi ce que je comprends surtout, c'est qu'à cette période, l'élection présidentielle sera passée», craint Walter Broccoli de Force ouvrière. «Il faut de six semaines à deux mois pour redémarrer un haut-fourneau. Pourquoi on ne s'y met pas tout de suite ? Mittal a encore roulé Sarkozy dans la farine.»

«Coup de com'»

Une inquiétude que ne lève pas le communiqué de presse de la direction d'ArcelorMittal diffusé dans la matinée qui mentionne «un redémarrage de la phase liquide de Florange au second trimestre dans la perspective d'une reprise économique». Une tournure floue qui semble indiquer qu'ArcelorMittal conditionne le redémarrage à une embellie économique. Or, c'est le discours – inchangé – de la direction depuis octobre 2011, date de la dernière coulée lorraine et de la fermeture du P6 (nom du haut-fourneau).

Quant aux 17 millions annoncés par Nicolas Sarkozy, ils ne rassurent pas beaucoup plus des salariés sur le pied de guerre depuis le 21 février. «D'après nos analyses, une grosse partie de cette somme était déjà prévue», explique Frédéric Weber de la CFDT. «C'est plus un coup de communication de Sarkozy. Nous, on veut de l'écrit, du concret. On a été suffisamment échaudé par ses promesses non tenues à Gandrange

«Numéro de prestidigitateur»

«Ces 17 millions, c'est l'habituel numéro de prestidigitateur de Nicolas Sarkozy», analyse Aurélie Filippetti, députée PS de Moselle. «Seulement deux millions concernent directement la filière liquide et les hauts-fourneaux.

 

Or ces deux millions, ce n'est pas de l'investissement, c'est uniquement de la maintenance arrachée par les salariés en octobre dans les accords de chômage partiel. Sur les 15 millions restants, 7 millions concernent la cokerie qui n'est pas menacée et 8 millions concerneraient le projet Usibor prévu depuis plusieurs mois. Là encore, rien à voir avec les hauts-fourneaux. Et puis si vraiment Sarkozy avait quelque chose de concret, il serait venu sur le site pour l'annoncer, il ne l'aurait pas fait à la radio», achève la députée.

 

L'annonce de Nicolas Sarkozy intervient à la veille de la reprise du comité central d'entreprise à Saint-Denis et d'une nouvelle «action» coup de poing des salariés. «Le rassemblement est déjà prévu. Si la direction nous laisse dans le vague demain matin, tout le monde est prêt, on prend les bagnoles, on fonce et on fait ce qu'on a à faire», prévient Walter Broccoli.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Pages