Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2008 3 29 /10 /octobre /2008 23:52
Les défaillances d'entreprises devraient concerner 53 000 entreprises en France en 2008. Plus de 11.400 défaillances d'entreprises ont déjà été enregistré rien que cet été, du jamais vu.

Les enquêtes publiées mercredi 22 octobre et jeudi 23 par l'INSEE témoignent du caractère global de la dégradation de la conjoncture : l'indicateur synthétique du climat des affaires, qui résume l'évolution de plusieurs variables (production passée, perspectives de production, stocks, carnets de commandes globaux et étrangers, perspectives générales de production), s'est effondré partout. Dans les services, il s'établit à son plus bas niveau depuis octobre 1993 ; dans l'industrie, il a retrouvé les mauvais scores de décembre 1993.

Et ce ne sont que les premiers signes d'une récession qui s'annonce majeure et fait tomber les bourses malgré les centaines de milliards d'euro mis en jeu par les états pour soutenir le système bancaire mondial.

Fournisseurs et sous-traitants sont les premiers à tomber, mais les grandes entreprises de l'économie réelle sont aussi durement touchées. L'automobile en Europe et aux Etats-Unis procède à des semaines entières de chômage technique en France et en Allemagne. Aux Etats-Unis General Motors et Ford en sont réduits à des milliers de licenciements secs.

Les perspectives sur le marché du travail sont très négatives, et beaucoup d'économistes avouent que des centaines de milliers d'emplois en France comme en Europe et aux Etats-Unis seront détruits dans les prochaines années, provoquant une chute du niveau de vie, notamment en Europe occidentale qui n'a jamais véritablement profité de la croissance de ces vingt dernières années dans le monde et qui avait conservé des taux déjà élevés de chômage et de forte précarité de l'emploi.

Les premiers effets se font déjà sentir dans les banlieues. Alors que les taux de chômage atteignent déjà les 40% dans la plupart des quartiers populaires, et que la baisse du chômage n'y avait pas encore été vraiment sensible, la part active de la population des cités est en revanche touchée de plein fouet par la forte poussée du chômage sur l'intérim qui s'est effondré depuis cet été.

Mais ce qui inquiète le plus, c'est la chute des prix qui a commencé, notamment dans l'automobile et l'informatique. Faute de pouvoir écouler les stocks qui s'accumulent, et devant la baisse de la consommation favorisée par la régression du niveau de vie globale engendrée par la hausse du chômage et de la précarité sociale, les prix ont commencé un processus de "déflation". Si cette déflation s'étend à l'ensemble des produits manufacturiers, le monde entrerait alors dans un cycle de dépression économique qui n'a pour précédent que la crise de 1929...


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Monique Ayrault 31/10/2008 14:22

Un hommage à Ségolène d'un de nos camarade de Toulouse
Elle arrive, tous debout environ 700 militants, claquant des mains et elle, sans effet de manches, nous salua, levant les bras, sourire aux lèvres. Vêtue d’un pull ras du cou noir, sur un pantalon de même teinte, une veste en tricot blanche, manches longues avec juste un gros bouton la fermant et, passée au tour du cou, reposant sur ses épaules, une longue écharpe tissée de noir et de blanc soulignait le port élégant de la tête et s’harmonisait avec le sourire.
Facile, très à l’aise, sans gestes incontrôlés, Ségolène Royal tint un langage qui, s’il avait été tenu par tous les caïds du PS, Hollande en tête, aurait mit à terre le mirliton Sarko. Ma voisine de covoiturage, entrée avec le moral à zéro est repartie allègre et moi de même...
C'est tout de même révélateur.... Non ?

Recherche

Pages